En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Atlantico Green

Une révolution énergétique vient-elle de se produire en silence ?

Publié le 06 novembre 2016
Une étude de l'Agence internationale de l'Energie révèle que les énergies renouvelables dépassent pour la première fois le charbon dans la production d'énergie. Une progression qui s'explique notamment par la baisse des coûts de fabrication des équipements liés à ces énergies.
Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Maestroni
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude de l'Agence internationale de l'Energie révèle que les énergies renouvelables dépassent pour la première fois le charbon dans la production d'énergie. Une progression qui s'explique notamment par la baisse des coûts de fabrication des équipements liés à ces énergies.

Atlantico : Les énergies renouvelables sont en progressions sur la planète. Selon des chiffres publiés par le Financial Times provenant d'une étude de l'Agence internationale de l'Energie, 500 000 panneaux solaires ont été installés tous les jours en 2015. Par ailleurs, les éoliennes sont de plus en plus nombreuses dans certains pays, comme la Chine. Quelle est aujourd'hui la part des énergies renouvelables dans la production d'énergie? Peut-on parler de tournant dans la production d'énergie?

Myriam Maestroni: 2015, année de la Cop 21, doit désormais être également retenue comme une année exceptionnelle pour le développement des énergies renouvelables partout dans le monde. En effet, l’accroissement de la capacité de production d’électricité renouvelable, notamment solaire et éolienne qui se taillent la part du lion avec près de trois quart du total (49 et 63GW respectivement), a atteint le niveau record de 153 GW installés. Il s’agit là, d’une capacité équivalente à plus de la totalité de la capacité de production cumulée d’un pays comme le Canada, comme le rappelle justement l’Agence internationale pour l’Energie (AIE). Ainsi fin 2015, selon le dernier rapport publié par le Réseau international des énergies renouvelables (Ren21), la capacité d’énergie renouvelable (toutes sources confondues, dont l’hydroélectricité) installée dans le monde s’élèverait à 1,849 GW, soit une hausse de 8,7% par rapport à 2014. Néanmoins, la part des énergies fossiles (charbon, gaz naturel et pétrole) reste prédominante. En 2010, ces dernières représentaient 81% du mix énergétique mondial  et les projections de l’AIE à 2035 jusqu’à encore récemment ramenaient cette part à 76% à l’horizon 2035. Cette approche est aujourd’hui vue comme un peu dépassée au grand dam des pays producteurs de pétrole dont la politique de prix cassés ne suffit pas à retarder une transition globale rapide vers les énergies renouvelables.

Les énergies renouvelables sont-elles un "effet de mode" ou sont-elles appelées à prendre de l'ampleur dans les décennies à venir? Pourraient-elles à terme remplacer complètement les énergies fossiles?

Force est de constater que la conjugaison d’une chute plus rapide que prévue de la demande en énergies fossiles et d’une nette augmentation de la demande en énergies alternatives entraîne des scenarios en rupture, comme celui présenté par l’étude publiée par le Bloomberg New Energy Finance (Bnef) Analysis, en juin dernier, sur les tendances des marchés de l’énergie à 25 ans, qui prévoit un renversement des consommations énergétiques en 2025. Un certain nombre de facteurs sembleraient justifier cette projection: fort accroissement de la compétitivité des technologies de production des énergies renouvelables, politiques environnementales volontaristes, accès plus aisé aux financements, attention redoublée en matière de sécurité des approvisionnements, sensibilité forte aux enjeux climatiques, besoins croissants d’énergie dans les pays en développement, volonté d’accès aux énergies modernes et décentralisées. Sur de nombreux marchés, les énergies alternatives semblent s’imposer comme des sources principales d’énergie, et on voit de plus en plus de villes, régions ou entreprises se positionner en faveur d’une logique énergétique  100% renouvelable, confortées par des études de plus en plus nombreuses sur la pertinence et la viabilité d’une telle orientation.

Néanmoins, aujourd'hui, la production d'énergie par le renouvelable reste bien inférieure à celle par le fossile. Comment augmenter la part du renouvelable dans le mix énergétique et diminuer celle des énergies fossiles ? Le nucléaire vous semble-il être une solution pour atteindre l'objectif d'un monde sans énergie fossile?  

La progression permanente des technologies, la réduction des coûts, les retours d’expérience permettant une plus grande pertinence en termes de conception de projets donnent lieu à un accroissement des facteurs de capacité (rapport entre la production effective et la capacité maximale de production dépendant de la puissance installée sur cette même période), ou encore la préoccupation croissante des citoyens face à la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes, pour ne citer que quelques arguments, contribuent à l’augmentation de la part des énergies renouvelables naturellement. La réduction de la part des énergies fossiles passe par une baisse des investissements encore très élevé (de l’ordre de 2 100 milliards de dollars/an d’ici à 2040, niveau désormais bien faible face aux 7 800 milliards investis en renouvelables, selon l’étude Bnef). 

Il est par ailleurs essentiel de bien intégrer que le développement des énergies renouvelables est de plus en plus pensé en équation avec une amélioration de l’efficacité énergétique et une plus grande interaction avec un consommateur plus sensibilisé (au prix, au changement climatique, à ses nouvelles opportunités de devenir producteur d'énergie plus indépendant) et donc plus acteur. Cependant, le rôle des gouvernements reste clé car la réglementation, les mesures fiscales (quelles qu’elles soient: taxes, accises, prix du CO2…), les campagnes d’information, etc. qui sous-tendent les politiques énergétiques continueront à fortement orienter l’évolution des choix des entreprises, des collectivités, des citoyens… et inversement ! A ce propos il me semble important de mentionner que la publication du décret de la Programmation pluriannuelle de l’énergie au Journal Officiel du 28 octobre englobe une série de mesures qui contribueront à faire évoluer notre pays, et à le remettre peut être dans une logique de leader sur le nouveau monde de l’énergie...Néanmoins, la tâche reste assez difficile, justement à cause de la sur-représentativité du nucléaire dans notre mix énergétique qui représente encore près des deux tiers de notre production électrique, quand sa part globale dans le monde est inférieure à 15%. Ceci explique d’ailleurs  que , d’ici à 2030, plus de 200 nouveaux réacteurs seront mis en exploitation pour un montant d’investissements estimé à 1 200 milliards de dollars, notamment en Asie. Malgré cela, cette énergie reste toujours sujette à des prises de position brutales liées à la question du risque nucléaire (tout le monde garde présent à l’esprit l’exemple du Japon post-Fukushima), des convictions politiques très polarisées sur ce sujet, et de la perception des populations (il en va ainsi de l’Allemagne qui a décidé de sortir totalement du nucléaire). De plus, elle implique des investissements très lourds, des coûts liés à la sécurité qui s’envolent. Ceci ne rend pas simple l’analyse de son évolution dans un monde de l’énergie 2.0 en profonde phase de transformation.

Les coûts de production des éoliennes et des panneaux solaires sont à la baisse. Comment l'expliquer? Cette tendance à la baisse peut-elle s'inscrire dans la durée?  

L’accroissement des investissements donne lieu à des effets d’échelle qui se traduit par une baisse des coûts. Ainsi, le coût du solaire photovoltaïque a baissé de plus de 50% entre 2010 et 2015, et une autre diminution de près de 60% est à prévoir d’ici 2025 d’après l’Irena-Agence internationale de l’énergie renouvelable. Cela contribuera à améliorer encore davantage la compétitivité de cette énergie. On constate la même tendance pour le solaire à concentration qui connaîtra une chute de 43%, mais aussi l’éolien onshore et celui offshore qui coûteront, respectivement, 26% et 35% moins chers au même horizon.

Au delà de l’effet d’économie d’échelle, cette baisse des coûts est également liée aux progrès technologiques et plus généralement à une courbe d’apprentissage rapide  dans un contexte favorable. L’enchaînement de cercles vertueux sert fortement cette tendance, puisque l’on voit se développer un éco-système global qui permet d’envisager un développement plus rapide que prévu des véhicules électriques vus comme autant de mini stockages d’électricité, des technologies dites "smart" facilitant le confort de l’utilisateur partie prenante dans une logique globale de producteur-consomm’acteur, mais aussi bien sûr des technologies de stockage de cette énergie qui deviendra idéale lorsqu’on sera complètement capable de la stocker. Un sujet sur lesquels les plus grands progrès restent à venir et surviendront.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

05.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

06.

Quand les documents officiels sur le SNU montrent que l’occasion de restaurer l’autorité a été manquée

07.

Pourquoi l’Europe ne s’est jamais complètement remise de l’échec de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 08/11/2016 - 10:47
COP 22
et un mensonge ,gros commun éléphant ,de plus
et c'est reparti... taper taper enfoncer le clou ;ont bien réussi à faire croire au français que les OGM c'est mauvais pour la santé ,qu'il n' y a plus d'our s blanc;que légal de schiste venait de 3000 m déclenche du feu au robinet,que la mer monte partout m^me dans les iles qui construisent depuis des années des aéroports sur mer sans rien voir monter, de la disparition du pétrole alors quoi est noyé dedans , du réchauffement lorsque 30 ans c'était le refroidissement...que lesengrais sont une catastrophe pour l'humanité ,que travailler la terre comme eau 18eme siècle c'est l'avenir de l'homme etc etc..
vacciné
- 06/11/2016 - 16:59
j'ai disjoncté
après l'ânerie " chute plus rapide que prévu de la demande en énergies fossiles" . chute? cette demande continue 'augmenter au niveau mondial ( et je le déplore). Il ne s'agit que de ralentissement de la hausse pour le moment. Myriam est incompétente et/ou non-objective
pale rider
- 06/11/2016 - 16:54
Je ne pensais par lire un jour ici
Un article de désinformation pareil ou bien ignorance crasse du sujet ?) ! +1 aux 2 commentateurs précédents .