En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
ça chauffe à l'Assemblée !

Jean-Marc Ayrault : "je savais que ce serait difficile, vous n'avez pas de leçon à nous donner"

Publié le 16 octobre 2012
Le Premier ministre a été chahuté lors de la séance de questions à l'Assemblée nationale ce mardi après-midi.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre a été chahuté lors de la séance de questions à l'Assemblée nationale ce mardi après-midi.

Sale temps pour Jean-Marc Ayrault ! Alors que sa cote de confiance plonge comme celle de François Hollande, le Premier ministre a vécu une après-midi mouvementée mardi à l'Assemblée nationales. Avant qu'il ne commence à répondre à une question de Christian Jacob, chef des députés UMP, un brouhaha s'est fait entendre dans l'hémicycle, les députés de droite scandant "démission, démission", tandis que les élus de gauche faisaient une "standing ovation" au chef du gouvernement.

"Je ne me sens pas du tout insulté par vos formules", a lancé Jean-Marc Ayrault, alors que Christian Jacob lui demandait si son autorité n'avait pas été "gravement remise en cause" ces derniers jours à la suite de plusieurs interventions dans sa majorité, telle que celle du ministre de l'Éducation Vincent Peillon sur le cannabis. "Je connais la difficulté de la tâche", celle du "redressement pour la France", a-t-il poursuivi, "je savais que ce serait difficile. Mais vous, vous n'avez pas de leçon à nous donner." "Chacun sait que vous êtes là, dans l'opposition, pas par hasard. Moi je ne suis pas Premier Ministre par hasard, je suis Premier ministre parce que j'ai la confiance du président et de la majorité. Vous, vous avez été sanctionnés par le peuple français !" a-t-il lancé.

Selon Jean-Marc Ayrault, la droite, "entièrement tournée" vers "la bataille de la présidence du parti UMP", est "incapable" de chercher les "causes de (son) échec". Il a dénoncé le bilan laissé par Nicolas Sarkozy : "600 milliards" d'euros de dette, "un chômage qui augmente depuis 16 mois consécutifs". Une remise au point exercée dans le bruit et les hués. Une évidence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vidok
- 16/10/2012 - 23:43
et oui...
j'aime assez le commentaire de Gégé foufou le militant FN "Pour l'instat tout se passe comme prévu"

Bien résumé la difficulté actuelle de la France : Des socialistes qui passent 10 ans dans l'opposition sans préparer leur arrivée au gouvernement...et dont les 3/4 sont des incapables et des ignares en économie..;et de l'autre un FN qui les a soutenu pour battre Sarkozy en espérant un éclatement de l'UMP (qui n'aura pas lieu)

Avec ça on est bien monté...pauvre France !!

Tous ce passe comme prévu...mais tout cela va mal finir....c'était peut être ce qui était prévu !!
Benvoyons
- 16/10/2012 - 23:11
Si vous faites maigrir les riches
« Quand les gros sont maigres, il y a longtemps que les maigres sont morts. »
de Lao-Tseu
bobocleaner
- 16/10/2012 - 21:02
la blague du medef allemand
une blague que m'a raconté cet aprés-midi ( en anglais ) un confrére dirigeant du Bundesverband der Deutschen Industrie
(BDI ) .


Hollande est conscient ddu caractére crucial de la cooperation franco-allemande et du fait
que c'est nous qui décidons et financons.

La preuve il a supprimé le poste de premier ministre et a choisi symboliquement pour le remplacer
un petit prof qui servait d'interpréte lors des réunions avec les gens du SPD"

et discipliné sur le traité votre président ...

no comment.