En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Flickr / Cacahouette
Dans le vent
Énergies renouvelables... et faux espoirs : les leçons du jour où les éoliennes danoises ont produit 140% de la consommation électrique du pays
Publié le 19 juillet 2015
La montée en puissance de l’éolien depuis le début des années 2000 a permis une réduction notable de la consommation d’hydrocarbures. Mais cela a un coût : en 2011, l’électricité danoise était la plus chère du monde.
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La montée en puissance de l’éolien depuis le début des années 2000 a permis une réduction notable de la consommation d’hydrocarbures. Mais cela a un coût : en 2011, l’électricité danoise était la plus chère du monde.

Atlantico : Récemment et selon un communiqué officiel, les éoliennes implantées au Danemark auraient couvert 140% des besoins électriques du pays. En termes de production, le Danemark se range dans les premiers pays d'Europe à compter sur l'éolien avec le Royaume-Uni et l'Allemagne. Dans quelle mesure ce résultat est-il le fait de conditions météorologiques particulièrement propices ?

Stephan Silvestre : Il faut se méfier de ce chiffre en trompe-l’œil. Ce taux, qui est une mesure ponctuelle observée le 10 juillet en début de matinée, est dû à des conditions météorologiques particulièrement venteuses, comme cela est déjà arrivé en mer du Nord. Au dénominateur de ce ratio, la consommation était proche de son minimum annuel, très loin de son maximum hivernal. Si on considère la moyenne annuelle, l’éolien représente environ 1/3 de la production danoise d’électricité, soit 6% du mix énergétique, les hydrocarbures représentant encore 75% de la consommation totale d’énergie. Car le problème avec cette ressource hautement intermittente, c’est qu’elle nécessite des centrales thermiques complémentaires pour pallier les trous de production en l’absence de vent.

Le Danemark s'est imposé comme un pionnier de la production d'énergie via les éoliennes, sur terre ou off-shore. Quels enseignements peut-on tirer de son expérience dans l'éolien ?  

La montée en puissance de l’éolien depuis le début des années 2000 a permis une réduction notable de la consommation d’hydrocarbures, passée de 90% à 63% de la production d’électricité depuis 1998. Grâce à cela, mais aussi à la baisse de sa consommation, le Danemark a pu réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 75 à 50 Mt équivalent CO2 entre 1998 et 2012 (à rapporter aux 35 000 Mt au niveau mondial pour le seul CO2). Mais cela a un coût : selon l’Agence Internationale de l’Énergie, l’électricité danoise était la plus chère du monde en 2011, à 0,41$ le kWh, devant l’allemande (0,35$) et l’espagnole (0,30$), toutes deux très vertes aussi. Dans ce classement, la France conservait un coût compétitif (0,19$), quoiqu’encore très supérieur à celui des États-Unis (0,12$) ou du Canada (0,10$), où l’électricité est quatre fois moins chère qu’au Danemark.

Il faut aussi évoquer les conséquences sur les marchés de gros de l’électricité. De par une directive européenne, l’électricité verte est prioritaire à l’achat sur les marchés. Or, en période de surplus de production, comme cela vient d’être le cas au Danemark, cette électricité est déversée à coût pratiquement nul, tuant toutes les autres sources, à commencer par les centrales à gaz. C’est ce qui a entraîné la formation, très temporaire, de prix négatifs sur les marchés spot ces dernières années, à chaque fois pendant des périodes de faible demande.

Par ailleurs, où en est la recherche dans la conservation et le stockage de l'électricité, principal frein à l'éolien ?  

Ces différents problèmes seraient en grande partie résolus si l’électricité était stockable. Tout d’abord, par définition, l’électricité n’est pas stockable puis qu’il s’agit d’un mouvement d’électrons. Il existe deux solutions pour pallier ce problème : soit on stocke les électrons dans des matériaux susceptibles de les libérer sur demande, c’est le principe des batteries, soit on stocke l’énergie sous une autre forme pour la convertir en électricité en cas de besoin.

Du côté des batteries, il y a eu de gros progrès, comme en témoignent nos appareils électroniques portatifs du quotidien. D’ailleurs, le charismatique patron de Tesla, Elon Musk, souhaite généraliser l’usage des batteries lithium-ion dans les foyers. Mais il reste difficile et onéreux de concevoir des batteries à l’échelle de la consommation d’un pays, c’est-à-dire de centaines de MW, voire de GW. À ce niveau on passe plutôt par la conversion en une autre énergie. Les centrales solaires espagnoles ont démontré l’efficacité du stockage de la chaleur via des sels fondus, capables de restituer leur énergie à l’échelle de plusieurs heures, ce qui convient bien à ces centrales (restitution la nuit de l’électricité produite dans la journée). Une autre solution tient dans la conversion d’électricité en énergie hydraulique (énergie potentielle, en réalité) dans des stations dites STEP, qui sont des barrages réversibles.

Mais le nombre de sites géographiques compatibles est assez réduit et on ne pourrait espérer stocker que 5 à 10% de la consommation française. Une autre voie est plus prometteuse, celle des piles à hydrogène. Le processus réversible d’électrolyse de l’eau permet de convertir l’électricité en hydrogène et réciproquement de façon très écologique. Outre le secteur de l’automobile électrique, ce procédé pourrait être généralisé à des usages industriels, voire domestiques. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
La République des taxeurs fous se porte bien
06.
Faut-il se résoudre à une situation à l’israélienne alors que le Sahel tend à devenir un nouvel Afghanistan ?
07.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 22/07/2015 - 19:45
cour des comptes .A quoi sert elle?
http://www.contrepoints.org/2014/06/02/167730-la-cour-des-comptes-epingle-les-energies-renouvelables-depuis-longtemps
zouk
- 20/07/2015 - 13:59
Electricité éolienne
La démonstration de cette obsession absurde: que faire de cette énergie excédentaire? Une autre énergie, ce sont de nouveaux investissements que les écologistes fanatiques oublieront d'ajouter à ceux déjà fort lourds de l'éolien. Les Danois sont bien bons: ils acceptent de payer l'électricité la plus chère du monde, alors quenous, coupables d'avoir installé des centrales nucléaires, disposons d'une énergie assez facilement modulable (par tranches) et de plus beaucoup moins chère mais cela scandalise nos écologistes aux vues légèrement courtes.
vangog
- 20/07/2015 - 00:12
Intelligente, la directive européenne qui rend l'énergie verte
prioritaire à l'achat sur les marchés! Décidément, des qu'on voit "directive" et qu'on sait que ca vient de la technostructure europeiste, on sait que cela va coûter cher aux con-tribuables européens! Car ce n'est pas avec une électricité vendue à prix négatifs qu'ils vont amortir leurs coûts d'investissement et d'exploitation. Il faut donc que ce soit le con-tribuable qui paie ce que le consommateur ne paie plus qu'incidemment...très bête social-démagogie europeiste!