En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 11 heures 17 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 15 heures 38 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 16 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 16 heures 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 17 heures 13 sec
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 19 heures 14 sec
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 1 jour 3 heures
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 1 jour 7 heures
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 16 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 19 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
© Reuters
Minute Tech

Ce à quoi ressembleront vraiment les accessoires et vêtements connectés (et pourquoi l’iWatch n’en fera pas partie)

Publié le 02 février 2015
La compétition organisée par Intel "Make it wearable" a été l'occasion pour la firme d'exprimer sa vision des vêtements connectés dans l'avenir... Et ces derniers ne se réduiront pas à des objets reprenant des fonctions déjà proposées sur smartphone.
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La compétition organisée par Intel "Make it wearable" a été l'occasion pour la firme d'exprimer sa vision des vêtements connectés dans l'avenir... Et ces derniers ne se réduiront pas à des objets reprenant des fonctions déjà proposées sur smartphone.

Atlantico : Jusqu'à aujourd'hui, les vêtements connectés se contentaient pour la plupart de reproduire les fonctionnalités d'un smartphone. La montre connectée d'Apple est d'ailleurs présentée comme une extension d'iPhone. En quoi les vêtements connectés iront fondamentalement plus loin ?

Christophe Benavent : Ils vont plus loin d'abord par la précision de la mesure. C'est une question essentielle, ainsi les applications de santé n'en sont pas aujourd'hui, car les mesures fournies sont loin d'atteindre la précision requise par le corps médical, ce qui fait de ces applications de simples divertissements. Le compteur de pas du smartphone est moins précis qu'un tracker qui prend une position déterminée et fixe sur le corps. Ils vont plus loin car ils sont plus pratiques, consulter un service de cartographie et de gps sur son mobile quand on marche en ville est malaisé et parfois dangereux, avoir des chaussures qui bipent dans l'oreille, pour indiquer les bonnes (et mauvaises) direction est peut être plus pratique pour se diriger vers une adresse qu'on a pas encore visitée.

Ils vont plus loin aussi car ils fournissent des informations d'une nature nouvelle aux grandes plateformes du digital. Elles pouvaient connaitre nos intentions, nos préférences, nos comportement d'achat, elle capte désormais en continu l'état de notre physiologie, éventuellement celui de nos humeurs. Alors que nous fournissions de l'information de manière sporadique (en faisant un achat, en recherchant une information), nous leur fourniront des informations même si nous ne voulons rien, d'ailleurs même en dormant, et la surveillance du sommeil est sans doute une des application les plus prometteuses. 

Que nous permettront-ils de faire alors, quel est leur potentiel ?

Trois choses en général. Dans un premier temps, la premières génération des objets connectés se contente de fournir une boucle de feed-back sur nos activités donnant la possibilité d'une conduite contrôlée. Je dis bien une possibilité car il est probable pour différentes raisons psychologiques que les être humains n'ait pas forcément envie de s'appliquer une forte discipline. Sans motivation forte, celui ou celle qui se pèse sur une balance électronique, peut tout à fait la réduire en pièce si obstinément elle lui indique qu'il n'arrive pas à atteindre le poids qu'il s'est donné comme cible ! La boucle de feed back a besoin d'être accompagnée par un dispositif motivationel (le coaching). C'est la seconde chose, et  la seconde génération des objets se caractérisera par les services qui les accompagnent : en traitant les données obtenues des objets les plateformes qui les gèrent doivent être en mesure d'encourager les utilisateurs et de leur prescrire ce qu'il faut faire, économisant leur réflexion. Pour reprendre l'exemple du poids, il faut imaginer que l'appli ne se contente pas de recueillir l'objectif déclaré du sujet (qui peut être irréaliste) mais lui suggérer une norme raisonnable, un objectif faisable.

On comprend que la valeur ne se situe plus dans l'objet mais dans les sortes d'intelligences artificielles qui peuvent effectuer cette tâche et lui suggérer un poids à atteindre compte-tenu de son humeur (mesurée par la qualité de son sommeil), de sa génétique ( on aura fournit son ADN à dessein), de ses activités physiques (mesurés par un tracker le jour et par le lit aussi). Quant à la troisième chose, c'est justement qu'ils permettent de ne plus faire, mais d'agir à notre place. Imaginons une semelle qui varie l’absorption des chocs en variant son élasticité selon la nature du terrain (mesurée par les chocs dans la semelle),  un t-shirt qui varie sa porosité selon la température du corps et celle de l'extérieur pour gérer l’exsudation. On comprend que là la valeur réside en grande partie dans les matériaux (dit intelligent), et plus généralement dans la capacité des objets de commander des changements de l'environnement local. Imaginez qu'en portant une bague intelligente, qui échange avec la chaine Hifi (pardon, je parle XXème siècle, disons le sound systeme) la radio se mette sur la station qu'on aime, ou simplement sur nos playlist du moment, ou qu'en jouant au foot notre t-shirt parle à celui du libero et qu'il lui ordonne de nous faire la passe victorieuse alors qu'il semble hésiter.


En particulier, c'est une question d'inventivité et d'appropriation. Inventivité des équipes de développement qui doivent créer des services innovant et pertinent. Ce sera relativement simple pour résoudre des problèmes cruciaux : réguler un diabète, prendre des photos pour un constat, payer sans contact. De bonne chance que ces objets s'installent d'abord dans des niches. Ce sera beaucoup plus compliqué pour des usages plus généraux. Quant à l'appropriation, la perfection technique ne suffit pas. Il faudra aussi que l'objet et sont usage soit socialement acceptable. L'exemple de google glass est éloquent : l'expérience montre que des lunettes capables de videographier (discrètement) ne son pas acceptée dans l'espace public. Les lunettes ne sont pas une interface universelle, elles ne conviennent que dans des situations précises.

On rencontrera ce genre de problème très fréquemment : ainsi un capteur biologique serait mieux sous la peau que dans les vêtements car généralement on change ces derniers régulièrement, mais à ce jour il est peu probable qu'on accepte aisément de s’insérer un capteur dans le corps, même si tatouage et piercing se soient largement diffusés.  L'innovation dans le domaine ne va pas être une question de technologies (elles sont déjà disponibles) mais d'ingéniérie sociale.

Que signifie concrètement la déclaration d'Intel, quelle lecture peut-on en faire ?

En termes de support, ils ressembleront à tous ce qu'on imagine : montre d'abord, bagues ou collier, chaussure et semelle de chaussure, T-shirt et manteau, les lunettes même si l'expérience de google glass est décevante, des lentilles de contacts, des gants, des ceintures, des timbres à poser sur la peau, sans oublier les porte-clés, voire les clés elle-même, des implants dentaires surement, des brassards, des sous-vêtements. Tout ce qu'on porte est susceptible d'être connecté. La véritable question qui se pose est "connecté à quoi, et pourquoi ? "

Pour le connecté à quoi, il s'agit de savoir s'ils sont reliés à l'internet via le téléphone mobile (ou pourquoi pas une station de réception portable) ou à d'autres récepteurs : des balises (Beacon) par exemple, des automates, des bornes électroniques... Plus fondamentalement est-ce que les données qui sont enregistrées par les capteurs seront stockées sur des plateformes de données appartenant aux entreprises (les gafaa, les nouveaux entrants spécialisés ou simplement les prestataires de services) avec un risque de dépossession et un risque de faible confidentialité, ou dans des espaces qui soit de véritables clouds personnels entreposant nos selfs data, les combinant pour produire des services "auto-personnalisés", c'est à dire personnalisés avec nos seules données qui peuvent venir de différentes sources et capteurs, plutôt que par l'agrégation des données de la foule. On doit absolument garder en tête que les objets connectés sont fondamentalement des capteurs, le service rendu est généralement découplé de l'objet, il est produit par les plateformes sous la forme de tableaux de bord, de notifications, de recommandations qui sont consultés sur les différents écrans auxquels on a accès : smartphone, mobile ou simplement laptop.

Pour le pourquoi, là est la question. On en sait en rien. Par nature les fonctionnalité des objets connectés sont limitées et très spécialisées : mesurer un température, le nombre de pas parcouru, le battement d'un cœur, un poids, un taux de sucre dans le sang, un changement d'acidité de la peau, un nombre de portes franchies, et pourquoi pas la composition de l'air qu'on respire... Toute la question est donc de fournir à partir de ces données des services utiles, facile à utiliser, amusant,  socialement acceptable, et motivant. Il y aura donc des millions d'applications souvent limité à un marché étroits, et quelques applications très généralistes, mais on ne sait pas lesquelles encore. Pour l'instant on mise sur le fitness et la santé. Ce sera peut-être l'identification et le paiement, ce sera peut-être simplement la gestion des interactions interpersonnelles. Ce qui est sûr c'est que dans le domaine ce ne sont jamais ceux qu'ont attends qui arrivent.

En 2006 second life préfigurait la vie sociale du futur, il semble qu'aujourd'hui snapchat en soit la réalisation. Si l'histoire de l'informatique se répète, celà va commencer par des applications ludiques et dérisoire (mesurer le nombre de pas franchis en une journée) mais se réaliser dans le monde professionnel avant de revenir dans la sphère individuelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires