En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 34 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 9 heures 12 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 51 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 17 heures 13 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 56 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 50 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 33 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 17 heures 3 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Green

Le monde sur le point d'installer 700 millions de climatisateurs : et le climat… ?

Publié le 26 juin 2016
Les scientifiques prévoient une augmentation considérable de l'utilisation des climatiseurs dans le monde d'ici 20 ans qui participerait nettement au réchauffement climatique.
Thomas Désaunay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
  Thomas Désaunay est docteur en sciences des matériaux et spécialisé dans l’énergie. Investi dans la lutte contre le changement climatique et l’émergence d’une société plus résiliente, il participé avec l’association CliMates à l’organisation de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les scientifiques prévoient une augmentation considérable de l'utilisation des climatiseurs dans le monde d'ici 20 ans qui participerait nettement au réchauffement climatique.

Atlantico : Le laboratoire National de Berkeley annonce que 700 millions de climatiseurs seront en fonctionnement dans le monde en 2030 et alerte sur les conséquences climatiques que cela engendrerait. De quelle pollution est responsable le climatiseur?

Thomas Desaunay : Tout d'abord, on peut relativiser le problème. Il y a pire que le climatiseur : le chauffage ! Les chauffages engendrent une demande en puissance de 20 GWatt tandis que les climatiseurs nécessitent 1GWatt. Pour l'instant, on pompe donc plus sur le système électrique en hiver qu'en été. 

Mais revenons au climatiseur : il contribue de deux façons distinctes au changement climatique. Il participe tout d'abord aux émissions de CO2 "directes" par la consommation d'électricité, qui nécessite des énergies fossiles : on crée du CO2 car on augmente la consommation d'énergie via les climatiseurs.

Ensuite, ces climatiseurs fonctionnent avec des gaz que l'on appelle "caloporteurs". Ces gaz hydrofluorocarbures (HFC) sont utilisés dans les systèmes de réfrigération, dans les réfrigérateurs notamment. Le problème est qu'ils fuitent en fin de vie si le recyclage est mal effectué. Les machines qui utilisent ce type de gaz doivent être extrêmement bien prises en charge et retraitées. 

Et ils ont un pouvoir réchauffant qui est plusieurs milliers de fois supérieur à celle des CO2 et une durée de vie extrêmement longue. Et participent déjà aujourd'hui environ de 1% au changement climatique. Et on ne parle seulement des fuites comptabilisées. Mais comment concrètement calculer les rejets dans l'atmosphère de ces gaz ? La chose est bien plus complexe que lorsqu'on vend du pétrole ou du charbon. Dans ce cas-là, les registres de vente facilitent le décompte. Si le gaz HFC est considéré comme bien recyclé en fin de vie - les filières de recyclage sont présentes -, la réalité est différente. Les réfrigérateurs en fin de vie peuvent finir en décharge sauvage. Je ne vois pas pourquoi ce serait différent avec les climatiseurs. Et lorsque ces machines ne sont pas prises en charge, les gaz se dégagent dans l'atmosphère. De plus, il n'existe pas vraiment de substitut à ces gaz pour le moment. Donc les chiffres annoncés par le laboratoire national de Berkeley qui prévoient 700 millions de climatiseurs en 2030 et 1,6 milliards en 2050 ont de quoi être alarmants. Tout dépendra en fait de la façon dont tous ces nouveaux climatiseurs seront recyclés. 

Le laboratoire est finalement assez optimiste dans ses pronostics sur la consommation d'électricité car, selon lui, il est possible de recouvrir à une énergie verte et à un climatiseur moins énergivore, qu'en pensez-vous ?

L'électricité est en grande majorité générée par les énergies fossiles. Elles entraînent donc directement des émissions de CO2. Le remplacement du gaz par des énergies renouvelables reste très hypothétique. 

Il y a une comparaison intéressante qui est faite. D'un côté, nous avons la quantité d'émissions de CO2 que nous pouvons éviter grâce aux projets d'installation d'énergies renouvelables. De l'autre, les augmentations d'émissions de CO2 si des millions de climatiseurs énergivores sont déployés. Et la comparaison n'est pas flatteuse, puisque ces climatiseurs viendraient anéantir les bienfaits de milliards d'investissements dans les énergies renouvelables. C'est pour cela que les chercheurs du laboratoire insistent sur l'efficacité du système de refroidissement. Le principe est simple : si l'efficacité est meilleure, on consomme moins d'énergie. Résultat : on émet moins. Une proposition que l'on retrouve souvent, par exemple dans l'aviation. Mais, malheureusement, face à une augmentation exponentielle, l'efficacité de la machine reste une amélioration à la marge. 

Un climatiseur "vert", moins énergivore, reste un climatiseur qui consomme. Comment enrayer réellement le problème ?

En réalité, les augmentations exponentielles de ce type sont une bonne nouvelle pour le marché donc nous avons donc toujours du mal à les combattre sans apparaître comme un "objecteur de croissance", pour reprendre la sémantique de Serge Latouche. Alors, on cherche à faire des améliorations du produit par son efficacité, son remplacement, plutôt qu'à éradiquer la consommation du produit. Le besoin du produit n'est pas remis en question. On se trouve là face à un problème de société. Prôner la sobriété, la baisse de la consommation, passe très mal de nos jours. 

Si l'on revient aux problèmes des climatiseurs, on peut se poser la question : comment les civilisations se sont-elles adaptées jusque-là sans climatiseur ? Quelles sont les adaptations culturelles, ou dans la construction, qu'elles ont adoptées ?

De plus, les énergies vertes, tout comme les énergies fossiles, créent une dépendance qui peut se révéler problématique lorsque le système énergétique se révèle défaillant. Par exemple, durant les cas de chaleur, il peut y avoir des problèmes de défaillance électrique quand les barrages hydrauliques sont asséchés ou quand il faut refroidir les centrales nucléaires.

Avec 50,5°C en Inde ce mois-ci, n'est-il pas un peu malvenu de vouloir limiter le développement du climatiseur dans ces pays émergents ?

Je reconnais que ce discours est glissant et que l'on peut donner l'impression de vouloir restreindre les pays en voie de développement. Et par là-même, de les empêcher de se développer. Il s'agit en réalité de ne pas reproduire le modèle occidental qui est vulnérable à cause de sa dépendance à l'énergie. Car les pays émergents risquent de reproduire cette dépendance, qui n'est pas un cadeau. On peut voir les choses différemment : de tout temps, on a créé des bâtiments bioclimatiques, c'est-à-dire construits avec une technique et des matériaux adaptés à la situation, à la température locale. Mais ces dernières décennies, cet impératif a été oublié. Les constructions étaient énergivores et mal isolées. Alors, on y a surimposé un autre système technique pour corriger le problème : le climatiseur.  Puis un autre pour le nouveau problème, etc.

La règlementation de 2012 concernant les logements en France va dans le bon sens. Elle introduit une norme stricte en termes d'isolation. C'est dans ce sens-là qu'il faut se diriger et investir. Idem pour les pays en développement : l'idée serait de mettre l'argent dans des bâtiments peu gourmands en énergie, étanches, bien isolés. Ainsi, on se prépare pour le futur à être moins énergivore et donc, à limiter le besoin de climatiseur. Si on ne l'arrête pas totalement, la consommation en climatiseur sera fortement diminuée.

La solution viendrait donc d'une politique étatique. Si cette politique n'est pas réalisée, l'Indien, à son échelle individuelle, pour revenir à notre exemple, finira par s'acheter un climatiseur. 

Propos recueillis par Clémence Houdiakova

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 27/06/2016 - 16:52
pire encore
de smillions bagnoles électriques climatisées alors-:)
moneo
- 27/06/2016 - 11:39
je me marre
Pendant ce temps on file la moitié du prix d'une bagnole en subventions pour acheter une bagnole électrique... pas de climatiseur mais beaucoup bagnoles électriques... Co 2 excellent pour la nature pas de Co2 pas de photosynthèse ;pas de vie végétale pas de vie tout court Quant au fameux trous au niveau des pôles qui devaient nous tuer ils ont disparu ..
Atlantico 2 fois par semaines nous publie son article sur notre mort prochaine sauf à ne plus accepter le progrès technologique et enfin revenir au niveau de vie d'avant l'industrialisation ( niveau de vie 10 fois inférieur)
solognitude
- 26/06/2016 - 17:47
La solution est évidente:
Produisons de l'électricité à partir du nucléaire !