En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

07.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 2 heures 1 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 2 heures 33 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 6 heures 36 sec
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 6 heures 31 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 19 heures 35 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 20 heures 55 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 2 heures 44 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 6 heures 17 min
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 18 heures 53 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 20 heures 21 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 21 heures 22 min
Le Nettoyeur

Comment réguler le marché sans le détruire ?

Publié le 03 octobre 2014
Ce débat est le trop souvent prisonnier d'une dichotomie où l'Etat et le marché sont dans une compétition à somme nulle, oubliant un troisième acteur : la société civile.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce débat est le trop souvent prisonnier d'une dichotomie où l'Etat et le marché sont dans une compétition à somme nulle, oubliant un troisième acteur : la société civile.

C'est un fait longtemps remarqué qu'une des caractéristiques de l'ère moderne est que de plus en plus de facettes de nos vies se retrouvent placées dans une logique de marché, notamment la vie privée.

Ce phénomène est lui-même une des facettes de ce qu'on peut considérer comme le problème d'économie politique le plus important des deux derniers siècles : l'économie de marché et sa destruction créatrice sont ce qui créent la prospérité de la cité ; mais cette destruction créatrice crée également des dislocations sociales, des gagnants et des perdants, des inégalités et ainsi de suite. Comment avoir la prospérité de l'économie de marché tout en gérant ses aspects destructeurs ?

C'est évidemment un très vaste sujet, mais il y a un point sur lequel on n'insiste presque jamais, et c'est celui-ci : ce débat est le plus souvent prisonnier d'une dichotomie où l'Etat et le marché sont dans une compétition à somme nulle. Si le marché devient trop fort, il faut renforcer l'Etat ; mais renforcer l'Etat crée énormément de problèmes ; et donc il faut affaiblir l'Etat et/ou renforcer notre marché. C'est la prémisse implicite de presque tous nos débats, et on se placera sur le spectre politique en fonction de l'endroit où on veut mettre le “curseur” entre Etat et marché.

Et si cette dichotomie était fausse ? Et s'il y avait une échappatoire entre l'Etat-omnipotent et le marché-omnipotent ? Entre le Léviathan totalitaire et la guerre de tous contre tous ?

Mon intuition est la suivante : pour faire en sorte d'avoir un marché qui fonctionne et nous donne la destruction créatrice dont nous avons besoin, sans faire en sorte de détruire le tissu social, il ne faut pas ligoter le marché avec un Etat totalitaire ; il faut renforcer les institutions sociales qui ne sont ni le marché ni l'Etat. Ce qu'on appelle, en somme, la société civile.

En France, nous avons aussi ce débat sous d'autres termes : ce qu'on appelle les corps intermédiaires. La Révolution française a supprimé les corps intermédiaires et n'a laissé aucun tampon entre l'individu et l'Etat central. En ceci, la Révolution a représenté l'aboutissement, pas le déni, de la monarchie absolue de droit divin.

Un des objectifs des grandes réformes qui ont suivi la Libération était justement de renforcer ce tissu social, ces corps intermédiaires, pour n'avoir pas seulement l'Etat et l'individu. La représentativité légale des syndicats devait permettre une démocratie sociale où ce seraient les corps sociaux, plutôt que l'Etat, qui atténueraient les effets brutaux du capitalisme. La politique familiale permettrait de faire de familles robustes une autre forme de corps intermédiaires. L'enseignement sous contrat permettrait aux classes moyennes d'avoir accès à l'enseignement privé. Et ainsi de suite.

Il y a beaucoup de choses à critiquer sur la manière dont ça a été fait. Mais l'intention mérite d'être remise au goût du jour. Dans nos débats politique actuels, on n'entend parler que de la lutte à mort entre Etat et capitalisme. Peut-être faut-il plutôt sortir de cette dichotomie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/10/2014 - 05:02
La Suisse possède une qualité démocratique étonnante...
et nous autres Français, affaiblis par quarante années de social-démagogie, aurions tout intérêt à nous inspirer de ce pays qui, malgré son absence totale de ressources naturelles-excepté le bon-sens de ses citoyens- est parvenu à un degré etonnant de prospérité partagée par tous: aucune grève, aucune aigreur social, aucun ressentiment anti-riches, aucune bipolarité archaïque de la vie politique...tout nous sépare de ce paradis pourtant si proche. La votation, la participation directe des citoyens à la vie politique, l'absence de tabous et de non-dits sont les symboles mêmes du modernisme politique. Pourquoi ne pas nous en inspirer? Mais de grâce, Gobry, laissez tomber vos corps intermédiaires archaïques ou alors, modernisez les totalement! Mais le pouvoir démocratique viendra du peuple seul...
vangog
- 01/10/2014 - 04:52
Votre intuition est méritoire Mr Gobry, mais fausse!
Le pouvoir démocratique des pays les plus étatistes comme la France a été perverti par deux contre-pouvoirs non-démocratiques: d'une part, les grands corps de l'état qui ont imposé leur philosophie généralement gauchiste et archaïque et leurs hommes dans la politique nationale, et les corps intermédiaires, d'autre part, qui ont mis en place un système corporatiste d'influence et de lobbying. La dérive qu'impriment ces deux anti-corps non démocratiques est typiquement totalitaire, aboutissant à des lois societales non voulues par la majorité et à une manipulation extrême des esprits et de la jeunesse. La seule solution pour inverser cette tendance est de retirer le pouvoir usurpé par ces faux contre-pouvoirs et de rendre ce pouvoir au peuple en réaffirmant le rôle prééminent de la démocratie. comment? En la modernisant et en l'adaptant à la globalisation et au monde multipolaire qui nous entoure. Nous avons un exemple magnifique de démocratie participative moderne, parmi nos voisins, mais qui est soigneusement ignoré par nos médias qui ont tout intérêt à laisser subsister le modèle anti-démocratique et bipolaire archaïque: la Suisse possède une qualité démocratique étonnante...