En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

07.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 39 min 59 sec
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Religion
Tribune

Combattre l’hydre islamiste, oui. Mais aussi l’auto-censure des débats publics

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 3 heures 49 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 18 heures 1 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 19 heures 15 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 20 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 1 heure 50 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 3 heures 55 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 18 heures 37 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 19 heures 54 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 20 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 22 heures 11 min
© Reuters
© Reuters
Somewhere over the rainbow

Dérèglement climatique : les méthodes de pluie artificielle sont-elles une solution (ou un problème supplémentaire...) ?

Publié le 05 mars 2017
La géo-ingénierie est un outil scientifique qui regroupe différentes techniques scientifiques qui permettent de modifier le climat et qui a pour but de contrôler certains aspects météorologiques. Ces techniques complexes sont à la portée de nombreux pays, n'étant pas encadrés des dangers pourraient bien vite s'annoncer.
Thomas Gasser est un chercheur pour l'IIASA  anciennement pour le CIRED spécialisé sur le changement climatique. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Gasser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Gasser est un chercheur pour l'IIASA  anciennement pour le CIRED spécialisé sur le changement climatique. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La géo-ingénierie est un outil scientifique qui regroupe différentes techniques scientifiques qui permettent de modifier le climat et qui a pour but de contrôler certains aspects météorologiques. Ces techniques complexes sont à la portée de nombreux pays, n'étant pas encadrés des dangers pourraient bien vite s'annoncer.

Atlantico : La géo-ingénierie est un outil scientifique qui permet de modifier le climat. Dans quelle mesure cette technique va aider certaines zones en difficultés ? Quelles sont les limites et dangers de cet outil ?

Thomas Gasser : Nous avons tendance en ce qui concerne la géo-ingénierie à ne parler que de gestion du rayonnement solaire qui est la technique la plus simple qui consiste à envoyer des particules ou des précurseurs de particules dans l’atmosphère. Cependant d’autres techniques rentrent dans cette catégorie notamment la capture du carbone, il s’agit de capturer le Co2 présent dans l’atmosphère pour le stocker. Ces deux grandes familles n’ont pas du tout les mêmes implications scientifiques ou gouvernementales.

Il existe beaucoup de techniques différentes, concernant l’injection de sulfate dans la stratosphère pour masquer le rayonnement solaire nous pourrions réduire la température moyenne de la planète. Là où l’incertitude est plus importante, c’est sur la répartition de cette baisse sur le territoire. Nous pourrions donc peu affecter certaines régions et beaucoup affecter d’autres. Nous travaillons sur les différents scénarios pour savoir comment optimiser ces techniques. Si nous arrivons à contrôler le réchauffement, l’impact sur les précipitations serait différent, ces sulfates dans la stratosphère n’ont pas le même retentissement que le gaz à effet de serre. Ce que nous pourrions faire c’est annuler le changement de température global sans arriver à annuler les modifications de précipitation. Avec assez de sulfates pour refroidir d’autant que les gaz à effet de serre réchauffent alors il y aura une baisse des précipitations à l’échelle de la planète, ce qui poserait un réel problème dans certains régions déjà sous stress hydrique. La compensation à l’échelle globale ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de modifications du climat. Concrètement, c’est une superposition des perturbations du climat sans réduire la perturbation initiale causée par le gaz à effet de serre.  

La Russie l’an dernier a fait en sorte que la pluie arrive plus tôt sur son territoire pour garantir une journée sèche lors d’une célébration. La facilité de production de certains outils de géo-ingénierie peut-elle être un danger ? Le coût très faible de ces outils peut-il être problématique ?

L’intérêt de cette solution est qu’elle est facile d’accès et peu chère. Il n’y a pas besoin de créer de nouvelles technologies. Nous pourrions simplement mettre des adjuvants dans le carburant des avions. Une fois que quelque chose est dans la stratosphère cela se réparti à l’échelle de la planète assez rapidement. Un pays aurait donc peu d'intérêt à le faire seul, il y aurait peu de certitudes concernant le résultat dans une zone géographique très précise.

Le faible coût alimente le risque dans la mesure où en ce qui concerne les exemples météorologiques nous n’avons pas de certitude sur l'efficacité des techniques. C’est loin d’être contrôlé. Quand la pluie doit tomber elle tombe, ce que nous “arrivons” à faire est probablement plus issus de la chance. Dans l’exemple de la Russie, il s’agit d’un jour donné ce qui demande plus de précisions et donc de moyens. La problématique du changement climatique se pose sur le long terme, il paraît donc bien sûr impossible d’envoyer un avion militaire par heure pendant 30 ans. Le but n’étant pas d’affecter les nuages de basse altitude mais d’injecter dans la stratosphère parce que les particules y ont une durée de vie élevée. Nous ne sommes vraiment pas dans la même problématique en ce qui concerne la tentative de contrôle de la météo et la géo-ingénierie climatique qui elle demande une approche de plus long terme, elle a toujours un effet extra-territoriale avec une échelle beaucoup plus large. Ceci-dit le coût est plus faible pour le changement climatique que pour les aspects météorologiques. C’est un risque que cette technique soit facile cependant un état n’a pas vraiment d’intérêt à la mettre en pratique à cause de l’incertitude de l’efficacité sur son territoire.

Différents pays ont accès à ces possibles ressources, existe-t-il des réglementations de cette pratique ?

Il n’existe pas vraiment de réglementation concernant la géo-ingénierie. Il existe une convention qui interdit en théorie les tentatives de contrôle à des fin militaires qui pourraient nuire à d’autres pays. Sur les questions de géo-ingénierie du climat il y a une interdiction par l’organisation maritime internationale de fertiliser les océans à grande échelle. C’est une technique de capture de Co2 par un ajout de grandes quantités de fer ou de nutriments dans des zones pour augmenter l’activité biologique. Comme nous n’avons aucune preuve de l’efficacité de cette technique et qu’elle peut avoir des impacts sur l’écosystème elle a donc été interdite. D’après différentes études cette technique de toute façon ne fonctionne à priori pas.

La convention sur la biodiversité a été adopté lors du sommet de la terre à Rio en 1992, a été complété en 2010 par un texte qui interdit la géo-ingénierie mais sans valeurs contraignantes. La géo-ingénierie se trouve relativement dans un vide juridique. Si on veut créer des conventions nous avons besoin d’une gouvernance international et c’est très complexe à mettre en place.

Derrière toutes ces histoires de géo-ingénierie nous cherchons à trouver une solution technique à la limite de la science fiction pour régler un problème que nous avons causé. Nous voulons stopper la pollution en créant une autre forme de pollution. Avoir deux perturbations qui se compensent ne paraît pas être une solution idéale.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

07.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jipebe29
- 06/03/2017 - 14:50
Réchauffement et modèles numériques
Avant de faire n’importe quoi et de jouer aux apprentis sorciers, il faudrait être sûr qu'il y ait réchauffement climatique et que les projections multidécennales des modèles numériques aient un zeste de crédibilité.

Or, il n’y a plus de réchauffement climatique depuis 2001 : Les droites de tendance Hacrut, RSS et UAH sont quasiment plates depuis 2001 (2016 étant une année particulière, à cause d'un El Nino très intense, elle n'est pas prise en compte) :
http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:2001/to:2015/trend/plot/rss/from:2001/to:2015/trend/plot/uah6/from:2001/to:2015/trend

Comme, par ailleurs, les projections des modèles numériques continuent à se planter lamentablement, leurs projections pour 2100 n’ont aucune crédibilité. Bref, quand on imagine le pire en se basant sur des prémisses fausses, on est sûr que ses prévisions n'ont aucune chance de se réaliser, du moins dans le monde réel, fort différent de l'espace-temps imaginaire des modèles numériques, et il faut surtout éviter de faire n'importe quoi...
jipebe29
- 06/03/2017 - 14:43
Le dérèglement climatique, c
Le dérèglement climatique, c'est une tarte à la crème : l'indice ACE, qui mesure l’énergie cumulée des ouragans/typhons/cyclones, diminue depuis environ 10 ans et a retrouvé son niveau des années 1975. Voir « mythes et légendes I et II » sur le site Pensée Unique.
Bref, croire que les thèses du GIEC/IPCC et que les prophéties des modèles numériques ont un zeste de crédibilité, c’est un acte de foi, mais qui est totalement irrationnel.