En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Atlantico Green fonte des glaces Groenland
Atlantico Green
Recongeler l'Arctique : la solution imaginée par des scientifiques face à la gravité du dérèglement climatique au pôle nord
Publié le 26 février 2017
Des chercheurs de l'université d'Arizona ont étudié la possibilité de recongeler l'Arctique pour essayer de régler les difficultés dues au gaz à effet de serres et au réchauffement climatique. Bien que cette invention soit peu imaginable dans un futur proche, ce travail nous permet de réfléchir sur le problème plus important de la fonte des glaces.
Gaël Durand est chargé de recherche au CNRS. Spécialiste du thème de la dynamique des glaciers côtiers de l'Antarctique et du Groenland, il est directeur adjoint du Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement. Il est aussi co...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Durand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Durand est chargé de recherche au CNRS. Spécialiste du thème de la dynamique des glaciers côtiers de l'Antarctique et du Groenland, il est directeur adjoint du Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement. Il est aussi co...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des chercheurs de l'université d'Arizona ont étudié la possibilité de recongeler l'Arctique pour essayer de régler les difficultés dues au gaz à effet de serres et au réchauffement climatique. Bien que cette invention soit peu imaginable dans un futur proche, ce travail nous permet de réfléchir sur le problème plus important de la fonte des glaces.

Atlantico : Pour résoudre le problème glaciaire en Arctique, des chercheurs de l’université d’Arizona ont publié un article scientifique sur la possibilité de recongeler nous même les glaces fondues. Ce procédé est-il réaliste ? Comment est-ce que cela pourrait fonctionner ?  

Gael Durand : Le principe est assez simple. La glace de mer (ou banquise, c'est à dire l'océan qui gèle en surface) en se formant isole l’océan des températures fortement négatives de l’atmosphère. Cela devient donc plus délicat d’épaissir la banquise à mesure que celle-ci se forme. L’idée ici serait de pomper de manière autonome l’eau sous la glace pour lui éviter de subir cette isolement et bénéficier du froid atmosphérique pour la faire geler.

Le principe est simple, réaliser une telle pompe autonome devrait en principe fonctionner. Concernant sa réalisabilité à l’échelle du bassin arctique, j’ai nettement plus de doute.

Pourquoi la glace polaire est aussi importante pour notre écosystème ? Qu’adviendrait-il en cas de fonte des glaces trop importante ?

Les calottes polaires et dans le cas de l’arctique la calotte du Groenland. Les calottes polaires se forment par précipitation de neige sur un continent, cette neige se compacte sous son propre poids, devient glace puis s’écoule doucement depuis le centre du continent jusqu’à sa périphérie. En conséquence, de l’eau est extraite des océans pour être stockée sur les continents (idem pour les glaciers de montagne). Si les calottes polaires perdent de la masse, autrement dit que la quantité de glace qui fond au bord du continent ou se fracture sous forme d’iceberg est plus grande que la quantité de neige qui tombe sur la calotte, on ajoute de l’eau aux océans. C’est ce qui se passe actuellement, les calottes groenlandaise et antarctique contribuent aujourd’hui à élever le niveau de la mer de 1 mm par an (0 il y a 30 ans). On observe depuis à peu près 20 ans une accélération de cette perte de masse des calottes avec des projections de contribution au niveau de la mer allant jusqu’à 1 mètre en 2100. En très bref, les calottes polaires règlent le niveau de la mer, leur fonte entraîne une augmentation de ce niveau avec des impacts sur les structures côtières

La glace c’est blanc et en conséquence, elle renvoie l’énergie solaire incidente. Plus la glace fond, moins il y a cet effet miroir et plus elle est amené à fondre (c’est ce qu’on appelle une rétroaction positive). C’est particulièrement marquant pour la banquise qui couvre une grande surface et qui voit son extension diminuer substantiellement dans l’arctique. Moins de glace de mer veut donc dire un océan arctique qui se réchauffe plus vite et la circulation océanique est en partie lié à la température de l’océan. Un autre mécanisme qui affecte la circulation océanique c’est sa salinité, on revient alors aux calottes polaires, plus de fonte des calottes, impliquent plus d’eau douce, et donc une perturbation de l’état de l'océan et de sa circulation. Hors ils s’avère que l'océan arctique est une région très importante de la circulation océanique globale, les eaux du gulf stream plongeant à cette endroit pour rejoindre les fonds marins. Modifier la densité des eaux de surface pourrait entraîner un affaiblissement de cette circulation et alors affecter le climat globale.

Le pergélisol, i.e. les sols gelés en permanence en Arctique. Ces sols contiennent une importante quantité de méthane. Pergélisol qui fond = relargage  de gaz à effet de serre supplémentaire dans l’atmosphère = augmentation plus forte des température, là encore c’est une rétroaction positive. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
06.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
07.
L'association WWF accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jipebe29
- 27/02/2017 - 16:45
Sachons raison garder...
Voir les évolutions de températures UAH et RSS (mesures par satellites) pour les deux pôles, sur le site climate4you, onglet Polar Temperature. Il y a des oscillations, mais les tendances lourdes sont la stabilité pour le Pôle Sud et un petit réchauffement de 0,5°C environ pour le Pôle Nord, ce qui n'a rien d'inquiétant.

On voit sur le site danois DMI les oscillations annuelles : http://ocean.dmi.dk/arctic/meant80n.uk.php
Les oscillations actuelles ne sont pas particulièrement inquiétantes, car la température reste toujours négative en période hivernale. Si vous regardez les années antérieures, vous en verrez d’autres. Ce qui est constant, ce sont les températures en période de fonte estivale, qui sont positives (de 2 à 3°C), mais la courbe reste remarquablement stable en amplitude et en durée.
jipebe29
- 27/02/2017 - 16:43
Voyons les choses de manière
Voyons les choses de manière sensée. Il y a eu un petit réchauffement global de 0,7°C depuis 150 ans, qui fait suite à la fin du Petit Âge Glaciaire, donc qui semble être un rééquilibrage naturel. Depuis 2001, il n'y a plus de réchauffement (hiatus ou pause, selon le GIEC/IPCC) :
http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:2001/to:2015/trend/plot/rss/from:2001/to:2015/trend/plot/uah6/from:2001/to:2015/trend

Les banquises, comme le climat global, sont dépendantes de cycles climatiques bien documentés, de périodes 65, 230 et 1000 ans, et le CO2 n’a aucun effet mesurable, contrairement à ce que nous raconte la propagande GIECquienne. On constate une sorte de balance entre les deux pôles : quand la banquise australe et très étendue (ce qui est le cas actuellement), celle du pôle nord est réduite, et réciproquement, mais la somme des superficies des deux banquises est en gros constante. Vouloir engager des sommes pharaoniques pour des prunes, il faut vraiment avoir les neurones atteints par une idéologie absurde.
ikaris
- 27/02/2017 - 00:19
bof ... encore un truc pour buzzer ?
Si je résume : moins il y a de banquise et moins il y aura de banquise. Je suis toujours un peu sceptique quand je vois tout le cas qui est fait de la manipulation de quelques paramètres pour tirer des conclusions. Au lieu d'essayer de prédire l'avenir avec des modèles aussi partiels, commencez déjà par essayer de trouver pourquoi à une échelle aussi petite que 10 000 ans et sans combustion d'énergie fossile on a eu de tels écarts de climat. Et le soleil dans tout ça ? C'est un long fleuve tranquille ?