En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Revue de blogs

Le dernier des loups : derrière le film, une histoire compliquée

Publié le 10 mars 2015
Le nouveau grand succès de Jean-Jacques Annaud nous offre les délices des grands espaces, des chamans, des loups beaux et libres, un romantisme écologique qui n'est pas tout à fait ce que les Chinois voient dans les steppes mongoles.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau grand succès de Jean-Jacques Annaud nous offre les délices des grands espaces, des chamans, des loups beaux et libres, un romantisme écologique qui n'est pas tout à fait ce que les Chinois voient dans les steppes mongoles.

Que c'est bon, de survoler de superbes steppes, que c'est beau, des prises de vues époustouflantes faites depuis des drones de meutes de loups pourchassant les gazelles. Le film de Jean Jacques Annaud est le bol d'air écologique qu'il nous fallait, et la production fournit des adjuvants nécessaires pour se replonger dans la magie avec des séquences du making off.

L'autre histoire du film, et du livre dont il est tiré, est tout à fait différente, elle aussi passionnante, mais bien moins tracée au cordeau, et beaucoup de blogs consacrés à la Chine l'ont rappelé. A savoir si vous en parlez avec des amis chinois,ou si vous abordez le sujet en Chine. "Le dernier loup" a d'abord été un livre, le livre-record, le plus vendu depuis le petit Livre rouge de Mao. Le blog My Chinese book (qui trouve le film très beau, et estime que le livre s'est vendu à 5 millions d'exemplaires, probablement 15 en comptant les copies piratées, en Chine ) rappelle d'abord que la Mongolie réelle et actuelle a mal tourné:

"il convient qu’un tel film finisse plutôt « bien », ce qui n’a rien à voir avec la réalité de ce qu’est devenu la Mongolie intérieure, quarante ans après, avec des zones éventrées par des mines de charbon et des vallées qui se désertifient et génèrent les tempêtes de sable qui atteignent même Pékin."  

Mais c'est surtout l'histoire politique très controversée de ce livre qui jure sur les beaux sentiments du film.

"Les thèmes politiques sous-jacents sont importants et notamment l’antagonisme entre pasteurs nomades et cultivateurs. Les Mongols sont des loups, comme l’ont montré leurs conquêtes territoriales dans l’histoire et leur contrôle périodique du pouvoir chinois. On comprend pourquoi le livre a failli être interdit (ndlr: en Chine) :" Les Hans  (les Chinois) n’avaient-ils pas traversé une grande partie de leur histoire en vivotant au jour le jour, retranchés derrière la Grande Muraille, quémandant la paix par le biais de mariages ou de tributs, quand ce n’était pas tout simplement par la capitulation. Et le pire, c’est de compter uniquement sur la reproduction pour perpétuer la race. » (p.153) Pour les conservateurs, l’auteur est un traître On peut remarquer que ce passage, comme d’autres du même style, ne figure pas dans la traduction anglaise de Howard Goldblatt, publiée en Chine par Penguin ! "

 

Lu Jiamin, Image du site Unidivers.fr

Unidivers.fr revient sur l'histoire de l' auteur, le héros du film. Son livre a été le fruit d'une histoire personnelle tellement chaotique que l'on comprend pourquoi il ait longtemps gardé l'anonymat. Et ce qui fait aussi penser que l'accord et l'encouragement donnés par la Chine à la réalisation de ce film révèle un tournant dans la prise en compte du concept de la protection de l'environnement par les autorités.

"En 2007, trois ans après la publication de son livre que l’auteur, sous la pression des réseaux sociaux et après l’obtention du Prix Man de littérature asiatique, a fini par dévoiler son identité. Derrière ce pseudo emprunté à un ancien empereur nomade, se cache Lu Jiamin, professeur de sciences politiques à l’université de Pékin, marié à la célèbre romancière Zhang Kangkang (« la marguerite Duras chinoise » selon Jean-Jacques Annaud).

Né en 1946 dans la province de Jiangsu, non loin de Shanghai, Jiang Rong a grandi entre deux fortes personnalités. Sa mère, issue d’une famille de mandarins lettrés, adhéra au Parti communiste chinois clandestin de Shanghai dès sa création. Elle a donné sa vie à la révolution.(...)Le père veuf, haut fonctionnaire du ministère de la Santé et vétéran de la guerre contre le Japon – d’où il est rentré handicapé – déménage avec son fils à Pékin. Considéré comme une « sommité académique anti révolutionnaire » il subit des brimades. 

Bande annonce du film 'Le dernier des loups'

 

Pas étonnant que le fils manifeste vite des velléités de rébellion À 18 ans, il passe en conseil de discipline dans son lycée pour avoir rédigé une affiche critique à l’égard du régime: « C’était la première des quatre condamnations dont j’ai fait l’objet comme contre-révolutionnaire ». Déboussolé, Jiang Rong finit par rejoindre les Gardes rouges. Il ne jure plus que par le Petit Livre rouge et veut, lui aussi, éradiquer « les quatre vieilleries » (vieilles pensées, vieilles cultures, vieilles coutumes, vieilles habitudes). En 1967, alors que les livres sont confisqués et brûlés, il se porte volontaire pour la campagne… et embarque clandestinement ses auteurs préférés. Durant onze ans, Jiang Rong partage la vie des nomades, s‘immerge dans leur culture et développe une fascination pour les loups.

Comme son héros Chen Zhen, il a adopté et élevé un louveteau. Une expérience qui le marque à jamais. Plusieurs fois condamné, notamment en 1989, pour avoir défilé place Tian’anmen, il est interdit de publication, y compris dans le cadre de ses activités d’enseignant. Alors, il se lance dans l’écriture de son roman. Sans jamais envisager de quitter son pays, jure-t-il : « J’ai toujours voulu continuer à me battre pour faire évoluer le régime. Il y a dix ans, ce livre ne serait jamais sorti en Chine et je serais parti en prison. C’est la preuve que mon pays a bougé ». Aujourd’hui âgé de 68 ans, Jiang Rong est toujours aussi préoccupé par l’image des loups dans l’imaginaire et reste un fervent défenseur de l’environnement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

06.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

07.

Les épargnants français, bipolaires ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires