En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 5 heures 24 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 6 heures 19 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 7 heures 16 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 11 heures 32 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 12 heures 16 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 5 heures 13 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 5 heures 57 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 6 heures 41 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 11 heures 24 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 11 heures 58 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 14 heures 45 min
Atlantico Green

La revanche de l'ampoule à incandescence

Publié le 24 janvier 2016
Introuvable en magasin depuis 2013 au profit de leurs cousines à basse consommation, les ampoules à incandescence pourrait renaître de leurs cendres. Elles avaient été écartées car 95 % de l’énergie qu’elles consommaient s’évacuait sous forme de chaleur (rayonnements infrarouge). Mais une équipe de chercheurs du Massachussets Institute of Technology vient de mettre au point un prototype nouvelle génération où le filament est entouré d'un cristal photonique.
Georges ZISSIS
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Professeur des Universités, laboratoire LAPLCE (Université Toulouse 3).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Introuvable en magasin depuis 2013 au profit de leurs cousines à basse consommation, les ampoules à incandescence pourrait renaître de leurs cendres. Elles avaient été écartées car 95 % de l’énergie qu’elles consommaient s’évacuait sous forme de chaleur (rayonnements infrarouge). Mais une équipe de chercheurs du Massachussets Institute of Technology vient de mettre au point un prototype nouvelle génération où le filament est entouré d'un cristal photonique.

Atlantico : Comment cela fonctionne-il et pourquoi cela induit-il un regain d'intérêt pour ces ampoules ?

Georges Zissis : Le filament d’une lampe à incandescence se comporte approximativement comme un « corps noir ». En physique, un corps noir est est un concept théorique ; il s’agit un corps capable d'absorber complètement toutes les radiations électromagnétiques incidentes sur sa surface. Le rayonnement émis (puissance rayonnée) et sa distribution spectrale caractéristique dépendent exclusivement de la température de la surface du corps noir. Dans le monde macroscopique rien ne peut émettre une puissance supérieure à celle du corps noir. Cela condamne les lampes à incandescence où le filament se trouve à une température de l’ordre de 2700-3000 K à une efficacité radiative théorique maximale de l’ordre de 10-12%. Une lampe à incandescence réelle n’est pas un vrai corps noir et son efficacité est donc plafonnée à entre 3% et 7% (c.-à-d. 3 à 7 watts de lumière utilisable pour s’éclairer pour 100 watts électriques consommés). La mécanique quantique prévoit cependant, qu’à l’échelle nanométrique, nous pourrions s’affranchir de la limite du corps noir et donc obtenir des efficacités supérieures.

 

Avec le concept du MIT, ont peut explorer l'aspect nanométrique en ajoutant au corps incandescent un « cristal photonique ». Les cristaux photoniques sont des nano-structures périodiques diélectriques ou métallo-diélectriques qui affectent la propagation des ondes électromagnétiques. Certaines longueurs d'ondes peuvent se propager dans le cristal et d’autre non. En utilisant ce concept, il est possible de recycler une partie du rayonnement infrarouge émis en abondance par le corps incandescent (chaleur rayonnée qui constitue un « déchet » pour une application éclairagiste) en rayonnement visible utilisable pour éclairer. Les chercheurs espèrent arriver à 40% d'efficacité, selon leurs calculs c'est la limite supérieure espérée par cette innovation (c’est à dire presque 10x plus efficace qu’une lampe à incandescence d’aujourd’hui).

 

Ce cristal photonique permet donc de "recycler" les éléments infrarouges dégagés par le filament. Comment pourraient-ils être réutilisés? 

Les cristaux photoniques permettent déjà le contrôle et la manipulation de la lumière en vue d'applications de type télécommunications. Actuellement, ils sont utilisés commercialement dans les fibres optiques. Bien que les cristaux photoniques existent dans la nature (l’opale est une roche dont les couleurs chatoyantes iridescentes sont l’expression de sa nature de cristal photonique) ils sont encore difficiles à fabriquer en forme 3D et cela bride encore le développement des certaines applications.

 

Quel intérêt ce nouveau prototype ouvre-t-il d'un point de vue écologique ?

L’innovation démontrée par le MIT (d’autres chercheurs ont déjà avancé cette idée depuis les années 90) est intéressante à cause de son efficacité énergétique qui peux monter à 40% avec une émission d’un spectre continu dans la région du visible qui lui permettra donc de crée une lumière blanche d’excellent qualité (au niveau colorimétrique). Notons toutefois qu’une diode électroluminescente (LED) pourrait en théorie atteindre une efficacité énergétique de 100% (aujourd’hui, pour une très bonne LED blanche commerciale et produite en série, l’efficacité radiative atteigne les valeurs de l’ordre de 30%).

Cependant, pour une application éclairagiste c’est l’efficacité lumineuse qui nous intéresse (c.-à-d. la quantité de lumière utilisable par nos yeux, exprimée en lumens, par rapport à la puissance consommée exprimée en watts). Pour le moment nous ne savons rien de l’efficacité lumineuse de la source du MIT.

 

Par ailleurs, la technologie du MIT n’utilise pas du mercure comme les lampes fluo compactes (dites basse consommation) devrait être plus respectueuse de l’environnement. Mais, comme nous ne savons pas la composition exacte des matériaux utilisés, il nous est est difficile aujourd’hui de spéculer sur l’impact environnemental global de cette innovation.

 

Notons aussi que nous n’avons d’information ni sur la durabilité et le stabilité temporelle du concept ni sur la méthode de fabrication. Par ailleurs, nous ne pouvons rien dire sur une potentiel industrialisation du process. Alors, bien que ce concept a été mis en avant dans la scène médiatique de façon spectaculaire, il est encore très tôt de dire quoi que se soit sur ces performances réelles ou bien sur son applicabilité dans le monde de l’éclairage. Laissons-lui le temps de faire ces preuves…

 

Rappel:

 

Transformation maximale théorique, d'une LED blanche : environ 100%, d'une ampoule à incandescence classique : 25%, de l'ampoule du MIT : 40%

Transformation maximale observée en pratique: LED blanche: 30% , d'une ampoule à incandescence classique: 7 à 10%;

 

Quel(s) autre exemple de recherches en cours quant à l'éclairage existe-t-il? 

Les OLEDs (c.-à-d. les LED organiques), où des matériaux plastiques émettent de la lumière sont en cours de développement. Cette technologie, déjà utilisée dans le domaine de l’affichage (écrans de téléphones, TV), permettra dans le future proche (horizon de 5 ans) le développement des sources de lumière blanche plates et à grande étendue (large surface) et flexibles, pliables etc. La limite d’efficacité radiative de cette technologie se situe autour de 80% voire plus. En ce qui concerne l’efficacité lumineuse qui nous intéresse, aujourd’hui la technologie OLED a atteint une efficacité lumineuse (en laboratoire) de l’ordre de 100 lm/W quand une lampe à incandescence plafonne à 14 lm/W (les LEDs qui sont des sources ponctuelles atteignent 300 lm/W aujourd’hui). Imaginez ce que les designers peuvent faire avec une source de lumière qui peut prendre n’importe quelle forme, se plier, potentiellement changer de couleur et, pourquoi pas, afficher de l’information.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 25/01/2016 - 18:40
Encore une fois !
Après le scandale des éoliennes, totalement inefficaces et nuisibles, celui du réchauffement climatique soi-disant dû à l’homme, maintenant celui des ampoules basse consommation dans un monde qui sait faire de l’énergie nucléaire et où la quantité disponible d’énergies fossiles est astronomique. Et comme les éoliennes ces ampoules basse consommation sont toxiques à tel point qu’on ne sait pas comment s’en débarrasser ! Les trois sectes musulmane, socialope et ecolo-gogo pourraient remplacer les lapins crétins sans aucun problème.
jlmr
- 25/01/2016 - 00:55
Feu l'incandescence ? — adroitetoutemaintenant : ?
Que la lumière soit ! mais je ne suis pas sûr que les chiffres et les lettres avancés soient de bon aloi dans cet article que je retrouve sur différents sites qui semblent avoir la même source (sauf les mesures qui bizarrement diffèrent). Cela fait plus de 10 ans que ma maison est entièrement éclairée aux LEDs (je conserve amoureusement une ampoule que j'ai vu fabriquer devant moi en 1953 lorsque j'avais moins de 8 ans que j'ai failli casser il y a peu). C'est en faisant un réseau de modèles réduits que j'ai découvert cette technique qui m'a fasciné et m'y suis grandement intéressé. Mon porte-monnaie s'est trouvé très sollicité mais j'en récolte les fruits maintenant.
Iznobad
- 24/01/2016 - 15:20
Ah bon?
Article surement très intéressant mais inbitable écrit par un spécialiste qui ne fait apparement pas l’effort de se mettre au niveau du lecteur moyen, qui en général n’arrive déjà pas à s’y retrouver entre les watts, les lumens, les leds etc...