En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
OGM la menace ?

La nouvelle étude qui établit que les OGM pourraient effectivement représenter un danger

Publié le 21 décembre 2014
Un acide contenu dans certains organismes génétiquement modifiés destinés à la consommation pourrait empêcher l'expression de certains gènes, ce qui aurait pour effet potentiel d'augmenter le niveau de cholestérol, notamment. Analyse critique.
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS. Ses propos n'engagent pas son employeur. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS. Ses propos n'engagent pas son employeur. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un acide contenu dans certains organismes génétiquement modifiés destinés à la consommation pourrait empêcher l'expression de certains gènes, ce qui aurait pour effet potentiel d'augmenter le niveau de cholestérol, notamment. Analyse critique.

Atlantico : Une équipe de chercheurs chinois a découvert dans le sang et les organes de personnes consommatrices régulières de riz de petits fragments d'acide ribonucléique (ARN), qui ont pour propriété d'empêcher l'expression de certains gènes, ce qui peut notamment augmenter le niveau de cholestérol. Cette étude date de 2012, mais continue de faire débat (voir ici). Cela constitue-t-il un risque pour notre santé ?

Marcel Kuntz : Rappelons que l’ADN est transcrit en ARN messagers qui permettent aux cellules vivantes de construire les protéines. Une classe particulière d’ARN, appelons-les microARN, a une fonction différente : un microARN donné se fixe sur un ARN messager donné et contribue à l’éliminer. Il influence ainsi "l’expression des gènes" dans les cellules, ce qui "régule" leur métabolisme par exemple. L’équipe chinoise de Zhang et collaborateurs a affirmé qu’un microARN de riz peut se retrouver, via l’alimentation, dans le sang de mammifères qui ont consommé du riz, et dans ce cas précis, accroître le taux de mauvais cholestérol chez des souris.

Il est significatif du "précautionnisme" et du pessimisme contemporain d’y voir un "risque" et non des promesses ! L’Homme mange du riz depuis des millénaires et tous les jours des grammes d’ARN, un constituant normal de notre alimentation. De plus, si les résultats de Zhang et coll. étaient confirmés, ils ouvriraient des perspectives thérapeutiques majeures dans la lutte contre certaines maladies, par des médicaments à base de microARN.

Ces résultats ne sont donc pas confirmés ?

Personne pas pu reproduire un tel transfert de microARN de l’alimentation vers des mammifères. Des Américains, Dickinson et collègues (2013), ont tenté sans succès de reproduire les expériences sur le riz. Encore plus embarrassant pour Zhang et collègues, un groupe d’équipes uruguayennes vient de publier un article indiquant que, dans une publication antérieure, un travail de "séquençage" à grande échelle d’ARN, l’équipe chinoise avait détecté le même microARN chez un poisson qui ne consomme pas de riz ! Il s’agirait donc d’une contamination par du riz des échantillons analysés en laboratoire !

Par ailleurs, il existe des plans pour produire du coton ou du maïs génétiquement modifiés qui contiennent de tels microARN qui ont pour effet de tuer les insectes qui leur sont nuisibles. Preuve qu'il faut être doublement prudent par rapport à ces OGM ?

Il est possible que ce transfert de microARN puisse être une réalité chez certains insectes. Mais restons là aussi circonspects quant à cette possibilité. Des microARN bien choisis pourraient être produits par les plantes, donc des OGM, ou alternativement être épandus directement sur les insectes nuisibles. Il s’agit dans ce cas de "bloquer" un gène vital de l’insecte.

Quelles applications peuvent être faites à partir des OGM ayant pour propriété de "liquider" les insectes qui voudraient les manger ? Est-il vraiment possible de ne cibler qu'une espèce bien particulière ?

C’est un défi à relever par les biotechnologies, pour une agriculture de précision. Il est déjà possible, plutôt que d’épandre des herbicides dans tout le champ, de détecter par des caméras la mauvaise herbe et de n’asperger qu’elle d’une manière automatisée. De même, l’apport d’engrais peut être modulé en fonction des besoins de la parcelle. La combinaison de l’informatique et des biotechnologies est extrêmement prometteuse.

Dans le cas des OGM actuels résistant à des insectes ravageurs, le principe actif (une protéine) est déjà spécifique d’un Ordre d’insectes : si on vise une chenille, les abeilles par exemple ne sont pas affectées. Des technologies basées sur un microARN seront encore plus spécifiques, car ce dernier peut être conçu pour se fixer sur un ARN messager donné, lui-même choisi car son enchainement de "lettres" est propre à l’insecte visé. Nous sommes au cœur de ce qui fait la spécificité des espèces.

Des oiseaux ou des rongeurs pourraient-ils également être tués par des plantes génétiquement modifiées ? Quelles sont les limites à ne pas dépasser ?

Le microARN sera choisi par bioinformatique pour que cela ne soit pas le cas. Puis l’évaluation des risques, classique et réglementaire, devra le vérifier avant mise sur le marché. La route est longue avant la mise sur le marché d’un OGM. Surtout en Europe, où l’on discute encore de la mise en culture d’OGM cultivés outre-Atlantique depuis la fin des années 90 !

Le choix, peut-être plus risqué, est de se laisser paralyser par le principe de précaution : donc de ne rien faire. Ou au contraire de prendre des précautions raisonnées, sans en faire un "principe", afin de relever les défis grâce à l’innovation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 26/12/2014 - 19:16
Des décennies d'utilisation et pas une preuve
de nocivité. Un chercheur du CNRS, ces fonctionnaires qui cherchent ( à nos frais) et trouvent rarement quelque chose, aurait trouvé une nocivité. Oui peut être mais qu'en est il des traitement chimiques ou de moindres irrigations qu'ils évitent, des rendements qui augmentent et permettent ainsi de mieux nourrir la planète. Ne serait ce pas un peu un problème de riches en Europe et bien sur des Verts qui s'opposent à tout progrès.?
Ganesha
- 23/12/2014 - 00:11
Optimistes, imbéciles ou corrompus ?
Certains d'entre vous devraient se souvenir des dizaines d'années de batailles scientifiques qu'il a fallu pour prouver la toxicité du tabac ou de l'amiante : ces substances ne provoquent des cancers q'après trente ans d'expositions. Ajoutez-y les dizaines perdues à combattre les experts corrompus qui nient l'évidence...
brennec
- 21/12/2014 - 15:22
t'en pète dans un verre d'eau
Déjà le titre est trompeur plutôt que de dire LES OGM il aurait fallu dire DES OGM mais c'est la un tropisme de gauche qui fait parler de grève des étudiants quand une minorité bloque une faculté, plus surprenant venant d'atlantico. De plus il convient de se poser quelques questions: depuis combien de temps les chinois mangent-ils du riz OGM et en quelle quantité, une étude épidémiologique a-t-elle constaté une augmentation des maladies dues au cholestérol? En dernier lieu des milliards de gens se nourrissent d'OGM et des quantités invraisemblables de champs sont plantés d'OGM, pourtant aucune augmentation notable de certaines maladies attribuées aux OGM par les ONG environementalistes ne vient tirer la sonnette d'alarme, voila qui représente un test de mise sur le marché grandeur nature dont aucun autre produit n'a jamais bénéficié dans l'histoire humaine.