En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Double peine

Pollution : les femmes exposées ont des bébés plus petits

Publié le 06 février 2013
Exposées à de forts niveaux de pollution pendant leur grossesse, certaines femmes ont des fœtus plus petits selon une étude américaine.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Exposées à de forts niveaux de pollution pendant leur grossesse, certaines femmes ont des fœtus plus petits selon une étude américaine.

Vapeurs, gaz d'échappement... l'environnement urbain est connu pour être néfaste pour la santé générale, et abîme le cerveau et les poumons. Mais ce n'est pas tout : selon une vaste étude internationale menée sur un échantillon de 3 millions de naissances et sortie mercredi 06 février aux Etats-Unis, la pollution est aussi corrélée au poids des fœtus.

Les femmes les plus exposées aux polluants - tels que ceux des automobiles, mais aussi des centrales à charbon - lors de leur grossesse ont un risque plus élevé de donner naissance à un bébé de taille inférieur à la moyenne, dont le poids sera trop faible à la naissance, c'est-à-dire inférieur à 2,5 kilos. Selon les auteurs de l'étude publiée dans la revue Environmental Health Perspectives, il s'agit de la recherche la plus étendue effectuée sur le lien entre la pollution de l'air et la grossesse. Un risque d'autant plus grave que un faible poids augmente les risques de maladies prénatales ainsi ou de problèmes de santé chroniques plus tard dans la vie (asthme, allergies).

En cause : des microparticules présentes partout, mais davantage dans certains pays. "Ces particules microscopiques, qui sont en taille inférieure au dixième de l'épaisseur d'un cheveu humain, se trouvent dans l'air que nous respirons tous", explique le Dr Tracey Woodruff, professeur de gynécologie et de science de la reproduction à l'Université de Californie à San Francisco.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
walküre
- 06/02/2013 - 20:16
Est-ce valable
pour les femmes politiques ?