En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
A bonne entendeuse...
Applis contraception : pourquoi se fier à son smartphone fait prendre de gros risques
Publié le 15 décembre 2014
C'est le retour des bonnes vieilles méthodes de grands-mères, mais sur smartphone. Il est possible de surveiller son cycle, mais avec un taux de grossesses annuel allant de 20 à 40 %...
Christian Jamin est gynécologue et endocrinologue. Il exerce actuellement à Paris. Spécialiste de la régulation du traitement hormonal chez la femme, il participe activement aux recherches de nouvelles méthodes de contraception. Il s'implique également...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Jamin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Jamin est gynécologue et endocrinologue. Il exerce actuellement à Paris. Spécialiste de la régulation du traitement hormonal chez la femme, il participe activement aux recherches de nouvelles méthodes de contraception. Il s'implique également...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est le retour des bonnes vieilles méthodes de grands-mères, mais sur smartphone. Il est possible de surveiller son cycle, mais avec un taux de grossesses annuel allant de 20 à 40 %...

Atlantico : Certaines femmes, au lieu d’avoir recours systématiquement à la pilule ou au préservatif, utilisent un thermomètre vendu par la société "Daisy". Le principe est simple : en fonction de la température du corps, l’appareil indique si la jeune fille peut avoir une relation sexuelle avec son partenaire sans ou avec une protection, et les informations sont transmises à une application sur Smartphone. Pouvez-vous nous expliquer le principe de base de cette méthode ?

Christian Jamin : Le principe de base de ce type d'appareil est le suivant : après l'ovulation la température monte de quelques dixièmes de degrés, ce qui permet de savoir à quel moment la femme a ovulé. Problème : la fertilité vient avant l'ovulation. On pourrait comparer cela aux voyants d'huile dans la voiture : lorsqu'ils s'allument, cela signifie qu'il est trop tard. C'est tout simplement l'ancienne méthode de surveillance des températures qui est remise au goût de l'électronique, qui en en fait n'autoriserait les rapports sexuels que lorsque la température permet de dire qu'il y a eu ovulation, et qu'il n'existe donc plus aucun risque de fertilité. Dans le cycle d'une femme, statistiquement, on ne compte que deux jours où il n'y aucune chance de tomber enceinte : le premier et le deuxième jour des règles. Tous les autres sont potentiellement à risque.

Ceci peut fonctionner à condition que les femmes qui utilisent ce système soient extrêmement "observantes", c’est-à-dire qu'elles aient des rapports protégés tant que la température n'a pas augmenté. Malheureusement - ou heureusement, aurais-je tendance à dire - les femmes sont plus fantasques, et dieu merci elles ont tendance à obéir à leur désir et à leur amour plutôt qu'à  leur température. Par conséquent ce type de méthode donne des taux de grossesses allant de 20 à 40 % par an selon les différentes études.

Quelles sont les autres méthodes électroniques existantes ?

Des calculs de probabilité d'ovulation peuvent être faits. J'avais moi-même travaillé sur un système de bandelettes sur lesquelles les femmes urinaient, ce qui permettait de mesurer leurs taux hormonaux, et donnait des résultats plus fiables. Cela permettait d'évaluer statistiquement à quel moment elles allaient ovuler. Malgré la sophistication du système, nous avons stoppé les recherches, car le taux de grosses par an restait à un niveau de 17 %.

L'usage d'une application comme celle proposée par "Daisy" doit-il donc être totalement évité ?

Tout dépend pour qui. Un couple installé, qui n'a rien contre l'idée d'une grossesse, qui veut simplement essayer de maîtriser la période où elle viendra, et qui acceptera avec bonheur sa survenue même si la période n'était pas celle prévue, peut tout à fait utiliser ce genre d'application. Mais pour une femme qui ne peut pas se permettre de tomber enceinte, ou qui ne veut pas, la fiabilité d'une telle méthode est totalement insuffisante. Les méthodes contraceptives médicales, elles, donnent des taux de fiabilité de 99,5 % pour le stérilet, et de 94 % pour la pilule. On est donc loin des méthodes naturelles, qui elles ne sont ni plus ni moins que des méthodes de retardement de grossesse.

Les Françaises sont-elles nombreuses à utiliser la méthode dite naturelle ?

Environ 20 % des femmes utilisent des méthodes naturelles en France. Mais encore une fois, tout dépend de la catastrophe ou de la bonne nouvelle que représente la survenue d'une grossesse.

Certaines femmes peuvent invoquer le fait qu'elles ne supportent pas la pilule…

Il existe beaucoup de méthodes contraceptives médicales, il est tout de même très rare que l'on n'en trouve pas une qui convienne à  chaque femme. Qu'il n'y ait d'autre option que la méthode naturelle, ce serait exceptionnellement rare : il faudrait ne pas pouvoir supporter la dizaine de pilules qui existent, le stérilet, ne pas supporter l'idée de se faire stériliser… l'absence de solution est rarissime.

D’après la journaliste américaine Olga Hazan, qui a enquêté auprès de plusieurs adeptes de cette technologie pour le site The Atlantic (voir ici), la plupart en sont très satisfaites. Est-ce le côté "naturel", dans l'air du temps, qui séduit ?

Le retour à l'écologie, mal compris, va nous amener à une augmentation des IVG, ce qui n'est pas forcément souhaitable, ni naturel. Lorsqu'une femme vient pour une IVG, on lui propose logiquement une contraception médicale, mais un certain nombre refusent au motif que ce n'est "pas naturel". Nous nous trouvons dans un système de perversion intellectuelle totale.

Propos recueilis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
05.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires