En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

05.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

06.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

07.

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

05.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 6 heures 14 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 7 heures 46 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 9 heures 20 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 11 heures 52 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 15 heures 3 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 15 heures 48 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 18 heures 17 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 20 heures 3 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 7 heures 6 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 8 heures 24 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 10 heures 38 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 12 heures 27 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 15 heures 21 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 20 heures 17 min
Atlantico Green

Comment les architectes développent de nouvelles idées pour faire face à la montée des océans

Publié le 06 octobre 2014
A cause du réchauffement climatique et de la montée des eaux, les architectes sont à la recherche de nouvelles structures pour éviter aux habitants des côtes de se retrouver les pieds dans l'eau.
Baptiste Furic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Baptiste Furic est architecte, il est membre de l'association Bellastock qui fonctionne comme une plateforme de recherche architecturale. Elle favorise le travail collectif lors de projets liés à l’architecture, à la ville et au territoire.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A cause du réchauffement climatique et de la montée des eaux, les architectes sont à la recherche de nouvelles structures pour éviter aux habitants des côtes de se retrouver les pieds dans l'eau.

Atlantico : Avec le réchauffement climatique et la montée des eaux, les architectes sont à la recherche de nouvelles structures pour éviter que les habitants des côtes se retrouvent sous l'eau. Quelles sont les structures les plus impressionnantes déjà mises en place ? 

Baptiste Furic : Un architecte français travaille beaucoup sur la flottaison, il s'appelle Jacques Rougerie. Il possède une fondation et vient de se lancer dans un nouveau prototype qui s'appelle le Nautilus et dont l'objectif est qu'il puisse explorer les océans.  

Sa façon de travailler ? Le bio-mimétismes, il imite la nature afin de faire en sorte que les bâtiments flottent. Il a dessiné entre autres, un parc marin dont les gradins s'étalent sur l'eau comme des nageoires d'une raie mantra.

Et si l'on revient plus loin en arrière, les paquebots transatlantiques dont les premières réalisations datent du 19e siècle sont une belle performance de flottaison.

Il ne s'agit pas spécialement de nouveaux projets, par exemple l'ancienneté des cités lacustres montre bien que ce sont des techniques ancestrales. Les habitants avaient compris leurs problématiques environnementales et avaient construit leurs habitations en conséquence. A Venise, ils sont aujourd'hui prêts à investir beaucoup d'argent pour protéger cette cité classée au patrimoine mondial. Le problème de Venise ne porte (pas encore) sur la montée des eaux mais à force d'avoir mis des constructions, elles se sont affaissées. Des poteaux en métal sont donc placés sous les structures afin de les maintenir.

L'Ile-Saint-Louis, à Paris, est un autre exemple : c'est une construction sur pilotis en chêne, elle a été fondée dans la vase. Globalement, cette île n'existait pas, ses pourtours ont été fabriqués. Avec des poteaux en chêne que personne n'a changé depuis le XVIIe siècle.

Quels types de structures pourraient nous protéger de la montée des eaux ? Comment fonctionnent-elles ?

Il existe également les îles flottantes des Uros sur le lac Titicaca. Il s'agit de villes faites de joncs. Les habitants ramassent les joncs et font des fagots et avec cela, ils créent un base solide sur laquelle construire leurs habitations.  

En revanche, en architecture contemporaine, peu d'architectes se sont pour le moment saisi de ces problématiques.

Outre la flottaison, afin de lutter contre la montée des eaux, il est également possible de construire des digues. Mais l'exemple des Pays Bas montre que ce système sera à terme un échec. Car cela demande un entretien conséquent et on peut lutter contre la puissance de l'eau jusqu'à une certaine hauteur seulement. Sa pression est en effet très élevée : tout l'océan pousse sur la digue donc ce n'est pas viable.

Sinon, le système de construction sur pilotis demeure un moyen efficace. Au Brésil, les constructions des favelas, les palafittes, étaient en fait des constructions en bois sur pilotis.

Comment le problème est-il pris en compte en France ?

Le problème du pavillonnaire est que personne ne réfléchit plus aux contraintes locales. En France, nous sommes face à des plans locaux d'urbanisme (PLU) qui changent au bon vouloir du maire. Le problème est mal pris en compte en termes de construction. Plutôt que de rendre certaines zones inconstructibles, on devrait les limiter à certaines typologies de construction. Il faut se prémunir en construction sur hauteur par exemple.

La montée des eaux est un gros problème. Nous n'avons pas de solutions pour sauver toutes les constructions qui risquent de se retrouver sous l'eau. Par ailleurs, il y a tellement de cas que financièrement, ce n'est pas possible.

Se dirige-t-on vers de nouveaux métiers dans l'architecture? Des filières spécialisées en la matière sont-elles appelées à se développer?

Inévitablement, mais un architecte compétent n'a pas de souci à prendre en compte les risques et notamment les risques liés à la montée des eaux. D'autant plus si on le prévient par un système d'identification des risques, avec une connaissance du territoire. A partir des cartographies aujourd'hui, les architectes peuvent proposer des solutions techniques adéquates. Un architecte normal peut s'en sortir mais le flottant est compliqué. Il existe déjà des options dans les écoles, notamment pour comprendre plus en profondeur les principes d'Archimède. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jean-marc.fournier@oobien.com
- 05/10/2014 - 10:11
De l'utopie aux recettes les plus adaptées...
Ceux qui veulent en faire leur beurre se sont déjà levés...J'en reviens toujours à cette idée que j'ai proposée à plusieurs reprises, il faut accélérer le cycle de l'eau, depuis la fonte des glaces du Nord et du Sud, des grandes étendues glacières de nos reliefs vers les Océans. Nous sommes capables de transporter des tonnes de "brut" par les oléoducs vers les ports du monde entier. Que ne faisons-nous le chemin inverse pour des eaux, pompées (Eoliennes,Solaire...)dans les océans, vers les terres désertiques de la planète ? Ces eaux récupérées plus rapidement que par les évaporations seraient distribuées dans les terres arides, recréant et régénérant des lieux pour l'exploitation de terres de nouveau agricoles, reconstituer la mers asséchées (Aral, Mer Morte...) et y re-fixant les populations autochtones. Le maraîchage et d'autres cultures pourraient y être exploités. Bien sur, cela coûterait moins cher que les fadaises et grandes inventions que vous présentez dans votre atricle .