En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Atlantico Green
Et si les abeilles n’étaient pas en voie de disparition ?
Publié le 06 décembre 2016
De récentes recherches remettent en cause l'état de nos connaissances actuelles sur les abeilles, et tout particulièrement sur leurs mouvements migratoires.
François Lasserre est auteur d'un ouvrage de vulgarisation sur les insectes, J'observe les insectes, édité chez La Salamandre, et vice-président de l'Office pour les insectes et leur environnement. Il est également co-président de Graine Ile...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lasserre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lasserre est auteur d'un ouvrage de vulgarisation sur les insectes, J'observe les insectes, édité chez La Salamandre, et vice-président de l'Office pour les insectes et leur environnement. Il est également co-président de Graine Ile...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De récentes recherches remettent en cause l'état de nos connaissances actuelles sur les abeilles, et tout particulièrement sur leurs mouvements migratoires.

Atlantico : Une équipe de chercheurs internationale a récemment publié une étude sur les difficultés qu'il y a à comprendre le phénomène de disparition des abeilles. Qu'est-ce que cette étude, parue dans Science et Nature, pourrait-elle remettre en question ? Quels enseignements pourrait-on en tirer ? 

François Lasserre : Le premier enseignement à tirer est que nous avons du mal à différencier les abeilles domestiques élevées par des apiculteurs pour faire du miel, qui pollinisent une partie seulement des fleurs, et les autres pollinisateurs, dont les abeilles sauvages qui ne suscitent pas l’attention car elle ne sont pas productrices de miel. Il y a trop souvent une confusion entre les types d’abeilles. Celles qui produisent du miel ne représentent que quelques espèces sur 20 000. En France, sur environ 1 000 espèces, une seule est élevée pour la production de miel. Le retour à la réalité des abeilles, s’il nous vient d’apiculteurs qui ont un intérêt économique et qui ne sont pas des scientifiques, diffère de celui des naturalistes qui peuvent voir les espèces dans leur ensemble. Le point de vue d’un spécialiste qui étudie les différentes abeilles de celui qui voit au quotidien ses ruches diverge : parfois les apiculteurs n’ont pas assez de recul pour procéder à un diagnostic juste. Il faut que le ressenti des apiculteurs soit vérifié de façon scientifique. Les apiculteurs sont, d’une certaine manière, des agriculteurs; leur activité a un but commercial ou récréatif. Peu de personnes connaissent réellement les insectes: cela entretient donc une confusion sur la réalité de la vie des espèces.

Depuis toujours, la cause de la disparition des abeilles est multifactorielle; il nous a toujours été très compliqué d’en identifier une seule. Le milieu fait beaucoup de bruit à propos des abeilles domestiques: entre les apiculteurs qui ont même des syndicats, les chercheurs et les consommateurs, les lumières sont réservées à cette espèce.

Par ailleurs, les apiculteurs ne remettent jamais en question leur pratique qui, d’une certaine façon, exploite les abeilles: ils les transportent, font venir des acariens, fragilisent l’espèce, etc. L’apiculteur voit les abeilles avec un point de vue très partial et intéressé. L’Homme exploite les abeilles depuis des millénaires et se retrouve avec les mêmes problèmes que les autres éleveurs: les abeilles sont entretenues par les humains, l’espèce est au fur et à mesure du temps affaiblie.

Les terres sont, d’une certaine façon, trop entretenues par l’Homme. Le manque de diversité dans la nature, et donc dans la nourriture, a un impact sur les espèces.

 

Comment les chercheurs en question en sont-ils arrivés à cette conclusion ?

Il y a une forme de confusion chez ces chercheurs. Nous avons du mal à sortir de l'anthropomorphisme. Nous avons un rapport charnel avec l’abeille domestique et sa ruche. Nous aimons tous le miel ce qui explique que nous ayons tendance à être subjectifs sur la question.

Nous manquons également beaucoup de spécialistes, d'entomologistes, qui étudient les espèces et pas que les abeilles domestiques dans les ruches. Très peu de naturalistes travaillent sur les insectes et leur disparition. Nous savons que les espèces ont besoin de diversité: si leur milieu est trop entretenu par l’Homme, alors elles vont rencontrer des problèmes pour survivre.

A la lecture de ces résultats, les différentes politiques mises en place pour lutter contre cette extinction présumée vous semblent-elles efficaces, ou faudrait-il procéder à des réajustements ?

En tant que vice président de l’Opie (l’Office pour les insectes et leur environnement), notre organisme a lancé, en partenariat avec le ministère de l’Environnement, un plan national d’action pour la sauvegarde de tous les pollinisateurs qui s’appelle “France terre d’abeille”. Nous avons listé les plus de 9 772 espèces de pollinisateurs en France. Notre plan se consacre à la sauvegarde de ces différentes espèces.

Pour préserver toutes ces espèces, les humains doivent apprendre à laisser la nature un peu tranquille, partout où ils le peuvent. Lorsque nous construisons en détruisant une partie de l'écosystème, nous créons des compensations; or ces compensations n'en sont pas vraiment. Il faut, avant de construire, étudier les différentes espèces présentes pour réussir à leur offrir un habitat et une alimentation inchangés. Aujourd’hui, nous faisons le contraire. Il faut que nous apprenions à inverser cette tendance; nous sommes tous concernés par ce sujet.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 05/12/2016 - 08:13
Intéressant et relativement convaicant
Beaucoup de vrai dans l'article. La soi-disant disparition des fruits et légumes suite à une hypothétique disparition de l'abeille domestique est une fable sans fondement scientifique. Par contre il est exagéré de dire que les apiculteurs ne remettent pas en cause leurs pratiques. Beaucoup seraient en accord avec la plupart de l'article. Maintenant, au quotidien, ils sont sous la pression économique, comme n'importe quel éleveur, et ne dégagent ni le temps ni les marges pour faire de la R&D. Cependant, ils sont passionnés et ont une certaine soif de connaissance, mais ils manquent de science. Tout ce qu'ils ont à se mettre sous la dent, soit sort de che Monsanto, soit n'est pas directement applicable à leur problème.