En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Revue de presse people
Lea Salamé et Raphaël Glucksmann : c'est pas une plaisanterie !; Lily Rose atteinte d'une VanessaParadite (c'est pas de la tarte) ; Karine Ferri atteinte d'une RachidaDatite (c'est pas facile d'être une maman punie pour congé maternité express)
Publié le 30 avril 2016
Et aussi : Beyoncé règle ses comptes en chanson ; déjà le "clap de fin" pour Maitena Biraben à Canal+ ?
Sandra Freeman est journaliste et productrice. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sandra Freeman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sandra Freeman est journaliste et productrice. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et aussi : Beyoncé règle ses comptes en chanson ; déjà le "clap de fin" pour Maitena Biraben à Canal+ ?

En cette dernière semaine de vacances scolaires, c’est un peu la fête des mères en Une de vos tabloïds. Deux d’entre eux ont choisi de titrer sur vos vedettes brunettes du petit écran. A « Public » son Ayem. A « Voici » sa Karine Ferri. L’une comme l’autre, a quelques atouts porteurs de réussite-people et de notoriété-people : jolie fille, méditerranéenne, sourire éclatant, des histoires de cœurs parfois contrariées, mais surtout l’une comme l’autre connaît « la maternité ».

 

« Karine Ferri : maman avant tout ! »

 

« Karine Ferri : maman avant tout ! » titre ainsi « Voici », qui illustre cette « qualité » par une photo (« exclusive ») volée de la jeune mère poussant sa poussette dans un parc à Rennes. Pour rappel, son bébé Maël est né le 6 avril. « Elle s'était jurée d'être à l’antenne le 23 avril pour assurer le premier « Prime » en direct de « the Voice » auprès de Nikos Aliagas » explique le magazine invoquant le fait qu’elle devait surtout retrouver « la ligne ». « Elle s'est donné 17 jours pour retrouver la forme et, ô miracle, elle a tenu ses engagements. Ce soir-là elle est apparue sexy, le teint frais (…) comme si de rien n'était ». Missions accomplies qui lui valent donc la couverture et les honneurs de « Voici ».

Mais il y a d’autres juges suprêmes qui se penchent sur la planète people : « Closer » écrit d’ailleurs (sans détour) que « son retour à l'antenne a provoqué un séisme médiatique. ». Tout à fait, « un séisme », tant les dieux n’étaient pas contents, j’imagine. Ces dieux-là sont les moralistes mécontents de la toile dont « Closer » se fait l’écho. Morceaux choisis : « ce n'est pas normal de laisser son petit bout si tôt », « il a besoin de sa maman ». D’où le titre papier : « un bonheur gâché par les attaques ».  Là aussi, le terme paraît un peu fort.

Ayem, seule et bientôt maman (après tout)

Et puisqu’on est sur le champ de bataille, retrouvons Ayem en Une de « Public ». « Si seule pendant sa grossesse ! ». On apprend ici que la jeune animatrice de NRJ12 vit des moments troublés. Au niveau professionnel d’abord : « Trop stressée », elle a dû « prendre du recul » et a « claqué la porte du Mad Mag ». De fait, « la starlette a bien du mal à retrouver le sourire ». Sur un plan plus intime, les temps ne semblent pas tout roses non plus, puisqu’elle serait « séparée du père de son enfant depuis deux mois »… Non pas qu’il l’a abandonnée (fille-mère etc.), simplement qu’il est « retenu par son business en république d’Angola » et qu’il « n'a pas remis les pieds dans leur coquet appartement du 16e arrondissement de Paris ». Pauvrette. Malgré tous ses déboires, Ayem prépare l’arrivée du bébé. Elle va accoucher mi-juin, et « veut appeler son fils Saint ». Aussi original que le prénom du fils de Kim Kardashian, le modèle américain du genre.

Maitena Biraben : « générique de fin »

En matière d’actualité télé, « Voici » tranche et préfère parler d’une blonde à cheveux court. Elle est aussi seule, Maitena Biraben. « Mauvaise audience, manque de soutien, climat délétère… Rien ne va plus ». Ainsi, pour être bien sûr qu’elle est parfaitement achevée, le magazine décrète sa fin à la tête du Grand Journal de Canal Plus, alors qu’elle semblait être souffrante cette fin de semaine : « Son absence des plateaux durant plusieurs jours semblent indiquer que l'animatrice a déjà acté qu'elle ne fera pas partie de la rentrée 2016. Un échec douloureux ». C’est de l’empathie ?

Carla Bruni : « Maman au top » : C’est « l’harmonie » avec Giulia.

On retrouve un autre profil de mères en couverture de « Closer » et de « Paris Match » : Elles sont plus âgées, artistes aux carrières accomplies, dévouées et aimantes, mais assez libres.

Ainsi « Closer » publie des « photos exclusives » de Carla avec Giulia à Los Angeles. Quelques photos volées dans la rue ou dans un magasin, le visage de l’enfant flouté, l’intérêt de ses souliers roses, et le plaisir d’apprendre que la mère a enregistré en studio des chansons mais que « la chanteuse a gardé du temps pour sa fille ». Sans mauvais jeu de mot, « Closer » décrète qu’ « avec Giulia, c'est l'harmonie ». Mère et fille n’étaient semble-t-il pas seules. Papa Nicolas est là aussi, ainsi qu’une nounou et leurs gardes du corps. Pas de cliché (photo) sur Nicolas Sarkozy à L.A. Juste quelques banalités formulées : « Une parenthèse bienvenue avant de rentrer à Paris où la campagne des primaires s'annonce ardue pour le boss des Républicains, entre mauvais sondage est imbroglio judiciaire ».

Vanessa Paradis : « Tout pour Lily Rose », sa fille (et rien pour Benjamin Biolay…)

« Paris Match » propose Vanessa Paradis en couverture avec ce titre : « Tout pour Lily Rose ». On pourrait s’attendre à un entretien avec l’artiste, qui motiverait cette Une. Il n’en est rien. Son actualité est en fait montée de toutes pièces. Les six pages du magazine montrent : 1. sa fille Lily Rose (« « victime » du même syndrome que sa mère à l'adolescence, qui veut mener une vie d'adulte »). 2. Benjamin Biolay qui vient de sortir son nouvel album, (« Benjamin Biolay n’oublie pas celle qui est entrée dans sa vie en 2012, peu de temps après qu'elle a quitté Johnny Depp ». « Je ne peux pas, non, me passer de toi » chante-t-il… »). Plusieurs magazines people se ruent sur cette sortie d’album de Biolay pour causer pathos. « Voici »  écrit qu’ « après sa rupture avec Vanessa Paradis, il a vécu l'enfer ». Là encore, les mots claquent fort.

 

Baby Georges régnera en 2076 ( ?) mais a déjà royalement reçu Barack Obama

Baby Georges : « Mais quand régnera-t-il ? » s’interroge « Gala » impatient. L’enfant a 3 ans. La reine, elle, « vient de souffler ses 90 bougies, et est bien partie pour devenir centenaire ». Le magazine les prévient gentiment : « Avant de monter à leur tour sur le trône, ses héritiers Charles, William et surtout l'adorable Georges, devront faire preuve de beaucoup de patience ». Pour ne pas trop faire durer le suspens, Gala évalue que le prince George « pourrait succéder à son grand-père Charles et à son père William en 2076 ».

En attendant, pour royalement assurer son rôle de descendant, « Closer » et « Public » publient des photos du Prince George serrant la pince de Barack Obama : « le petit prince a revêtu sa plus belle robe de chambre et son royale pyjama pour recevoir le président des États-Unis et sa first lady ». Pour l’heure, on le cantonne donc à quelque soirée pyjama.

Jeanne Montebourg, son baptême laïc et la République.

« Dans une France divisée par le communautarisme, la vraie marraine de Jeanne, ce sera Marianne. Et sa religion, la laïcité. » Ce lyrisme de « Paris Match » commente le baptême républicain de Jeanne Montebourg, la fille d’Arnaud et Aurélie Filipetti. Le magazine voit en cet acte civique à la portée de tous, une démarche politique majeure des parents… et particulièrement du papa, semble-t-il, qui « ne renonce pas à son combat pour la République ». Photo de la petite famille à l’appui (où tout le monde à les yeux cachés sauf Arnaud, Aurélie et Jeanne), le papier évoque surtout l'engagement politique de Montebourg père pour 2017. « On devrait bientôt en savoir davantage car arrive la Pentecôte, fête Montebourgeoise par excellence ».

Léa Salamé : « son escapade love à Rome avec Raphael ».

Ce qui est surprenant dans cette information « Closer », ce n’est pas que Léa Salamé soit en villégiature avec Raphael Glucksmann, après « leur coup de cœur, il y a cinq mois ». Ce qui est surprenant, voire même gênant, c’est la nature des photos. Pas des clichés cachés de Paparazzi. Pas non plus prises à la dérobée. On y voit le couple, serein, sur la terrasse surplombant la place Navone, ou Léa posant face au photographe, souriante, en confiance. Qui est le photographe qui a proposé ces photos à « Closer » ? Peut-être un autre touriste. Peut être la même personne que celle qui témoigne au magazine : « Ils étaient très affectueux, nous explique une cliente de ce Relais & Château. Ils ne cessaient de se cajoler et de s'embrasser. »  Une impudeur qui a quelque chose de délétère, peut être plus qu’un paparazzi qui fait son travail.

Jay Z est infidèle : Beyoncé se venge en chanson

 

Qu’apprend-on d’autres de passionnant émanant de la planète people ?

Que « Beyoncé se venge en chanson » après que son homme, Jay Z, l’aie trompée à de nombreuses reprises. Ainsi « Voici » raconte que « Queen B a décidé de régler ses problèmes conjugaux » dans son dernier album. Le magazine, qui connaît sur le bout des doigts les règles de bonne conduite, commente : « Pas très élégant mais tellement mérité ! » Le message paraît clair dans ses paroles : « tu rentres à 3h du mat et tu me mens… C'est ton dernier avertissement. » « Public », qui s’est aussi intéressé à cette affaire, rapporte que quelques femmes se sont senties visées par les textes de Beyoncé et ont réagi sur les réseaux sociaux. Ça a été le cas, par exemple, de Rita Ora qui « a posté une photo d'elle portant un soutien-gorge orné de citrons (NDLR : référence au titre de l’album « Limonade ») et un J en pendentif avant de tweeter : « je respecte Beyoncé » ». Tout cela semble rempli de sous-textes qui me dépassent…

 

Léonardo DiCaprio butine, et personne n’a à se venger.

En bref, les tabloïds suivent semaine après semaine les aventures de Leo. Après Chelsea il y a 15 jours, et après Rihanna la semaine passée, « Voici » a repéré Léonardo diCaprio le dimanche 24 avril : « il a dîné avec la jeune et jolie Roxy Horner à New York. On les avait déjà vu ensemble en février. Pour lui, c'est l'amour fou, donc. »

Angelina Jolie 35kg, et « clairement en danger »

Une même photo d’Angelina, toute de grise vêtue, à l’allure d’un fil de fer, est publiée dans plusieurs journaux. « Public » ajoute qu’ « elle ne pèse plus que 35 kg » pour 1m69 et que Brad serait en « détresse ». Une « source » datant de 2011 est citée : « depuis qu'elle est devenue ambassadrice auprès des réfugiés, elle a décidé de se nourrir le minimum. Elle s'est mise au jeûne en signe de soutien aux enfants qui ne peuvent pas manger à leur faim ».

Prince est mort… du « Purple règne » aux « blessures secrètes d’une icône pop », en passant par quelques laids ragots  

Enfin, la presse se penche unanimement sur la disparition soudaine et tragique de « Prince » avec plus ou moins de tenue et de pudeur. Pour « Gala », “jusqu’au bout le musicien prodige aura brillé sur scène. Décédé chez lui le 21 avril son génie demeure intact » (on ne voit pas pourquoi il aurait été entaché par le décès, mais soit !). Le magazine retrace son parcours au travers des « blessures secrètes d’une icône pop », « né dans une cave », plus précisément dans le sous-sol d'une modeste maison de Minneapolis, « époustouflante bête de scène, rebelle, homme à femmes (Kim Basinger, Madonna, Ophélie Winter etc.), quasi mystique… qui a perdu un bébé et a été « dévasté par son divorce ». « Closer » fait échos d’ailleurs à ce drame dans son titre : « Prince : Il est parti rejoindre son enfant ». (no comment). Quant à « Voici », il fait cas du « Purple règne » de Prince mais pointe du doigt les grains de sable autour de son décès (« Contre l'avis des médecins, il a quitté l'hôpital où il a été soigné pour abus d'opiacés ») ou de sa succession (« Qui héritera de la fortune de Prince estimée à 150 millions plus les 500 millions de dollars de son catalogue musical ? (…) Sa sœur, ex-droguée et prostitué, et ses cinq autres demi-frères et sœurs »).

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GOYATSU
- 11/05/2016 - 10:11
Mais, cher W1792,
Rien ne vous oblige à le lire: les photographies des magazines sont suffisamment explicites pour que vous puissiez détecter que cet article n'a aucun intérêt....
VV1792
- 04/05/2016 - 23:29
Du grand journalisme.. Comme
Du grand journalisme.. Comme dirait notre ancien ministre de la Culture, quel article!! A tout casser pour faire un resume des articles les plus ecules des magazines people, pour emettre qqs rares opinions sans saveur, meme pas une idee ( bien trop dur!) cela demande combien de temps, 2 he de travail et 15 minutes de redaction? Allez on va dire, tout carene, 5 heures.. A raison, au taux du prix de vente d' un ingenieur calcul environne ( qui lui, pour cette duree, va vous calculer un tablier de pont aux elements finis..), allez 100 euros/h x 5h = 500 euros? C 'est un maxi car qd meme, un journaliste ayant passe 5 h pour ne rien dire avec du poncif et de la confiture en cascades ne merite qd meme pas mieux.. Alors question: cela vaut 500 euros ce type de prose??Je vais me repeter: Atlantico, ne perdez pas votre argent a nous faire subir ce type d' article, vous ferez des economies et nous epargnerez des souffrances inutiles..
Borgowrio
- 02/05/2016 - 08:31
Ingrate , va
C'est drôle , Léa Salamé en couple avec un anti Poutine et un anti Zemmour, professionnel . C'est pourtant en grosse partie à ce dernier que cette petite opportuniste est devenue célèbre