En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 14 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 15 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 15 heures 48 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 17 heures 35 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 10 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 11 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 14 heures 26 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 15 heures 22 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 20 heures 14 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 10 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 11 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 13 heures
Atlantico Green

Vêtements (presque) jetables : comment la Fast Fashion pollue lourdement

Publié le 25 décembre 2016
La Fast Fashion est une industrie qui vous propose des vêtements tous les jours, mais les stocks souvent invendus constituent un danger pour l'environnement. Au delà de leur conception, c'est la gestion de leur recyclage et de leur seconde vie qui fait encore défaut.
Hélène Sarfati-Leduc
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Conseil en Développement Durable et Stratégie RSE de MarqueConsultante indépendante en développement durable aurprès d'entreprises de la mode, de l'habillement et du luxe depuis huit ans. Diplomée du Master Innovation Design et Luxe de Marne La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Fast Fashion est une industrie qui vous propose des vêtements tous les jours, mais les stocks souvent invendus constituent un danger pour l'environnement. Au delà de leur conception, c'est la gestion de leur recyclage et de leur seconde vie qui fait encore défaut.

Atlantico : La Fast Fashion est une industrie qui propose une grande variété de vêtements à toute époque de l'année. Les distributeurs comme Zara, Primark, H&M constituent des stocks impressionnants de vêtements (H&M produit notamment de 550 à 600 millions de pièces par an). Seuls à ce jour 1,3 millions étaient traités et recyclés. Quelles sont les conséquences de cette industrie sur l'environnement, particulièrement quand on sait que toutes les pièces sont loin d'être réemployés par ces chaines ?

Hélène Sarfati-Leduc : La chaîne de valeur de la mode est complexe et mondialisée. Un exemple emblématique est le jean, qui peut parcourir jusqu'à 65000 km du champ de coton à votre armoire. Filature, tissage, ennoblissement, confection, distribution, utilisation et fin de vie, chaque étape de ce cycle de vie impacte l'environnement.

Les pesticides sont, d'une part, nécéssaires pour la culture des matières premières végétales. Les produits auxiliaires textiles tels que les produits toxiques pour les phases de filature et tissage et d'ennoblissement. Les teintures impliquent nécessairement d'immenses consommations d'eau sans parler des rejets dans l'environnement en cas d'absence de stations d'épuration. En outre les déchets de confection textile, les poussières inhalées par les ouvriers, ou les techniques de sablage des jeans sont autant d'éléments polluants... l'utilisation de lessives et d'eau pour l'entretien des vêtements et les tonnes de textiles envoyés dans les fripes, incinérés, ou jetés... Tout cela a des répercussions sur l'environnement car ça génère des tonnes de CO2 pendant les phases de transformation de la fibre, de la confection des vêtements, du transport, cela consomme de grandes quantités d'énergie plus ou moins impactantes pour l'environnement en fonction du mix énergétique de chaque pays. 

Les produits chimiques utilisés se déversent dans les cours d'eau et polluent les rivières et les nappes phréatiques.. Rappelons que l'industrie textile arrive juste derrière celle du pétrole en matière de pollution de l'environnement.

Que peuvent faire ces chaines mondialisées pour améliorer et repenser la seconde vie des vêtements ? Ont-elles vraiment un intérêt à le faire à l'avenir ? N'y a-t-il pas le risque que cela se traduise par davantage de coûts et moins de marges pour elles ?

Toutes les chaînes mondialisées de mode prennent le sujet du développement durable  très au sérieux, avec plus ou moins d'actions concrètes et/ou pertinentes à la clé. Disons que le sujet est considéré comme important. Certains événements comme celui du Rana Plaza notamment en 2013 les ont mises plus que jamais sous les feux des projecteurs, comme les Cop 21 et Cop 22 qui ont rappelé l'enjeu capital du réchauffement climatique.

Elles ont intégré, pour certaines, les questions d'économie circulaire en faisant appel aux fibres recyclées, notamment en récupérant auprès de leurs clients des tonnes de textiles pour en exploiter la matière première. Le recyclage est à la fois un enjeu économique - tension sur les matières premières dont les coûts augmentent du fait de l'augmentation des coûts d'accès aux énergies fossiles - sociétal, - le pouvoir est au citoyen qui use des réseaux sociaux pour réclamer de la  transparence et est de plus en plus prompt à réagir  et à incriminer les marques - et bien sûr environnemental - les distributeurs ont une responsabilité sur la fin de vie de leurs produits, cf la taxe Emmaus ou la contribution Eco TLC pour tout metteur sur le marché d'articles textiles...

L'intérêt à engager réflexion et action sur la fin de vie des vêtements est donc triple et sa légitimité ne fait plus vraiment débat pour les entreprises. Reste à le mettre en oeuvre, notamment avec des systèmes de collecte.  Utiliser ses magasins est une bonne solution.

La solution qui serait la plus pertinente est la refonte du business model de la Fast Fashion, mais ce n'est pas pour tout de suite, bien que ce modèle semble s’essouffler dans certaines zones du monde, comme certains pays européens  et les pays nordiques. La question du coût relève le plus souvent du réseau de distribution et du marketing, donc repenser la seconde vie des vêtements n'est pas le poste de dépense le plus élevé. Enfin, un vêtement plus responsable ne sera pas forcement plus cher si l'on économise sur la distribution et le marketing.. 

Cette frénésie pour des vêtements peu chers, faciles à produire peut-elle s'arrêter, ou au moins ralentir ? 

Il est clair que notamment en France où nous observons et accompagnons les acteurs de la mode depuis de nombreuses années, on sent vraiment, et nous en sommes les témoins au French Bureau, un besoin, une envie et un mouvement soutenu vers plus de simplicité dans sa consommation de vêtements, moins d'accumulation, plus de sens. 

Beaucoup de nouvelles créations de marques avec pour toutes un engagement fort  pour le développement durable sous toutes ses formes (matières recyclées, made in France, matières biologiques....), une envie d'un vestiaire simple, épuré, réduit à l'essentiel. Même la jeune génération cherche à se démarquer d'une offre trop ressemblante et se lasse de retrouver sur tous les mêmes vêtements. Parallèlement à ces créations de marques différentes, on assiste à la multiplication des vide dressing géants, des trocs, reventes, location et échanges de vêtements, brocantes en tous genres.

Les grands distributeurs sentent bien ces signaux et rachètent des sites de vente d'occasion, proposent du vintage dans leurs espaces de vente, développent des capsules responsables, recourent aux matières recyclées ou innovantes plus respectueuses de l'environnement, et  la mode repense la saisonnalité de ses collections..

Nous croyons au French Bureau en l'émergence d'une mode différente et en l'évolution vers un nouveau paradigme économique. La société bouge vers plus de simplicité moins d'encombrement et moins de sollicitations.. Nous sommes là pour accompagner les acteurs de la mode pour capitaliser sur ce changement. C'est une très belle opportunité et une évolution nécessaire et irréversible .

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires