En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

05.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

06.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 14 heures 43 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 16 heures 15 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 18 heures 9 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 19 heures 51 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 22 heures 11 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 23 heures 54 sec
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 23 heures 26 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 1 jour 6 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 16 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 17 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 15 heures 45 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 17 heures 43 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 18 heures 33 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 20 heures 28 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 22 heures 41 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 23 heures 13 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 23 heures 39 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 16 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 17 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 17 heures
Atlantico.fr Politico Scanner Brexit ligne droite
Atlantico.fr Politico Scanner Brexit ligne droite
Politico scanner

Remontée des pro-Brexit : les motivations surprises que révèle le détail des sondages de la dernière ligne droite

Publié le 08 juin 2016
Immigration, économie, indépendance, ouverture sur le monde et souveraineté sont les principaux sujets qui importent aux électeurs des deux camps. Pourtant, peu sensible aux propos techniques sur cette question, les anglais se laissent davantage aller à l'émotion.
Sophie Pedder
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Pedder est Chef du bureau de The Economist à Paris depuis 2003. Elle est l'auteur de Le déni français aux éditions JC Lattès.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Immigration, économie, indépendance, ouverture sur le monde et souveraineté sont les principaux sujets qui importent aux électeurs des deux camps. Pourtant, peu sensible aux propos techniques sur cette question, les anglais se laissent davantage aller à l'émotion.

Atlantico : Les sondages montrent que les deux camps sont toujours au coude-à-coude. Selon un sondage YouGov du 6 juin, 41% veulent rester dans l'Union européenne, et 45% en sortir. Les indécis, eux, représentent un peu plus de 11% des voix. Quels sont les arguments qui touchent l'un ou l'autre des deux électorats ?

Sophie Pedder : Pour ceux qui souhaitent quitter l'Union européenne, le principal argument qui les touche est celui du contrôle des frontières, et plus globalement celui de la maîtrise de l'immigration. C'était un sujet déjà important au début de la campagne, mais plus la date du référendum s'est approchée et plus il est devenu dominant. Cela s'explique en partie parce que les questions économiques n'ont eu que peu de portée dans le camps pro-Brexit : aucune étude crédible ne montre un impact positif d'une sortie, et les chiffrages du bénéfice budgétaire d'une sortie ont été décrédibilisés par des manipulations de statistiques. Le camp en faveur du Brexit est donc stratégiquement revenu sur l'immigration. Ils y ont d'ailleurs été aidés avec des événements tels que la crise des migrants ou les attentats terroristes, même si le lien n'est pas direct.

Déterminants sociologiques du vote (Source The Guardian)

 

Pour ceux qui souhaitent rester, leurs raisons sont en premier lieu la rationalité économique, avec l'accumulation d'études sérieuses -- du FMI, de la Banque d'Angleterre, du Trésor britannique, de l'OCDE -- qui démontrent l'impact négatif sur l'économie britannique d'une sortie de l'Union européenne. Ensuite, la sécurité et la coopération dans la lutte contre le terrorisme.

Toujours selon ce sondage, les jeunes paraissent beaucoup plus réticents que leurs aînés, fracture que l'on ne retrouve par ailleurs pas en France sur la question d'une sortie de l'Euro... Comment l'expliquer ?

Il existe de nombreuses différences entre les électeurs français et britanniques. Pour vous répondre, je pense que la fracture générationnelle britannique sur ce sujet est liée au fait que les anciennes générations ont connues la période pré-adhésion à l'UE EN 1973, tandis que les jeunes n'ont connu que le schéma actuel. Les jeunes britanniques, aussi, vivent dans une société et une économie mondialisée, ils voyagent beaucoup plus que leurs parents, et ils ne veulent pas que de nouvelles barrières se dressent entre eux et les universités européennes ou l'emploi en Europe par exemple. Les jeunes sont donc plus pro-européens.

Qu'est-ce qui pourra donc modifier l'opinion, faire changer d'avis ou décider les électeurs à l'approche de la date du vote ?

Le scénario malheureux serait évidemment un attentat qui bouleverserait sensiblement l'opinion. Mais je pense que parce qu'il est difficile pour les indécis de faire un choix, et parce que cette campagne a vu des tentatives de manipulations, avec un chef du Parti travailliste peu convaincant, c'est la peur de l'inconnu qui va jouer un rôle déterminant. Il faut bien comprendre que le choix du brexit est un choix assez violent, entre le statu quo et l'incertitude. C'est pourquoi je pense que la plus grande partie des indécis voteront soit pour rester dans l'UE soit ils se réfugieront dans l'abstention. Je pense que ce qui comptera tout particulièrement les dernières heures et les dernières minutes avant le vote, c'est cela, la peur de l'inconnu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Luca8369
- 10/06/2016 - 16:06
Brexit toujours tu m'intéresses
Heureux peuple qui se permet d'appliquer la Démocratie en son Royaume (Uni) :) Un peu comme la Suisse, d'ailleurs.
La fracturera plus significative est celle entre générations : Les vieux
( ceux d'avant l'entrée UK dans l'Europe) semblent nostalgiques au point de tenter le brexit, malgré la peur du changement naturelle "des vieux".
Ce qui donne à penser que la situation antérieure ne leur parait pas inconnue mais heureuse. Pour les jeunes, la peur de l'inconnu est la plus forte, avec certains avantages à conserver aussi.
Un Brexit serait intéressant pour tous : possible remise en question des fonctionnaires européens,négociations entre états pour trouver des règles de fonctionnement valides, acceptation des voix discordantes dans les cénacles européens, écriture de règles entrée et sortie, ...
On peut rêver.
zouk
- 08/06/2016 - 09:44
Brexit
Je ne me hasarderai pas à prédire le résultat. Les Britanniques ont généralement un souci très vif de leurs intérêts économiques, mais certaines fractions très bruyantes sont aussi capables d'emballements irrationnels parfaitement étrangers à leurs intérêts.
Deudeuche
- 08/06/2016 - 09:02
Le fond de commerce conservateur et UKIP
est depuis toujours la détestation du projet européen. Voter pour le maintien serait se renier. Seul l'hypothèque écossaise est un argument pour le maintien afin de calmer les ardeurs anti Europe et conforter les pro UK (plus d'Ecosse plus de RU). Néanmoins l'électorat de l'Angleterre du sud, de référence (les villages à la Barnaby) pas la purée londonienne déteste de tout cœur cette Europe et ne connaît que le Commonwealth et ....la maison de vacance en Dordogne (ou l'on reconstitue l'Angleterre éternelle) et serait prêt à envoyer péter les Ecossais qui seraient contrariés.