En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 14 min 16 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 27 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 41 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 3 heures 37 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 3 heures 37 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 3 heures 37 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 45 min 42 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 3 heures 37 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 14 heures 39 min
Atlantico Green

La vérité sur le recyclage : que se passe-t-il quand vous jetez un pot de yaourt soigneusement lavé dans la poubelle réservée au plastique ? (et pourquoi ça pourrait changer)

Publié le 17 avril 2016
Certains plastiques ne peuvent être mis dans la poubelle de plastique. C'est compliqué mais les services de recyclage y trouvent leur compte.
Stéphane Bernhard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en droit - Consultant spécialisé sur les questions environnementales.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certains plastiques ne peuvent être mis dans la poubelle de plastique. C'est compliqué mais les services de recyclage y trouvent leur compte.

Atlantico : Pourquoi, contrairement à ce que beaucoup de gens croient, ne doit-on pas jeter les sacs plastiques ou les emballages alimentaires tels que les pots de yaourts dans les poubelles dédiées au plastique et au papier ?

Stéphane Berhnard : Cela est peut être dû au fait que les personnes font une confusion sur la signification du point vert  qui est présent sur tous nos emballages. Celui-ci ne veut pas dire que l’emballage est recyclable ou doit être trié, mais juste que l’entreprise a versé une contribution financière à l’éco-organisme qui supervise le tri des déchets d’emballages : la société Eco-Emballages.

Par ailleurs, les consignes de tri des emballages plastiques ne sont pas toujours très bien comprises et assimilées par les habitants, car elles sont complexes, et dépendent de l’endroit où l’on réside ! Dans le doute, on choisit de trier alors qu’il vaut mieux faire l’inverse.

Cela cache-t-il une mauvaise volonté des industries de recyclage ou des industries alimentaires?

Pendant très longtemps, les professionnels du recyclage, Eco-Emballages en tête, ont considéré qu’il n’était pas rentable de recycler certains emballages en plastique (notamment les pots de yaourts, les films ou les sacs plastique) car ils prennent beaucoup de place pour peu de matière à récupérer. On mettait donc en avant des problèmes logistiques, ce qui pouvait être déploré par les associations de protection de l’environnement. Le discours est cependant en train d’évoluer, et l’on se dirige désormais vers ce que l’on appelle une extension des consignes de tri ; à terme, tous les emballages plastiques devraient pouvoir être mis dans la poubelle jaune, ce qui sera beaucoup plus simple pour les gens.

Le Syndicat Intercommunal de Traitement des Ordures Ménagères du Rhône mène actuellement une expérience auprès de 30 000 habitants, visant à permettre le recyclage de certains emballages alimentaires comme les pots de yaourts.  En quoi consiste-t-elle exactement et qu'apporte-t-elle de nouveau ?

C’est un exemple de collectivité qui met en place l’extension des consignes de tri pour les emballages plastiques. Cela simplifie donc les choses pour les habitants, qui n’ont plus à réfléchir sur la consigne de tri, et cela va augmenter le recyclage du plastique.

Comment s'effectue le tri entre les produits recyclables et les autres, après le stade du tri sélectif par chaque foyer ? Que coûte actuellement à la collectivité, au-delà du temps perdu par chacun à faire un tri sélectif inutile, l'impossibilité de recycler certains produits qu'on jette dans les poubelles destinées à des produits recyclables ?

Les emballages usagés que l’on a triés (et qui vont dans la poubelle généralement de couleur jaune) vont être acheminés jusqu’à un centre de tri. Il en existe plus de 200 répartis sur le territoire, plus ou moins automatisés. Lorsqu’une personne n’a pas respecté les consignes de tri en mettant des emballages qui ne se recyclent pas, on parle de refus de tri. Suivant les villes, le coût généré peut être important : il va falloir ré-acheminer ces déchets qui ont fait l’objet d’une erreur d’aiguillage. Et il ne faut pas perdre de vue que ce sont les citoyens qui financent le dispositif à deux niveaux : en achetant le produit emballé (le point vert dont on a parlé), et au niveau de la fiscalité locale (on paie ce qu’on appelle la TEOM – taxe d’enlèvement des ordures ménagères, ou la REOM – redevance d’enlèvement des ordures ménagères).

Quelle part des emballages potentiellement recyclables est-elle réellement recyclée à l'heure actuelle ? Cette proportion a-t-elle évolué avec le temps ?

Les résultats sont très différents suivant le type de matériau. Si les emballages en verre obtiennent de très bons résultats (85 %), il n’en est pas de même pour l’aluminium (35 %)  et pour le pastique qui stagne à 23 %. Ces pourcentages sont plutôt en augmentation ces dernières années suite aux efforts de sensibilisation menés par les différents acteurs (Eco-Emballages, collectivités territoriales, associations, ...), mais il reste encore du chemin à parcourir : beaucoup de pays sont bien plus performants que nous !

Peut-on espérer un changement notable de la réalité du recyclage, et donc une meilleure efficacité du tri sélectif ? Recycler plus coûtera-t-il plus cher au contribuable ou cela pourrait-il entraîner des économies substantielles ?

Recycler permet de récupérer des matériaux qui vont être revendus (plastique, verre, carton, aluminium, ...). Dans une optique de raréfaction des matières premières, c’est beaucoup plus pertinent que l’incinération (ou l’enfouissement qui est encore pratiquée par endroits !). Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que l’objectif premier demeure la prévention : limiter sa consommation d’emballages est le moyen le plus efficace pour diminuer le coût des déchets ! Ce qui est bon pour l’environnement est alors également bon pour le porte-monnaie, on est dans du gagnant-gagnant.
 
Propos recueillis par Clémence Houdiakova

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 18/04/2016 - 15:54
Le tri des ordures = travail pour nous et argent pour les autres
On demande aux personnes les moins compétentes et les moins motivées (elles n'y gagnent rien) de faire le plus gros du travail du tri, tandis que les professionnels qui en vivent se contentent de vérifier au frais du contribuable. Il aurait mieux valu demander aux consommateurs de juste séparer alimentaire et non-alimentaire (tout le monde sait faire ça sans réfléchir, même les enfants), et un tri précis correspondant aux réalités techniques mises en œuvre, aurait été fait par des personnels compétents et payés pour. On nous a serinés que désormais nos ordures valaient de l'or, sauf que ce sont nos ordures mais que l'or est pour les autres : les taxes augmentent lorsque la commune met en place le tri, ce qui prouve bien qu'on est les dindons de la farce. Le business de l'écologie, c'est plus de travail et de taxes pour le consommateur, et plus d'argent pour l’État et les entreprises. Ne cherchons pas pourquoi ça marche comme ça, c'est étudié pour.
jurgio
- 18/04/2016 - 14:14
Le sigle indiquait bien un recyclage effectif
De toute façon, il faut recycler tous les déchets, quelle que soit la manière, ne serait-ce par destruction ou ensevelissement. Une confusion longtemps entretenue à mon avis et les gens n'ont pas tort car il y a bien eu un optimisme initial où l'on a cru pouvoir transformer tout et tout de suite. Mais les coûts ont été tels... qu'on a dû trouver une autre signification au sigle.