En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 34 min 39 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 3 heures 2 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 17 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 43 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 24 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 2 heures 1 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 58 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 28 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 39 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 33 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 20 heures 12 min
Atlantico Green

Comment les architectes développent de nouvelles idées pour faire face à la montée des océans

Publié le 06 octobre 2014
A cause du réchauffement climatique et de la montée des eaux, les architectes sont à la recherche de nouvelles structures pour éviter aux habitants des côtes de se retrouver les pieds dans l'eau.
Baptiste Furic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Baptiste Furic est architecte, il est membre de l'association Bellastock qui fonctionne comme une plateforme de recherche architecturale. Elle favorise le travail collectif lors de projets liés à l’architecture, à la ville et au territoire.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A cause du réchauffement climatique et de la montée des eaux, les architectes sont à la recherche de nouvelles structures pour éviter aux habitants des côtes de se retrouver les pieds dans l'eau.

Atlantico : Avec le réchauffement climatique et la montée des eaux, les architectes sont à la recherche de nouvelles structures pour éviter que les habitants des côtes se retrouvent sous l'eau. Quelles sont les structures les plus impressionnantes déjà mises en place ? 

Baptiste Furic : Un architecte français travaille beaucoup sur la flottaison, il s'appelle Jacques Rougerie. Il possède une fondation et vient de se lancer dans un nouveau prototype qui s'appelle le Nautilus et dont l'objectif est qu'il puisse explorer les océans.  

Sa façon de travailler ? Le bio-mimétismes, il imite la nature afin de faire en sorte que les bâtiments flottent. Il a dessiné entre autres, un parc marin dont les gradins s'étalent sur l'eau comme des nageoires d'une raie mantra.

Et si l'on revient plus loin en arrière, les paquebots transatlantiques dont les premières réalisations datent du 19e siècle sont une belle performance de flottaison.

Il ne s'agit pas spécialement de nouveaux projets, par exemple l'ancienneté des cités lacustres montre bien que ce sont des techniques ancestrales. Les habitants avaient compris leurs problématiques environnementales et avaient construit leurs habitations en conséquence. A Venise, ils sont aujourd'hui prêts à investir beaucoup d'argent pour protéger cette cité classée au patrimoine mondial. Le problème de Venise ne porte (pas encore) sur la montée des eaux mais à force d'avoir mis des constructions, elles se sont affaissées. Des poteaux en métal sont donc placés sous les structures afin de les maintenir.

L'Ile-Saint-Louis, à Paris, est un autre exemple : c'est une construction sur pilotis en chêne, elle a été fondée dans la vase. Globalement, cette île n'existait pas, ses pourtours ont été fabriqués. Avec des poteaux en chêne que personne n'a changé depuis le XVIIe siècle.

Quels types de structures pourraient nous protéger de la montée des eaux ? Comment fonctionnent-elles ?

Il existe également les îles flottantes des Uros sur le lac Titicaca. Il s'agit de villes faites de joncs. Les habitants ramassent les joncs et font des fagots et avec cela, ils créent un base solide sur laquelle construire leurs habitations.  

En revanche, en architecture contemporaine, peu d'architectes se sont pour le moment saisi de ces problématiques.

Outre la flottaison, afin de lutter contre la montée des eaux, il est également possible de construire des digues. Mais l'exemple des Pays Bas montre que ce système sera à terme un échec. Car cela demande un entretien conséquent et on peut lutter contre la puissance de l'eau jusqu'à une certaine hauteur seulement. Sa pression est en effet très élevée : tout l'océan pousse sur la digue donc ce n'est pas viable.

Sinon, le système de construction sur pilotis demeure un moyen efficace. Au Brésil, les constructions des favelas, les palafittes, étaient en fait des constructions en bois sur pilotis.

Comment le problème est-il pris en compte en France ?

Le problème du pavillonnaire est que personne ne réfléchit plus aux contraintes locales. En France, nous sommes face à des plans locaux d'urbanisme (PLU) qui changent au bon vouloir du maire. Le problème est mal pris en compte en termes de construction. Plutôt que de rendre certaines zones inconstructibles, on devrait les limiter à certaines typologies de construction. Il faut se prémunir en construction sur hauteur par exemple.

La montée des eaux est un gros problème. Nous n'avons pas de solutions pour sauver toutes les constructions qui risquent de se retrouver sous l'eau. Par ailleurs, il y a tellement de cas que financièrement, ce n'est pas possible.

Se dirige-t-on vers de nouveaux métiers dans l'architecture? Des filières spécialisées en la matière sont-elles appelées à se développer?

Inévitablement, mais un architecte compétent n'a pas de souci à prendre en compte les risques et notamment les risques liés à la montée des eaux. D'autant plus si on le prévient par un système d'identification des risques, avec une connaissance du territoire. A partir des cartographies aujourd'hui, les architectes peuvent proposer des solutions techniques adéquates. Un architecte normal peut s'en sortir mais le flottant est compliqué. Il existe déjà des options dans les écoles, notamment pour comprendre plus en profondeur les principes d'Archimède. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jean-marc.fournier@oobien.com
- 05/10/2014 - 10:11
De l'utopie aux recettes les plus adaptées...
Ceux qui veulent en faire leur beurre se sont déjà levés...J'en reviens toujours à cette idée que j'ai proposée à plusieurs reprises, il faut accélérer le cycle de l'eau, depuis la fonte des glaces du Nord et du Sud, des grandes étendues glacières de nos reliefs vers les Océans. Nous sommes capables de transporter des tonnes de "brut" par les oléoducs vers les ports du monde entier. Que ne faisons-nous le chemin inverse pour des eaux, pompées (Eoliennes,Solaire...)dans les océans, vers les terres désertiques de la planète ? Ces eaux récupérées plus rapidement que par les évaporations seraient distribuées dans les terres arides, recréant et régénérant des lieux pour l'exploitation de terres de nouveau agricoles, reconstituer la mers asséchées (Aral, Mer Morte...) et y re-fixant les populations autochtones. Le maraîchage et d'autres cultures pourraient y être exploités. Bien sur, cela coûterait moins cher que les fadaises et grandes inventions que vous présentez dans votre atricle .