En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 2 heures 15 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 3 heures 14 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 9 heures 23 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 12 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 12 heures 58 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 13 heures 29 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 14 heures 6 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 27 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 6 heures 29 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 9 heures 44 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 11 heures 41 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 12 heures 6 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 12 heures 38 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 13 heures 9 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 14 heures 15 min
© Flickr/Jeffpro57
© Flickr/Jeffpro57
Alerte rouge

Coup de chaud : le réchauffement des océans est bien plus important que ce que l'on croyait

Publié le 20 mars 2017
Les scientifiques ont découvert que les océans se réchauffent à une vitesse beaucoup plus rapide que ce qu'ils pensaient. Les conséquences sont nombreuses tant pour la faune et la flore que pour les êtres humains.
Nicolas Imbert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Inbert est directeur exécutif de Green Cross France et Territoires.Co-auteur de l'ouvrage "OCEAN: des clés pour agir " www.desclespouragir.com 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les scientifiques ont découvert que les océans se réchauffent à une vitesse beaucoup plus rapide que ce qu'ils pensaient. Les conséquences sont nombreuses tant pour la faune et la flore que pour les êtres humains.

Atlantico :Selon un article du Washington Post, le réchauffement des océans est beaucoup plus brutal que ce que l'on pensait. Quel constat pouvons-nous réellement faire de la situation ? Comment quantifier concrètement ce phénomène ? 

Nicolas Imbert : Le GIEC, le groupe d'experts qui travaille sur le climat, est en train de réaliser un rapport sur l'océan et la cryosphère, l'océan et les pôles. Ce rapport n'est pas encore définitif, mais ce que l'on observe au travers de certaines fuites issues des universitaires assez prestigieux et des travaux préliminaires, c'est que le niveau de l'océan augmente beaucoup plus rapidement que prévu et les effets liés à son réchauffement (acidification, évolution des espèces géographiquement) est beaucoup plus drastique que prévu. Tout conduit à penser qu'on a une augmentation du dérèglement climatique au niveau de l'océan. 

Aujourd'hui, on a des effets qui sont mal connus et mal cartographiés au niveau de l'Antarctique sur lequel on soupçonne que la fonte des glaces va plus vite que prévu. On sort des modèles linéaires, des évolutions, telles qu'elles étaient cartographiées et anticipées jusqu'à maintenant. On a un deuxième élément qui concerne les zones tropicales et les récifs coralliens sur lesquels on s'aperçoit qu'un grand nombre de récifs sont en train de s'appauvrir ou de mourir. On remarque qu'on a à faire à un changement de biodiversité qui s'opère. Enfin, il y a une inconnue dans les zones tempérées et en Europe. Les phénomènes climatiques s'accélèrent et font plus de dégâts. Les plans de vigilance ont du mal à suivre l'évolution de la situation des océans. 

On est en attente du rapport du Giec afin de pouvoir donner des éléments plus précis qui vont pouvoir nous fournir un consensus scientifique. Les chiffres qui faisaient référence depuis la COP 22 indiquaient que l'on était plus près de la borne haute de 3 degrés plutôt que les 2 degrés annoncés initialement à l'horizon 2050. Les scientifiques tablaient sur une évolution du niveau des mers d'un mètre. Un mètre met déjà en danger de nombreuses îles du Pacifique et y impacterait environ 200 000 habitants, et au Bangladesh un mètre mettrait à risques environ 20 millions d'habitants. Les phénomènes observés sur l'Antarctique et l'Arctique nous laissent à penser que les dommages, tels qu'ils sont opérés, seront plus importants demain que ce qu'indiquaient nos prévisions. 

Quelles sont les conséquences de ce réchauffement bien plus important que prévu des océans, tant d'un point de vue de la faune et de la flore, que d'un point de vue humain pour ce qui est des activités de pêche ? Observe-t-on des effets sur les poissons destinés à la consommation, en termes notamment de quantité des espèces, de leur toxicité, etc. ? 

Pour reprendre de façon très schématique, on a de deux à trois milliards de personnes qui vivent sur les littoraux et pour lesquelles l'impact va être de plus en plus important, à travers notamment des phénomènes climatiques extrêmes. Le Pacifique a été touché par une série d'inondations catastrophiques. Désormais, les eaux vont monter plus régulièrement. On pense à tort que c'est le Pacifique et des zones du Bangladesh qui vont être touchées mais des villes commes New York et Miami seront tout aussi exposées. La seule différence, c'est que ces deux villes ont les moyens d'y répondre, mais dans un premier temps seulement. La dernière série d'impacts concerne également le rôle de régulateur climatique qui est joué par les océans. On ne sait pas du tout si le Golfstream va encore pouvoir continuer à tempérer l'Europe, et ce que cela pourrait changer pour nous. 

Cette question sur la consommation de poisson amène plusieurs réponses. La première, c'est de supposer que même s'il n'y a pas les effets du réchauffement climatique, notre consommation de poisson telle qu'elle est durable ; or ce n'est pas le cas. On assiste à une évolution naturelle depuis quelques dizaines d'années. On mange des poissons comme si on mangeait du lion ou du jaguar mais on n'a pas les moyens de manger aussi haut dans la chaine alimentaire. On va réduire et diversifier notre consommation de poisson pour se recentrer sur des animaux plus bas dans notre chaine alimentaire. Cette partie-là est inéluctable. Cette accélération du dérèglement climatique va porter un coup d'arrêt à notre comportement de chasseurs vis-à-vis des ressources qui sont disponibles. 

Ce phénomène est-il irréversible ? Quels sont les gestes que l'on peut mettre en place pour ralentir ce réchauffement ? Les gouvernements prennent-ils la mesure des observations des scientifiques ? 

La nature a une capacité de résilience mais la fonte des glaces est irréversible et cela va s'accélérer. Toutes les initiatives qui nous font croire qu'on peut avoir une réversibilité et qu'il suffit de construire des digues ou des murs sont des initiatives contraintes à l'échec. En termes d'adaptation et de priorité d'adaptation, les êtres humains ont des enjeux sur l'alimentation, la gestion des villes et la manière de gérer les transports et la biodiversité. En ce qui concerne l'acidification des océans et la disparition des lagons et des coraux, si on laisse la nature sans la dégrader, elle peut se reconstituer dans une certaine mesure dans un horizon de temps qui va de trois à sept ans. Mais est-ce qu'il s'agira d'une biodiversité à l'identique à celle qui aura disparu ? Rien ne nous permet de l'affirmer. Pour les zones polaires, la réversibilité est beaucoup plus compliquée à imaginer. N'oublions pas égalment la présence partout, au niveau de la faune et de la flore, des métaux lourds à cause de catastrophes comme Fukushima. Ces phénomènes n'ont rien à voir avec le réchauffement climatique, mais les effets dévastateurs sont identiques. 

Aujourd'hui, on a besoin de mobilisation. Les gouvernements ont joué un certain rôle dans la prise de conscience des problèmes. Les COP 21 et 22, et maintenant la COP 23 à Bonn, permettent d'avoir des coups de projecteurs sur ces initiatives. Mais ce sont les associations qui jouent le rôle sur le terrain et apportent des solutions. Cependant, on manque de moyens déployés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jipebe29
- 20/03/2017 - 11:46
La doxa réchauffiste est fort
La doxa réchauffiste est fort embêtée par le non-réchauffement global depuis 2001 :
http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:2001/to:2015/trend/plot/rss/from:2001/to:2015/trend/plot/uah6/from:2001/to:2015/trend
(L’année 2016, perturbée par un El Nino très intense, est sortie de la tendance lourde).

Il faut donc trouver une explication car, si les citoyens s’apercevaient qu’ils ont été roulés dans la farine, cela poserait problème pour continuer de les plumer.

On nous a déjà fait le coup de la chaleur cachée au fond des océans. http://www.contrepoints.org/2013/10/15/142693-il-faut-donner-le-prix-nobel-de-physique-au-giec

A présent, on nous parle de réchauffement océanique plus rapide que prévu, mais la source en est la NOAA, qui a trafiqué les mesures pour les rendre plus élevées.

Bref, encore un article creux, qui ne présente aucun intérêt, si ce n’est de montrer la panique qui gagne les idéologues de la Sainte Eglise Réchauffiste à cause des caprices de Dame Nature, qui se moque de leurs modèles numériques et de leurs prophéties, et à cause de la trumpitude, qui fait le ménage à l’EPA, à la NOAA, à la Nasa et au ministère de l’énergie...
jipebe29
- 20/03/2017 - 11:30
Fantasme vs réalité
Fantasme idéologique : « un grand nombre de récifs sont en train de s'appauvrir ou de mourir »
Réalité : https://climatism.wordpress.com/2016/06/10/dying-reef-actually-growing/
jipebe29
- 20/03/2017 - 11:25
Delirium carbonum
La seconde page de cet article n'est qu'un ramassis de prophéties à la Madame Soleil, mais toujours dans le sens du plus terrrrrifiant. Car enfin, il faut bien faire peur aux citoyens pour qu'ils acceptent les mesures drastiques et fort onéreuses pour lutter contre un réchauffement aussi improbable qu'imaginaire, porté par des projections de modèles numériques qui ne cessent de se planter depuis belle lurette.