En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Terrain miné

Florange : selon Jean-Marc Ayrault au 20h de France 2 "Il n'y aura pas de licenciements"

Publié le 05 décembre 2012
Le chef du gouvernement a annoncé la mise en place d' un "comité" chargé de s'assurer que Mittal tiendra ses engagements en matière d'investissement et d'emploi. Mais les syndicats se sentent trahis par l'accord "secret" passé entre Mittal et l’exécutif, qui selon eux condamne Florange.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chef du gouvernement a annoncé la mise en place d' un "comité" chargé de s'assurer que Mittal tiendra ses engagements en matière d'investissement et d'emploi. Mais les syndicats se sentent trahis par l'accord "secret" passé entre Mittal et l’exécutif, qui selon eux condamne Florange.

Mis à jour à 20h10

Au sujet d'un éventuel désaveux d'Arnaux Montebourg, dont l'idée d'une nationalisation a été écartée, le Premier ministre a assuré sur le plateau de France 2 que l' "on a besoin de tout le monde dans une équipe." "Les décision qui ont été prises ont permis de sauver l'emploi a Florange. Il n'y aura pas de licenciements", a-t-il assuré.

Au sujet de l'idée d'une nationalisation, il a expliqué : "Nous avons regardé toutes les hypothèses sans a priori." "Le repreneur a fait des propositions, mais pas pour les hauts fourneaux, pour reprendre la partie du laminage."

Norbert Cima a réagi à son entrevue avec le Premier ministre, au nom de Force ouvrière : "Je lui ai demandé fortement qu'il revienne sur ce semblant d'accord, qui est une coquille vide". Face au refus de Jean-Marc Ayrault, il conclu que ce dernier "portera la responsabilité de la fin de la sidérurgie Lorraine." Les représentants syndicaux ce sont globalement dits insatisfaits. Ils considèrent que le Medef a "gagné" et prévenu que la "résistance continuait".

Pour Edouard Martin, représentant de la CFDT, le chef du gouvernement a "tourné la page du repreneur", et la fermeture des hauts-fourneaux est prévue au 30 mars 2013. "Un groupe de suivi des investissements (annoncés par ArcelorMittal) et des échéanciers des investissements va être mis en place", ainsi qu'un "plan spécifique pour les sous-traitants", a-t-il ajouté.

Il conclut : "on voit bien que Madame Parisot a gagné. On lui a dit (Ndlr : à Jean-Marc Ayrault) que la tente du village gaulois reste plantée en Lorraine. La résistance continue, le combat continue, c'est pas terminé".

 

Jean-Marc Ayrault à invité les métallos à discuter à 17h30 à Matignon. Le Premier ministre accueille une délégation de syndicalistes du groupe sidérurgique ArcelorMittal. Il reçoit les représentants CFDT et CGT des salariés de Florange, avec plusieurs membres du gouvernement.

Le chef du gouvernement devra expliquer aux représentants des salariés les tenants et les aboutissants de l’accord "secret" conclu entre l’exécutif et Mittal, révélé mardi par Le Monde.fr. Les métallos se sentent trahis et sont persuadés d'être lésés dans cet accord, destiné à éviter un plan social dans l'usine de Lorraine qui qui pourrait en réalité signer la fin des hauts fourneaux de Florange. Car les hauts fourneaux et autres activités de la phase liquide, en partie en sommeil depuis l'été 2011, seraient arrêtés "à l'issue de la procédure légale", soit au printemps 2013.

Le Premier ministre s'exprimera ensuite ce mercredi soir dans le journal de 20 heures sur France 2.

Les salariés réclament depuis vendredi de connaître les détails du "compromis" entre l'Etat et Lakshmi Mittal sur l'avenir du site de Florange,  dont ils n'ont pas été tenus informés. Lors des questions au gouvernement, mercredi, Jean-Marc Ayrault, qui doit rencontrer l'intersyndicale à 18 heures à Matignon, a annoncé qu'il allait accéder à leur demande et leur donner l'accord signé avec Mittal.

La publication sur "le monde.fr" d'extraits de l'accord a "confirmé les craintes" des métallos. "Depuis le début, on sait que c'est un marché de dupes", a réagi Jean Mangin, délégué CGT. "C'est ce que j'appelle du foutage de gueule", a lancé Edouard Martin, délégué CFDT, mardi soir sur RTL, avant d'ajouter : "même le plus mauvais délégué syndical ne négocie pas aussi mal". D'après les révélations du Monde, l'investissement d'ArcelorMittal ne sera pas aussi conséquent qu'escompté. Des 180 millions d'euros annoncés vendredi pour Florange, seulement 53 millions concerneraient des investissements stratégiques.

Les syndicats de Florange sont excédés. "On est très remontés, explique Jean-Marc Vécrin, élu CFDT au comité central d’entreprise, quelques heures avant la rencontre. On veut de vrais éclaircissements sur un certain nombre de points, car le compromis, tel qu’il est, ne pérennise pas du tout le site de Florange". Ils demandent le maintien des hauts fourneaux dans le cadre du projet européen Ulcos (système de captation de CO2), mais "Mittal n’a pas du tout l’air motivé par ce dispositif".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ccompagnon
- 06/12/2012 - 08:00
Bah tiens !
Bah moi, je parie le contraire.

Comme ça, une intuition.

Oh, probablement pas tout de suite...
kettle
- 05/12/2012 - 21:13
180 millions pour maintenir 600 emplois
durant 4 ou 5 ans. 300,000 par emploi
walküre
- 05/12/2012 - 18:59
Inquiétant
Un premier ministre qui rend des comptes à des syndicats, ça fait quelque part un peu soviet.
Constat d'échec. Montebourg s'apprêterait à rendre son tablier que personne n'en serait surpris.
Ayrault a quant à lui déjà perdu toute crédibilité.