En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Minute Tech

Les gadgets qui pourraient mourir en 2015

Publié le 12 janvier 2015
Selon The Independent, un magazine anglais, certains objets de télécommunication sont amenés à disparaître en 2015, eu égard aux évolutions technologiques des mobiles et d’internet. La cabine téléphonique, le GPS, le téléphone fixe seront autant de gadgets que nous n’utiliserons bientôt plus.
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon The Independent, un magazine anglais, certains objets de télécommunication sont amenés à disparaître en 2015, eu égard aux évolutions technologiques des mobiles et d’internet. La cabine téléphonique, le GPS, le téléphone fixe seront autant de gadgets que nous n’utiliserons bientôt plus.

Atlantico : Dans quelle mesure le téléphone portable et internet ont-t-ils enterré d’autres objets technologiques ?

Christophe Benavent : L'innovation est destructive en effet, elle semble conduire certains objets et produits à l'obsolescence. A quoi sert une cabine téléphonique si chacun possède un portable dans sa poche? Pourquoi garder un téléphone fixe quand on dispose dans un foyer d'une bonne dizaine de canaux de communication? Pourquoi acheter des GPS quand il sont désormais intégré au tableau de bord dans la voiture? Cependant l'expérience apprend que les produits et les objets ne disparaissent pas toujours, et trouvent dans l'écologie du marché des niches où ils développent de nouvelles fonctionnalité. Prenez l'exemple des montres qui ont connu ces derniers années un nouvel essor alors que depuis plus de 40 ans l'electronique en tout genre donne l'heure en tout lieu : elles sont devenues des bijoux, des biens ostentatoires ! Et pour prendre un exemple plus traditionnel, le tracteur n'a pas totalement chassé le cheval qui survit dans les centres équestre. La destruction est plutôt une redistribution des systèmes techniques et commerciaux, une recomposition des marchés.

Les recettes engendrées par les sites de streaming dépasseront celles des DVD en 2016 et celles des box-offices en 2017. Quelles sont les transformations économiques provoquées par ces changements techniques (internet + téléphone) ? Quels seront les nouveaux modèles économiques de demain ?

L'exemple de la musique est remarquable. Effectivement si le streaming domine et peut être considéré comme une recomposition du système technique (centré sur le MP3 et les autres formats) mais aussi du système commercial : l'achat à l'unité laisse la place à l'achat par l'accès, on s'aperçoit que le vynil est en pleine forme. De 2007 à 2014 les ventes ont été multipliée par 6 atteignant presque 7 millions d'unités aux US (contre 280 millions d'unité sous d'autres formats). Le vynil a retrouvé une niche sur la base d'une autre pratique de la musique, plus active, plus créative celle des DJ pros ou amateurs qui au-delà d'une écoute passive pratiquent une écoute active sous la forme de Mixtape ou de remix, sans compter les amoureux du grain et de la chaleur de la très haute qualité de l'analogique. Le moteur des transformations réside dans le développement de modèle de monétisation. Dans le domaine du cinema même observation. On observera que la fréquentation des salles n'est pas rendue obsolète, c'est le dvd qui l'est devenu. 

Le réveil en plastique, les DVD, ou le téléphone fixe sont-ils amenés à disparaître définitivement ou prendront-ils une autre forme de valeur, cette fois-ci plus vintage ?

Très clairement, on peut s'attendre à ce qu'ils prennent une autre forme. Vintage parfois, décorative souvent, fétichiste parfois, glamourisée de temps en temps. Pour le DVD, la fin n'est pas forcement encore arrivée. Même si le streaming amène de la variété et de la facilité, la qualité d'image peut se trouver une niche au travers d'un home-cinéma à très haute définition. Aura-t-il le destin du vynil? 

Les industries technologiques ont-elles intérêts à créer des gadgets amenés à disparaître pour nous pousser à la consommation ? Est-ce qu’il est difficile de soutenir la croissance économique lorsque les produits de consommation sont trop durables ?

Oui et non. Le oui réside dans le jeu de la compétition qui est double. D'une part il une incite à une amélioration continue des objets et de leur fonction et donc à un rythme de lancement des nouveaux produits soutenu. C'est ainsi qu'on a le Iphone 1, 2, 4, 5, 6....  D'autre part il incite de nouveaux acteurs à se lancer dans des innovations majeures qui introduisent des ruptures. Non parce que ce processus est coûteux aussi, innover sans cesse c'est renoncer à exploiter la totalité du cycle de vie des produits.

En fait on est beaucoup plus dans un processus de renouvellement des produits que l'innovation de ruptures. Il faut recycler l'invention. Les montres digitales et autres bracelet de fitness sont ainsi moins des innovations majeures, que le recyclage dans de nouvelles configurations de composants clés qui se trouvent déjà dans les smartphones : des gps, des capteurs de mouvement, de chaleurs etc.... C'est ce qu'on appelle une innovation architecturale. Quant à penser que l'obsolescence est programmée cela me semble relever plus du mythe urbain qu'autre chose, même si dans les calculs d'ingénieurs on peut être amené à prendre des décisions telles que de ne pas donner l'accès à la batterie car on sait que l'appareil sera obsolète avant qu'elle se soient usées. Quant à la croissance (du PIB) , sachons que ce n'est pas un objectif des entreprises, leur objectif ce sont leurs ventes et leurs profits, pas la bonne santé de l'économie. Pour l'instant le jeu concurrentiel seuls doit être mis en cause, et s'il y a une préférence pour renouveler les produits c'est que les consommateurs préfèrent remplacer que réparer.

Avec la maturité de ces secteurs, comme cela c'est produit dans d'autres, le marché de la réparation pourrait apparaitre stimulant un marché des pièces détachées, il faudrait simplement que réparer soit moins couteux que remplacer.

Quels sont les autres objets que nous utilisons aujourd’hui et qui sont voués à disparaître ? Par quels gadgets pourront-ils être remplacés ?

A priori, disons tous. Il ne s'agit pas que des gadgets mais de tout les produits et peut-être dans des directions inattendues. Le vélo électrique pourrait par exemple prendre une part substantielle au scooter. On a vu la cafetière devenir par un miracle de ritualisation et de glamourisation devenir un objet chic.

La question en fait n'est pas la disparition des objets mais plutôt le changement de leur place sociale et la transformation permanente de leurs formes et leurs fonctions. Le réveil n'a pas attendu le digital pour devenir un radio-réveil et apporter les premières informations de la journée. Ce qui en revanche doit être noté est que le développement des objects connectés risque de redéfinir profondément sa forme et ses fonctions.

Prenez l'exemple des ampoules électriques, en devenant connectées, il devient possible de les allumer et les éteindre directement via un smartphone, ou de ce qui aparraitre bientot comme une telecommande digitale et domestique d'un genre nouveau, conçue pour activer et réactiver tous les appareils de la maison. Ce qui deviendra obsolète sera peut être simplement les interrupteurs !

Pour prendre un métaphore biologique, les espèces ne disparaissent soudainement, elle redéfinissent en permanence leur morphologies dans l'interaction qu'elles ont avec leur environnement. C'est une transformation écologique. Dans certains domaines, elle peut être accélérées et faire naitre de nouvelles espèces, dans d'autres beaucoup plus lente et moins diverses. C'est ce qu'on appele l'équilibre ponctué, l'internet des objets apparait ainsi comme une vaste ponctuation. Pour prendre une dernière illustration, l'univers de l'aspirateur qui semblait connaitre une phase de maturité connait depuis quelques années une transformation profonde avec l'un robots d'une part, et les appareils ultra performant et esthétiques de certaines marques d'autre part. Ce qu'on cachait comme la poussière dans un recoin, devient un équipement qu'on hésite pas à montrer, et dont on verra sans doute l'activité quotidienne programmées par des applications.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

Plaidoyer en faveur d’une banque centrale mondiale

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires