En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Japon : une lueur d'espoir au milieu du chaos

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 7 heures 44 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 8 heures 14 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 9 heures 7 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 9 heures 53 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 14 heures 6 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 14 heures 27 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 15 heures 54 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 15 heures 56 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 7 heures 57 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 8 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 9 heures 35 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 10 heures 4 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 15 heures 57 min
© wikipédia
Minute Tech bracelets connectés
© wikipédia
Minute Tech bracelets connectés
La minute tech

Ces bracelets connectés accusés de violer les lois européennes de protection des données personnelles

Publié le 21 novembre 2016
Les objets connectés que nous utilisons de plus en plus permettent la récupération d'un très grand nombre de nos données personnelles, par le contournement des législations en vigueur pour lutter contre cette pratique à laquelle s'adonnent les entreprises, mais aussi les gouvernements.
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les objets connectés que nous utilisons de plus en plus permettent la récupération d'un très grand nombre de nos données personnelles, par le contournement des législations en vigueur pour lutter contre cette pratique à laquelle s'adonnent les entreprises, mais aussi les gouvernements.

Atlantico : Les fabricants de bracelets connectés sont accusés par le Conseil Norvégien des consommateurs de recueillir de nombreuses données personnelles sans que l'utilisateur le sache, et ce en dehors même de l'exercice physique. L'opacité du traitement de ces données leur est également reprochée. Peut-on envisager, qu'effectivement, les utilisateurs aient été espionnés à leur insu via ces objets connectés ?

Olivier Babeau : Cette affaire est révélatrice d’un enjeu économique, social et politique fondamental des prochaines années : celui de la collecte massive de données concernant nos faits et gestes (littéralement dans ce cas !) et de leur utilisation. Lisons quelques-uns des reproches énoncés par le Conseil norvégien des consommateurs : "aucune des entreprises ne signale formellement les changements de leurs conditions d’utilisation des données"; elles "collectent plus de données que nécessaire pour fournir leurs services", aucune d’entre elles "n’expliquent complètement avec qui elles peuvent partager leurs données"Ces reproches pourraient être appliqués à un très grand nombre d’autres acteurs du numérique ! En réalité, je crois que l’agence gouvernementale norvégienne met les pieds dans le plat en dénonçant une immense hypocrisie dans la façon dont fonctionne d’ores et déjà le système sans l’avouer tout à fait. L’utilisation extensive et débridée des données collectées, c’est le roi nu du conte d’Andersen !

Bien sûr que nous sommes d’ores et déjà espionnés à notre insu. En pratique, combien d’entre nous lisent réellement les conditions générales d’utilisation qui stipulent le type de suivi qui est fait par chaque application ou site que nous utilisons ? Sommes-nous vraiment conscients de l’usage qui est fait des données que nous laissons derrière nous, même si nous sommes théoriquement prévenus ? Cela nous préoccupe-t-il d’ailleurs vraiment ?

La protection contre l’espionnage reste possible (utilisation de Vpn, suppression des cookies, désactivation des options automatiques, etc.), mais elle nécessite des efforts particuliers que le grand public ne réalisera jamais.

Les pratiques de pistage sont déjà répandues et l’affaire de ce bracelet n’est qu’une infime partie émergée de l’iceberg. Nombre d’applis de nos smartphones nous préviennent déjà qu’elles fonctionnent en-dehors du moment de leur utilisation, c’est-à-dire notamment qu’elles recueillent des données sur nos déplacements en permanence. Les données du podomètre intégré sont aussi probablement utilisables facilement. Le pistage est réel, et il est de plus en plus élaboré. Avec les objets connectés que nous allons utiliser de plus en plus, en particulier concernant la santé, cette connaissance que les réseaux captent de nous va devenir plus complète que jamais.

A quoi les données recueillies auraient-elles pu servir ? De quel type de données parle-t-on ?

Deux types d’acteurs sont intéressés par la connaissance intime de la population : les entreprises et le pouvoir politique.

Les entreprises cherchent à mieux vous connaître pour vendre plus. Il peut s’agir de connaître vos goûts pour vous proposer le bon produit, ou bien vendre cette connaissance pour cibler une communication publicitaire (modèle de Google), ou bien encore d’accéder en profondeur à vos mécanismes mentaux pour actionner le levier qui précipitera votre décision. Les techniques de vente n’ont pas attendu Internet pour utiliser à fond tous les ressorts de la psychologie, mais grâce au numérique elles disposent désormais d’une connaissance dépassant de loin les traditionnelles données professionnelles et démographiques dont le marketing se servait autrefois. Comme le dit l’agence, cela permet aussi à l’entreprise d’introduire une discrimination par le prix, c’est-à-dire de faire varier le prix en fonction de ce que l’on sait de vous afin de vous faire payer le maximum…

Ces pratiques me font moins peur que celles des gouvernements. Avant-hier, la police disposait de votre adresse, pouvait intercepter des lettres et essayer de surveiller vos déplacements. Cela était très imparfait et seulement faisable sur une échelle relativement réduite. Hier, avec le début des réseaux, elle pouvait plus facilement écouter les conversations, recueillir les actions bancaires et paiements, suivre les déplacements (via votre smartphone) sur une base beaucoup plus large. Demain, elle sera capable de suivre la quasi-intégralité de la population dans toutes ses dimensions, sauf la pensée. La plus grande nouveauté dans les années qui viennent sera sans doute la facilité à intégrer les différentes sources de données pour reconstituer les éléments concernant chacun d’entre nous : ceux d’une caméra de surveillance (pardon, "vidéo-protection"), de votre réfrigérateur, de votre tensiomètre, de vos messages en ligne, de votre navigation sur internet, etc. C’est cela qui me semble vraiment terrifiant. L’actuelle logique de protection et d’infantilisation d’ores et déjà à l’œuvre justifiera l’utilisation de développements d’outils de contrôle social sans cesse plus parfaits. La récente affaire du fichier TES qui doit répertorier les 60 millions de Français n’est qu’une étape de plus qui sera inéluctablement franchie un jour ou l’autre, et largement dépassée. L’existence de cette immense machine de surveillance, qui grossit petit à petit, serait létale pour notre liberté, non seulement parce qu’elle passerait en grande partie par la multiplication des limites à nos décisions au nom de notre bien, mais aussi parce qu’elle permettrait à une dictature totalitaire de s’imposer sans rébellion possible.

On peut souhaiter que les actions en justice qui fleurissent à l’encontre des entreprises soient l’avant-garde d’une lutte tout aussi déterminée contre la surveillance étatique, et non de simples contre-feux destinés à nous faire croire que le seul problème vient du secteur privé. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Japon : une lueur d'espoir au milieu du chaos

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires