En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 18 min 59 sec
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 4 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 7 heures 20 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 9 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 10 heures 7 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 10 heures 24 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 11 heures 13 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 11 heures 26 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 1 heure 2 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 11 heures 8 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 12 heures 44 sec
Atlantico Green

La grave erreur de la France et de l'Europe dans le développement à la va-vite des énergies renouvelables

Publié le 18 décembre 2016
En l'espace de dix ans, très peu d'évolutions sont à noter en matière de politique énergétique à l'échelle européenne. Un constat qui s'explique en partie par l'absence d'approche globale.
Henri Conze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Conze est ancien délégué général à l'Armement, et membre du conseil d'administration du Groupe Bull. Il a participé aux décisions ayant abouti à la mise en place de moyens de calcul puissants au Commissariat à l'énergie atomique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En l'espace de dix ans, très peu d'évolutions sont à noter en matière de politique énergétique à l'échelle européenne. Un constat qui s'explique en partie par l'absence d'approche globale.

Atlantico : Jeudi, le Forum du futur a tenu son séminaire sur l'énergie, dix ans après la première édition. Selon-vous, quel est le bilan des avancées des politiques énergétiques françaises ?

Henri Conze : Depuis dix ans, trois faits fondamentaux ont changé la donne de la politique de l’énergie : l’émergence des hydrocarbures non conventionnels ; le printemps arabe qui a déstabilisé les pays fortement exportateurs, printemps devenu "hiver" dont on ne voit pas la fin et qui fait penser aux suites des révolutions de 1848 en Europe ; Fukushima, qui a semé l’opprobre sur le nucléaire. Les aspects internationaux sont donc de plus en plus essentiels, le plus souvent imprévisibles, alors que le domaine de l’énergie, ne serait-ce qu’en raison des investissements considérables à y réaliser, se caractérise par une très grande inertie.

Comme il y a dix ans, nous parlons surtout de l’électricité. Mais elle ne représente que 23% de l’énergie consommée en France, une raison à cela étant, incontestablement, la sensibilité politique du nucléaire. Dans ce domaine de l’électricité, l’attitude de l’Etat n’a pas changé : il a toujours trop tendance à se comporter uniquement comme un actionnaire, ce qui est, en particulier le cas quand il s’agit d’EDF. Or, ce qu’on lui demande, c’est d’être avant tout un stratège !

Depuis dix ans, nous assistons à une accélération du changement d’un certain nombre de facteurs. C’est le cas des émissions de gaz à effet de serre ou de la baisse des coûts de l’énergie photovoltaïque. Or, il est urgent d’aller très vite pour des raisons climatiques dans le changement des modes de production de nos énergies. Pour cela, il faudrait impérativement :

- revoir à la hausse les scénarios de croissance de l’utilisation des énergies non fossiles;

- introduire véritablement une valeur économique liée au climat et, pour cela, faire des choix clairs au niveau européen et mettre un terme aux palabres actuels sur les quotas ou la taxe dite carbone;

- mettre un terme aux absurdités du prix du marché inhérentes à la politique d’insertion des énergies renouvelables sur ce marché. Il s’agit de régler la question redoutable de la cohérence entre son architecture et la tarification, et de rendre compatibles les prix du carbone, les subventions en faveur des énergies renouvelables, etc. Or, cela demande un grand courage politique !

En quoi consiste l'avenir énergétique ? Quelles sont les nouveautés qui vont révolutionner le monde de l'énergie ?

La France et l’Europe ont tout mélangé en pensant que le développement hâtif des énergies renouvelables allait répondre à nos deux préoccupations distinctes : la lutte contre le réchauffement climatique et la disparition à terme des ressources fossiles. La conséquence de cette orientation est que nous avons négligé toutes les autres voies comme la capture du CO2, le nucléaire futur, l’efficacité énergétique, etc., le tout au pris de dépenses inutiles, avec comme résultat l’effondrement du marché de l’électricité en Europe et l’absence de signaux sur le long terme ! Aujourd’hui, nous constatons que le "pic oil", le "pic gas" ou le "pic uranium" n’interviendront que dans très longtemps ! Ce qui importe donc pour l’avenir est désormais de s’accorder sur un prix du carbone élevé pour faire face efficacement aux priorités environnementales et de lancer un effort de R&D important pour trouver d’urgence et sans tabous les solutions les moins coûteuses.

Cet effort de R&D doit aussi porter sur les deux domaines dans lesquels une percée technologique peut, à terme, changer profondément la donne. Il s’agit du stockage de l’électricité dans des conditions de poids, de sécurité et de coût véritablement compatibles avec les exigences du transport - nous en sommes encore très éloignés - et des piles à combustible, en premier lieu celles à hydrogène qui soulèvent aussi la question du stockage. La course vers la révolution énergétique va s’engager entre ces deux compétiteurs !

Les différents problèmes énergétiques que nous rencontrons ne sont pas inhérents à la France. Pourquoi n'arrivons-nous pas à créer une politique européenne énergétique globale ? Pensez-vous qu'il s'agit d'un sujet sur lequel nous pourrions nous entendre dans un avenir proche ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi ?

Pourquoi a-t-on, à juste titre, le sentiment que l’Europe n’a pas de politique de l’énergie ? La politique européenne dans ce domaine, comme dans d’autres, peut-être qualifiée "d’oxymore" : des orientations sont prises, immédiatement édulcorées, affadies, contredites par d’autres décisions, leur ôtant toute pertinence. Deux exemples : l’ouverture du marché de l’électricité immédiatement suivie par la liberté des nations concernant leur "mix" énergétique, leur politique tarifaire, celle sur les énergies renouvelables, etc. ; ou bien encore l’incompatibilité des règles actuelles du marché de l’électricité et l’objectif des 3x20% décidé il y a dix ans pour lutter contre le réchauffement climatique. 

En outre, l’approche par la Commission de Bruxelles est beaucoup trop technocratique. C’est le cas, en particulier, des quotas de CO2: la position des pays de l’Est de l’Union conduit à des compromis qui complexifient la règlementation et la rendent inapplicable. Il est grand temps que la politique reprenne la main sur ce dossier ! Cette approche peut être aussi trop dogmatique; ainsi en va-t-il de la position de prise sur les contrats d’énergie à long terme : comment les bannir dans un marché que l’on veut libéraliser ?

Cette situation, faite d’incohérences ou de blocages, ne va-t-elle pas pousser certains pays à faire, pour l’énergie, comme les Anglais et sortir du carcan européen afin de décider une politique énergétique plus cohérente (quotas, tarification, incitations, etc.) tout en recherchant à améliorer la compétitivité de leurs entreprises ? Il faut bien constater, en effet, que ce que va pouvoir faire la Grande-Bretagne, après le Brexit, en matière d’énergie, ne peut se faire à 27 ! Nous ne pourrons décider en commun une taxe sur le carbone sans l’accord de tous. La conséquence est qu’il n’y aura pas de taxe ! Peut-on la remplacer par la fixation d’un prix plancher ? La question reste ouverte. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 23/12/2016 - 10:51
Energies renouvellables
Triste résultat d'une approche purement nationale d'inspiration démagogique, il faut satisfaire les écologistes, souvent des extrémistes de gauche. L'exemple le plus triste: A. Merkel décidant l'arrêt immédiat des centrales nucléaires allemandes donc la reprise des centrales thermiques au charbon ou lignite donc production massive de CO2 et particules fines, ceci après la catastrophe de Fukushima, dont la cause première était sismique. Aucun danger sismique ne menaçait ni ne menace l'Allemagne. Quant aux éoliennes....quel coût!
vangog
- 18/12/2016 - 17:42
@brennec "Hide the decline!" (Phil Jones)
Voila ce qui ressort des mails hackés des directeurs du GIU: "manipulez et inversez les courbes, car les prévisions réchauffistes ne doivent jamais être mises en défaut par les mesures réelles de températures"... Or ces mesures montrent que la température globale baisse nettement depuis le pic de 1997, puis se stabilise
iuhttp://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-global-LT-vs-UAH-and-RSS.png
et que cette courbe de mesure réelle par satellite (comportant un biais pourtant supérieur à la normale) invalide totalement les prévisions alarmistes des réchauffistes. Mais, parmi les médias trotskystes, la règle est :" Hide the decline!" afin d'atteindre l'objectif récessif...un immense canular très rémunérateur pour les associations réchauffistes, qui engrangent des millions de dollars, comme l'affirme justement Donald, qui compte assécher les subventions ONUsiennes, dès l'année prochaine...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/12/2016 - 16:57
@brennec
Lisez "l'innocence du carbone" de François Gervais (Albin Michel) et vous comprendrez mieux comment nous sommes tous manipulés...,
On en reparle après !