En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 32 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 4 heures 20 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 4 heures 56 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 25 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 6 heures 52 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 8 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 2 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 3 heures 34 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 4 heures 40 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 5 heures 45 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 6 heures 38 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 7 heures 41 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Politique
Education nationale

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

il y a 8 heures 36 min
Un plat qui surfe sur la vague

Le biocarburant du futur : l'algue ?

Publié le 02 septembre 2016
Les algues sont d’actualité. Coincées entre les orteils des vacanciers, disposées dans les assiettes des grands-chefs étoilés... certaines finiront même par conquérir nos moteurs ! L'algocarburant est le dernier type de biocarburant à la mode et il conquit de plus en plus de chercheurs.
Jean-Philippe Steyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Philippe Steyer est directeur de Recherche à l’Institut National de la Recherche Agronomique et dirige le Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement en Narbonne. Passionné par le thème populaire de la valorisation des déchets, il est l’auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les algues sont d’actualité. Coincées entre les orteils des vacanciers, disposées dans les assiettes des grands-chefs étoilés... certaines finiront même par conquérir nos moteurs ! L'algocarburant est le dernier type de biocarburant à la mode et il conquit de plus en plus de chercheurs.

Atlantico : L’algue est considérée comme un biocarburant de 3ème génération. Celle-ci succède à la génération biocarburant agroalimentaire, et à la génération de biocarburant biochimique. Comment peut-on obtenir de l’énergie à partir d’un végétal qui ne comporte ni feuille, ni fleur, ni graine ?

Jean-Philippe Steyer : Ni racines ! L’algue est une riche ressource de bioénergie, malgré l’absence de tous ces attributs. Pour comprendre ce tour de passe passe, il faut savoir deux choses. Les propriétés usuellement utilisées pour produire du biocarburant sont les lipides et l’amidon. Or, sous certaines conditions, les algues en produisent massivement et les stockent dans leurs cellules. Lorsque on les cultive en vue de produire du biocarburant, on provoque une carence en éléments nutritifs, et principalement en azote. Ainsi, les algues font des “réserves” d’énergie, comme un marathonien pourrait stocker du gras lorsqu’il réduit son apport en glucides. Pour récupérer ces quantités d’énergie (celles de l’algue), on casse les cellules, et en suivant les protocoles de l’extraction, on prélève les lipides nécessaires à la conversion en biocarburant. Celle-ci est déclenchée par une réaction chimique avec tantôt du méthanol, tantôt de l’hydrogène.

Depuis quelques années, il est reconnu que les algues présentent des avantages sur le premier biocarburant exploité aujourd’hui, le maïs. En quoi consistent ces avantages ?

En théorie, les avantages sont nombreux. En premier lieu, on peut mentionner celui qui attire nombre de société agricoles : la productivité à l'hectare de lipides, qui est supérieure à celle du maïs. En outre, la nature de l'algue est plutôt pratique : puisqu'on la cultive dans des bassins, on peut l'exploiter à peu près partout, et surtout sur des terres non-arables. Enfin, on sait que les engrais utilisés pour faire pousser du maïs sont composés d’éléments nutritifs tels que l’azote, le magnésium et le phosphore. Or, dans les eaux usées utilisées par les cultures de biocarburants, on retrouve précisément ces constituants. Dès lors, on peut inscrire l'exploitation des algues dans une perspective renouvelable. De la même façon, puisque les algues consomment du Co2, on peut compenser les effluves des usines et autres producteurs de Co2 industriel, ce qui participe à une réduction des dégradations de l’environnement. A noter aussi, les risques de fuite de pesticides dans la nappe phréatique sont nuls car les bassins de culture sont couverts : un énième bénéfice pour la préservation de l’environnement.

Peut-on envisager dans un futur proche d’utiliser cette source d’énergie pour alimenter une grande partie, si ce n’est pas la totalité de nos transports ? 

Le chemin vers un usage généralisé de ce type de bioénergie est, pour le moment, bloqué par deux verrous. Le premier concerne le coût de production, qui s’avère être particulièrement élevé : la technicité nécessaire pour extraire les huiles des algues et les convertir en biocarburant est d’un tel niveau qu’elle ne permet aujourd’hui de tirer de bénéfice, ou bien même d’assurer une production importante sans s’endetter ou dépendre d’aides financières. Le second verrou concerne la taille du produit . Les algues qu’on cultive dans les bassins sont très petites : on ne peut retirer en moyenne qu’un gramme de concentration de lipides sur un litre d’eau. On produit donc environ une unité énergétique pour en récolter une autre...ce qui ne propose guère un bilan énergétique attrayant ! Sans compter que les cellules que l’on sélectionne dans une algue pour en extraire de l’huile relèvent de l’échelle microscopique, ce qui requiert des instruments techniques bien précis, et un investissement temporel important. De la même façon, il faut constamment mélanger le bassin de culture pour que les algues reçoivent uniformément les mêmes doses de nutriments et qu’elles produisent la même quantité de lipides. Une pratique qui dépense plus d’énergie que celle investie lorsque laboure un champ, par exemple. En bref, les moyens technologiques destinés à produire de “l’algocarburant” sont de manière générale plutôt énergivores. C’est pourquoi on peut se demander si le biocarburant peut réellement être considéré comme le domaine de prédilection de l'exploitation des algues… Il semblerait que celles qu’on fait du végétal sont plus probantes : qu’il s’agisse de l’usage de la spiruline (type de microalgue) pour les compléments alimentaire, de ses ressources en vitamines C pour la cosmétique, ou encore de ses propriétés thérapeutiques pour l’industrie pharmaceutique.

Propos recueillis par Victoire Barbin Perron 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pessimiste actif
- 07/08/2016 - 15:41
Vendeur de rêve...
L'article le reconnaît honnêtement: L'EROEI (Gain énergétique net en français) des algues est désastreux. Ceux qui présentent donc les algues comme le carburant de l'avenir, notamment pour les avions, sont des marchands de rêve; la densité énergétique des biocarburants ne sera jamais au rendez-vous pour balader des passagers de Paris à New-York pour 500 € A/R! Profitez de l'époque pour voyager tant qu'il est encore temps, bientôt votre meilleur ami sera le vélo!...
PIERRE CHARBONNIER
- 07/08/2016 - 11:51
Fermentalg...
http://www.fermentalg.com
MIMINE 95
- 07/08/2016 - 10:35
il conquit.....!!
ou plutôt , il "conquiert".