En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 1 heure 31 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 2 heures 35 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 3 heures 38 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 6 heures 13 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 22 heures 32 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 2 heures 2 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 2 heures 40 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 3 heures 10 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 3 heures 32 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 4 heures 17 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 4 heures 46 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 5 heures 20 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 5 heures 46 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 6 heures 42 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 22 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
La Minute Tech

Pourquoi il n’y aura pas de réseau de téléphonie et d’internet mobiles pour tout le monde

Publié le 16 février 2015
Après le téléphone, le mobile, le smartphone, voici venu l'ère de la "phablette", contraction de "phone" et de "tablette". A l'instar de l'Iphone 6 Plus, ces appareils, qui restent des téléphones mobiles, sont utilisés par les utilisateurs comme des tablettes ou des ordinateurs portables, pour jouer ou regarder des films par exemple. Or ces utilisations sont de plus en plus gourmandes en internet mobile, un réseau qui risque d'être dépassé.
Joël Gaget
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Gaget est consultant spécialisé dans le domaine du WiFi et plus généralement des communications sans fil au sein de la société SYRTEL - Il est également dirigeant de la société Global-TIC Consulting, spécialiste des TIC pour les seniors et les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le téléphone, le mobile, le smartphone, voici venu l'ère de la "phablette", contraction de "phone" et de "tablette". A l'instar de l'Iphone 6 Plus, ces appareils, qui restent des téléphones mobiles, sont utilisés par les utilisateurs comme des tablettes ou des ordinateurs portables, pour jouer ou regarder des films par exemple. Or ces utilisations sont de plus en plus gourmandes en internet mobile, un réseau qui risque d'être dépassé.

Atlantico : Selon un récent rapport de l'agence CITRIX, les utilisateurs d'Iphone 6 Plus consommeraient deux fois plus de connexion internet que pour la version plus petite, du fait de la grande taille de l'écran qui incite à les utiliser comme des tablettes tactiles. L'évolution des smartphones allant vers des écrans plus larges, et facilitant toujours plus la navigation internet, nos réseaux 3G et 4G sont-ils suffisamment pourvus pour répondre à ces évolutions potentiellement rapides ?

Joël Gaget : Ce ne sont pas les terminaux qui ont développé l’usage. C’est l’arrivée de nouveaux standards de communication, 3G puis 4G et 4G+. Ils permettent d’ores et déjà des débits théoriques comparables à la capacité des réseaux Internet fixes, et la dépassant même dans certains cas. De plus, la 4G est conçue pour fonctionner exclusivement sur le protocole Internet, reléguant la voix au second plan et favorisant des transferts rapides d’informations. Il était alors inévitable que les usagers mobiles deviennent friands d’applications jusque-là réservées à l’Internet fixe (téléchargements de photos et vidéos, streaming vidéo, jeux…).

Les constructeurs de terminaux se sont rapidement adaptés en fabricant des smartphones plus grands et plus confortables d’utilisation capables de recevoir des images et du son de bonne qualité avec une excellente fluidité.

Les opérateurs français ont très vite compris que l’enjeu était de taille. Après une première compétition pour apporter la 4G au plus grand nombre d’habitants en un minimum de temps, les 3 principaux opérateurs ont commencé à déployer la 4G+ permettant des débits encore plus élevés.

Le résultat de ces efforts ne s’est pas fait attendre : avec une progression de 3 à 10 millions de clients de décembre 2013 à décembre 2014, la France est potentiellement le premier pays européen en termes d’abonnés 4G.

D'une manière générale, les avancées en termes de confort pour les utilisateurs vont-elles plus vite que celles qui servent à les rendre possibles en téléphonie mobile ?

Les technologies au service du confort de l’utilisateur existent et ont déjà fait leurs preuves, notamment sur les tablettes, à travers des systèmes d’exploitation performants, Androïd, iOS ou Windows.

La difficulté potentielle vient du réseau qui selon sa disponibilité ou sa performance va permettre de bénéficier ou non de ces avancées. La prochaine génération de 4G permet d’espérer des performances exceptionnelles : des débits théoriques comparables à ceux de la fibre optique sont annoncés. Cette génération, que certains appellent 4G+, commence à être déployée par les opérateurs ainsi que je l’ai décrit plus haut. Elle commence également à être installée sur les smartphones malgré une plus grande difficulté liée à la miniaturisation.

Il n’y a donc pas théoriquement d’obstacle à la mise à disposition d’un réseau performant pour tous les usagers. Il reste aux opérateurs à continuer l’effort de déploiement d’infrastructure qu’ils ont accompli jusqu’à maintenant, pour assurer une couverture aussi complète que possible. Il leur faudra également en parallèle faire face à une demande croissante de consommation. Cela peut poser quelques difficultés si cette croissance est trop rapide.

A quelles difficultés les opérateurs sont-ils confrontés techniquement ? Comment réagissent-ils à cette tendance ?

La première difficulté rencontrée par les opérateurs n’est pas réellement technique : la mise en œuvre de la technologie 4G suppose la mise en place de nouveaux réseaux d’émetteurs (les stations  de base radio et leurs antennes). La population est devenue réfractaire à la mise en place des antennes et il est très difficile et très long de vaincre ces réticences. Trouver des propriétaires qui soient d’accord pour installer une antenne sur leur immeuble ou sur leur terrain et obtenir les autorisations nécessaires prend beaucoup de temps.

La difficulté majeure vient de la disponibilité des fréquences utilisables. On estime que le débit maximum théorique est proportionnel à la largeur de la bande de fréquences disponible. Il faudrait multiplier par 4 ou 5 le nombre de fréquences attribuées aux opérateurs français par l’ARCEP pour atteindre des performances comparables à celles de la fibre optique. D’autres fréquences pourront être libérées prochainement dans la bande des 700 MHz. Un calcul simple montre que ce ne sera toujours pas suffisant.

D’autres voies, technologiques celles-ci, sont à explorer. Une technologie MIMO (répandue dans le monde du WiFi) plus performante que celle qui est déjà utilisée sur les réseaux 4G pourrait être mise en œuvre et permettre ainsi de doubler leur capacité en conservant les mêmes fréquences. La mise en œuvre sur les équipements de réseau des opérateurs peut prendre plusieurs années afin d’adapter les antennes et il reste également à surmonter la réelle difficulté technique liée à l’implantation de plusieurs antennes sur des mobiles de taille réduite.

Dans quelle mesure pourraient-ils maîtriser cette consommation par une augmentation des forfaits ?

Les opérateurs mobiles ont déjà mis en place des structures tarifaires adaptées aux volumes consommés avec des limitations de débit lorsque les volumes souscrits sont dépassés. Ces formules permettent d’anticiper et de s’adapter à une évolution de la consommation qui n’est pas nécessairement facile à prévoir aujourd’hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires