En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 12 min 25 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 4 heures 16 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 17 heures 18 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 1 jour 21 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 4 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 16 heures 47 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 18 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 1 jour 35 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Lettres

"Réparer les vivants" ou l'art de faire du don d'organe tout un (excellent) roman

Publié le 09 avril 2014
Maylis de Kerangal nous conte l'histoire d’une transplantation cardiaque, d’un petit matin à un autre. Une critique du journal mensuel Service Littéraire.
Claude Cabanes est écrivain et éditorialiste pour l’Humanité et le journal mensuel Service Littéraire. Dernier ouvrage paru : “Éloge de la vulgarité” au Rocher.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Cabanes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Cabanes est écrivain et éditorialiste pour l’Humanité et le journal mensuel Service Littéraire. Dernier ouvrage paru : “Éloge de la vulgarité” au Rocher.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maylis de Kerangal nous conte l'histoire d’une transplantation cardiaque, d’un petit matin à un autre. Une critique du journal mensuel Service Littéraire.

"Je ne veux pas qu’ils ouvrent son corps, qu’ils le dépiautent, je ne veux pas qu’ils le vident…" dit le père. "Mais les yeux, on ne prend pas les yeux, n’est-ce pas ?" dit la mère. Les yeux, ce sont les yeux de Simon, le fils. Un beau jeune homme de 19 ans, qui, en rentrant d’une session de surf sur un "spot" de la mer du Nord a été tué, dans le "van", sur une route trop étroite. Il gît encore chaud, dans une chambre d’hôpital, et un médecin précautionneux, lent, calme, s’efforce de recueillir le consentement des parents au prélèvement des organes – "magnifiques" – de leur enfant. “Réparer les vivants” de Maylis de Kerangal est le roman d’une transplantation cardiaque, d’un petit matin à un autre. Ni reportage, ni récit, ni document ou je ne sais quelle catégorie de l’écriture. Mais la plénitude des outils de la fiction littéraire et de la langue pour ces 24 heures tragiques : et paradoxalement un des plus beaux romans de ces dix dernières années, un des plus stimulants pour l’esprit, affronté au crépuscule contemporain… En effet, entre une aube de février – il est 5 h 50 sur la crête d’une grande vague glaciale face aux falaises de la côte – et l’aube suivante – il est 5 heures 49 quand le cœur est explanté de la cage thoracique de Simon Limbres pour être acheminé vers la cage thoracique de Claire Méjéan, la receveuse – alors la séparation des vivants et des morts est comme abolie. C’est un miracle, ce cœur de "mâle" qui va battre dans une poitrine de "femelle".

Oui, je sais, quand les bons sentiments tripotent dans le même lit les hanches de la littérature, le fiasco n’est pas loin… Mais enfin, voyez-vous, dans toute cette histoire ce n’est pas de la barbaque qui est découpée au tranchoir, c’est de l’homme… Le génie humain dirige la manœuvre : les chirurgiens sont nos frères. Maylis de Kerangal allume le four à 160 degrés : et elle balance tout son monde dedans. Avec sexes rougeoyants d’impatience, déprime à la "cafet", ordre parfait de la chaîne professionnelle du plus haut "savoir" au plus infime "faire", rumeur du match France-Italie au Stade de France, portable trop muet, vomissures, logiciel cruel et précieux, souffrance sans fond dans les couloirs de "l’hosto", nuit américaine, aurore… Ainsi, Juliette la fiancée de Simon qui vient de filer vers les houles océanes, il est 4 heures du matin : "je suis la femme qui reste après l’amour, quand l’homme, lui, s’en va jouir du monde". Ainsi le père et la mère, sidérés, qui écoutent battre le cœur de leur fils étendu sur son matelas d’hôpital et caressent, timidement, sa peau chaude sous les doigts : "il est mort", répète l’interne. Sidérés. C’est la mort cérébrale qui définit la mort… Ainsi ce dernier geste : des écouteurs stérilisés sont insérés dans les oreilles de Simon, piste A du baladeur, souffle de la vague en formation, là-bas à l’horizon, et puis Harfang, le grand patron : "allez, clampage !". C’est fini…

Dans “Naissance d’un pont”, Kerangal racontait le chantier gigantesque de construction d’un ouvrage d’art. Elle raconte souvent cela : un collectif humain au travail, âpre et solidaire. Et dans chacun de ses romans elle apporte un soin particulier à l’ordre des noms propres des personnages. Elle est proustienne. Cette Cordélia Owl, par exemple, une infirmière, ce prénom chantant de féminité latine, de lingère légère, associé à ce patronyme de spectre bleui qui règne dans quelque fjord glacé. Et le docteur Pierre Révol, du département "réa" (réanimation), Révol qui vous conduit tout droit vers révolver, ou plus loin encore vers révolution, après le site révolte, à moins qu’il ne s’agisse de vol d’organes, ou du vol du bourdon, on n’en finit pas… Même Harfang, le dernier leader de la grande dynastie hospitalière aussi ancienne que leur hôtel de l’avenue Foch, Harfang, ça sonne prussien, avec ce "h" initial, un "h" aspiré qui aspire quoi ? Qui aspire le monde et ses sujets ? Marcel Proust encourageait ainsi le romancier : "supporter son livre comme une fatigue, le construire comme une église, le suivre comme un régime, le vaincre comme un obstacle, le créer comme un monde…" C’est bien ça.

A lire : Réparer les vivants, de Maylis de Kerangal, Verticales, 288 p., 18,90 €.

Source : Service Littéraire, le journal des écrivains fait par des écrivains. Le mensuel fondé par François Cérésa décortique sans langue de bois l'actualité romanesque avec de prestigieux collaborateurs comme Jean Tulard, Christian Millau, Philippe Bilger, Éric Neuhoff, Frédéric Vitoux, Serge Lentz, François Bott, Bernard Morlino, Annick Geille, Emmanuelle de Boysson, Alain Malraux, Philippe Lacoche, Arnaud Le Guern, Stéphanie des Horts, etc . Pour vous y abonner, cliquez sur ce lien.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pemmore
- 10/04/2014 - 09:56
Espéront tout de même l'arrivée des xénogreffes,
et que la technique trangènique, pour une fois utile, nous permette de trouver des organes de cochon tout à fait compatibles puisque tous leurs organes sont similaires.