En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Atlantico.fr Politico Scanner Brexit ligne droite
Politico scanner

Remontée des pro-Brexit : les motivations surprises que révèle le détail des sondages de la dernière ligne droite

Publié le 08 juin 2016
Immigration, économie, indépendance, ouverture sur le monde et souveraineté sont les principaux sujets qui importent aux électeurs des deux camps. Pourtant, peu sensible aux propos techniques sur cette question, les anglais se laissent davantage aller à l'émotion.
Sophie Pedder est Chef du bureau de The Economist à Paris depuis 2003. Elle est l'auteur de Le déni français aux éditions JC Lattès.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Pedder
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Pedder est Chef du bureau de The Economist à Paris depuis 2003. Elle est l'auteur de Le déni français aux éditions JC Lattès.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Immigration, économie, indépendance, ouverture sur le monde et souveraineté sont les principaux sujets qui importent aux électeurs des deux camps. Pourtant, peu sensible aux propos techniques sur cette question, les anglais se laissent davantage aller à l'émotion.

Atlantico : Les sondages montrent que les deux camps sont toujours au coude-à-coude. Selon un sondage YouGov du 6 juin, 41% veulent rester dans l'Union européenne, et 45% en sortir. Les indécis, eux, représentent un peu plus de 11% des voix. Quels sont les arguments qui touchent l'un ou l'autre des deux électorats ?

Sophie Pedder : Pour ceux qui souhaitent quitter l'Union européenne, le principal argument qui les touche est celui du contrôle des frontières, et plus globalement celui de la maîtrise de l'immigration. C'était un sujet déjà important au début de la campagne, mais plus la date du référendum s'est approchée et plus il est devenu dominant. Cela s'explique en partie parce que les questions économiques n'ont eu que peu de portée dans le camps pro-Brexit : aucune étude crédible ne montre un impact positif d'une sortie, et les chiffrages du bénéfice budgétaire d'une sortie ont été décrédibilisés par des manipulations de statistiques. Le camp en faveur du Brexit est donc stratégiquement revenu sur l'immigration. Ils y ont d'ailleurs été aidés avec des événements tels que la crise des migrants ou les attentats terroristes, même si le lien n'est pas direct.

Déterminants sociologiques du vote (Source The Guardian)

 

Pour ceux qui souhaitent rester, leurs raisons sont en premier lieu la rationalité économique, avec l'accumulation d'études sérieuses -- du FMI, de la Banque d'Angleterre, du Trésor britannique, de l'OCDE -- qui démontrent l'impact négatif sur l'économie britannique d'une sortie de l'Union européenne. Ensuite, la sécurité et la coopération dans la lutte contre le terrorisme.

Toujours selon ce sondage, les jeunes paraissent beaucoup plus réticents que leurs aînés, fracture que l'on ne retrouve par ailleurs pas en France sur la question d'une sortie de l'Euro... Comment l'expliquer ?

Il existe de nombreuses différences entre les électeurs français et britanniques. Pour vous répondre, je pense que la fracture générationnelle britannique sur ce sujet est liée au fait que les anciennes générations ont connues la période pré-adhésion à l'UE EN 1973, tandis que les jeunes n'ont connu que le schéma actuel. Les jeunes britanniques, aussi, vivent dans une société et une économie mondialisée, ils voyagent beaucoup plus que leurs parents, et ils ne veulent pas que de nouvelles barrières se dressent entre eux et les universités européennes ou l'emploi en Europe par exemple. Les jeunes sont donc plus pro-européens.

Qu'est-ce qui pourra donc modifier l'opinion, faire changer d'avis ou décider les électeurs à l'approche de la date du vote ?

Le scénario malheureux serait évidemment un attentat qui bouleverserait sensiblement l'opinion. Mais je pense que parce qu'il est difficile pour les indécis de faire un choix, et parce que cette campagne a vu des tentatives de manipulations, avec un chef du Parti travailliste peu convaincant, c'est la peur de l'inconnu qui va jouer un rôle déterminant. Il faut bien comprendre que le choix du brexit est un choix assez violent, entre le statu quo et l'incertitude. C'est pourquoi je pense que la plus grande partie des indécis voteront soit pour rester dans l'UE soit ils se réfugieront dans l'abstention. Je pense que ce qui comptera tout particulièrement les dernières heures et les dernières minutes avant le vote, c'est cela, la peur de l'inconnu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Luca8369
- 10/06/2016 - 16:06
Brexit toujours tu m'intéresses
Heureux peuple qui se permet d'appliquer la Démocratie en son Royaume (Uni) :) Un peu comme la Suisse, d'ailleurs.
La fracturera plus significative est celle entre générations : Les vieux
( ceux d'avant l'entrée UK dans l'Europe) semblent nostalgiques au point de tenter le brexit, malgré la peur du changement naturelle "des vieux".
Ce qui donne à penser que la situation antérieure ne leur parait pas inconnue mais heureuse. Pour les jeunes, la peur de l'inconnu est la plus forte, avec certains avantages à conserver aussi.
Un Brexit serait intéressant pour tous : possible remise en question des fonctionnaires européens,négociations entre états pour trouver des règles de fonctionnement valides, acceptation des voix discordantes dans les cénacles européens, écriture de règles entrée et sortie, ...
On peut rêver.
zouk
- 08/06/2016 - 09:44
Brexit
Je ne me hasarderai pas à prédire le résultat. Les Britanniques ont généralement un souci très vif de leurs intérêts économiques, mais certaines fractions très bruyantes sont aussi capables d'emballements irrationnels parfaitement étrangers à leurs intérêts.
Deudeuche
- 08/06/2016 - 09:02
Le fond de commerce conservateur et UKIP
est depuis toujours la détestation du projet européen. Voter pour le maintien serait se renier. Seul l'hypothèque écossaise est un argument pour le maintien afin de calmer les ardeurs anti Europe et conforter les pro UK (plus d'Ecosse plus de RU). Néanmoins l'électorat de l'Angleterre du sud, de référence (les villages à la Barnaby) pas la purée londonienne déteste de tout cœur cette Europe et ne connaît que le Commonwealth et ....la maison de vacance en Dordogne (ou l'on reconstitue l'Angleterre éternelle) et serait prêt à envoyer péter les Ecossais qui seraient contrariés.