En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 1 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 41 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 26 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 46 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 27 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 52 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 49 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 39 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 52 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 34 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 11 min
Rhétorico-laser

Habile, trop habile ? Mais pourquoi la droite tombe-t-elle si facilement dans les pièges rhétoriques de François Hollande ?

Publié le 15 février 2016
L’habileté rhétorique de François Hollande ne suffit pas à expliquer les déconvenues de la droite qui se retrouve bien souvent en position de faiblesse, voire d’accusée.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’habileté rhétorique de François Hollande ne suffit pas à expliquer les déconvenues de la droite qui se retrouve bien souvent en position de faiblesse, voire d’accusée.

Certes, François Hollande est un homme habile et d’une habileté longtemps, et aujourd'hui encore, sous-estimée par ses adversaires comme par ses « amis ». Certes aussi, primaire oblige, la droite est plus divisée que jamais et jouer sur ses failles, chaque jour plus béantes, est de bonne guerre politique. S’en étonner ou s’en indigner relève de la naïveté ou… de la rage de l’impuissance.

La vraie surprise vient justement de cette impuissance de l’opposition face aux « ruses » présidentielles. Tout se passe comme si depuis la victoire de François Mitterrand en 1981, la droite française avait perdu la maîtrise du verbe, où excellèrent de Gaulle, Pompidou et le premier Giscard. A la seule exception de 2007, où Nicolas Sarkozy infligea à Ségolène Royal une véritable déroute argumentative, la gauche est clairement en état de supériorité rhétorique. On sait comment cette supériorité a abouti à la fameuse et victorieuse anaphore du « Moi président » en 2012. 

Triomphe de la gauche aidé certes par le règne du politiquement correct médiatique, mais l’excuse ne suffit pas : ce contexte ne fait que renforcer pour l’opposant l’exigence de l’excellence en la matière. On juge un vrai capitaine, rappelait Platon, à sa maîtrise au cœur de la tempête et le grand politique, rappelait Machiavel, à sa résistance à la mauvaise fortune. A vaincre sans péril on triomphe sans gloire : gagner la bataille rhétorique contre Lionel Jospin comme Jacques Chirac en 1995 était un succès trop facile ; et le refus du même Chirac d’un débat avec Jean-Marie Le Pen en 2002 s’expliquait aussi par la peur d’affronter un redoutable bretteur… 

Or, dans le cas de l’actuel Président et de l’actuelle opposition, la question prend une acuité toute particulière : comment se fait-il que le même scénario se reproduise sans cesse depuis 2012 ? Comment se fait-il que la stratégie rhétorique du Président semble n’être jamais percée à jour et que la même erreur se répète à droite, d’un débat à l’autre ? A savoir la réaction intempestive, pour ne pas dire irréfléchie, aux annonces de François Hollande, que ce soit la simplification administrative, le pacte de responsabilité, la loi Macron, la réforme territoriale ou la déchéance de nationalité. Et maintenant le référendum local sur Notre-Dame-des-Landes… 

Car le Président s’y prend, comme l’a montré cette chronique, toujours de la même façon : 1/slogan bien trouvé, contenu toujours ambigu ; 2/limites strictes fixées en sous-main à la « réforme » proposée ; 3/ changements incessants du projet initial ; et 4/ renvoi de la responsabilité finale aux autres. Autrement dit, autant de ballons d’essai et d’issues de secours, savamment ménagées tout au long d’un parcours lui-même labyrinthique. Non par « perfidie », comme le disent les indignés de circonstance, mais tout simplement en raison de ce qui apparaîtra comme la contrainte majeure de ce quinquennat : la division fondamentale de la gauche sur les enjeux politiques majeurs.

Or, à chaque fois, la droite, à de rares exceptions près, se précipite pour commenter, condamner ou même approuver, avant de se retrouver prise à contre-pied, de se contredire…et de se déchirer à son tour ; et cela, alors même que l’impréparation de la proposition initiale lui ouvrait un boulevard : cf. la déchéance de nationalité.

Pourquoi donc ?

Tout d’abord en raison de ce que l’on peut appeler le « totem présidentiel » : la Ve République a conditionné la classe politico-médiatique à trouver de première importance le moindre mot du chef de l’Etat ; d’autant plus chez les aspirants à la fonction suprême, qui ont le souci compréhensible de préserver la majesté de l’objet désiré. Le légitimisme institutionnel, encore très fort malgré la crise du politique, contribue aussi à ce suivisme, de peur de se voir accusé d’irrespect par l’opinion. L'instantanéisme médiatique fait le reste - ou plutôt l’essentiel - exigeant dans la minute une réaction sur tout à tous ceux qui veulent passer « à la télé ». A quoi s’ajoute la personnalisation obsessionnelle du débat public (« vous êtes d’accord/pas d’accord avec le Président, ou avec un tel, ou un tel ? »)  

Et si, instruits par tant de précédents, les leaders de l’opposition adoptaient enfin une attitude simple ? Ne plus jamais se prononcer sur une initiative présidentielle, tant qu’elle n’est pas inscrite noir sur blanc dans un texte qui en précise toutes les modalités. En d’autres termes : « wait and see » ou encore « chat échaudé… » ; et passage aux VRAIS sujets, qui ne manquent pas. 

Ce qui impose - et là est le cœur du problème - de décevoir la voracité médiatique ; mais ce qui serait parfaitement admis et approuvé par l’opinion publique, qui est, elle, à en juger par les derniers sondages, visiblement vaccinée des « effets d’annonce ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
phegp
- 17/02/2016 - 15:17
Facile de voir de l'habileté, comme le fait M. de Voogd...
dans les cafouillages à répétition de Bouffon 1er ! Ne serait-ce que pour cet ubuesque projet de référendum Nd des Landes, je n'y vois pour ma part que de l'incompétence. En effet, comment un Président de la République Française a-t-il pu lancer un tel projet dont tout le monde sait maintenant l'impossibilité (juridique, entre autre, puisque cet aéroport est déjà reconnu comme étant d’utilité publique). Sauf si M. de Voogd anticipe une nouvelle manœuvre indigne qui conduirait à faire sauter les verrous et qu'il qualifierait bien évidemment de très habile ! M. de Voogd, on ne gouverne pas avec des "ballons d'essai" mais avec des décisions.
C3H5.NO3.3
- 16/02/2016 - 11:20
le pb
C'est peut-être qu'ils ne sont pas vraiment de droite, ou alors ne le sont que par opportunisme.
vangog
- 15/02/2016 - 23:10
"Que les cris des tyranneaux de la pensée...
...cessent de tétaniser nos esprits. Sinon, par omission, nous aurons laissé s'installer de nouvelles frustrations grosses d'exaltations macabres, nous aurons arrosé le terreau où poussent ces contentieux passionnels [...]"...voilà la prose gluante et un brin réac du "phare de la pensée gauchiste"! J'ai cité Taubira...quand à la droite archaïque, à force de s'être autant fourvoyé, elle n'ose plus rien dire, plus rien promettre et attend...pas de sagesse, mais de peur!
Les nouveaux penseurs restent dans leur cocon...