En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JOHN THYS / AFP
Défense

OGM : Gilles-Eric Séralini répond aux critiques dans une interview donnée à Reporterre

Publié le 05 octobre 2012
L'Autorité européenne de sécurité des aliments a expliqué que l'étude du chercheur n'était pas scientifiquement valable.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Autorité européenne de sécurité des aliments a expliqué que l'étude du chercheur n'était pas scientifiquement valable.

Depuis la publication de son étude sur la dangerosité des Organismes génétiquement modifiés (OGM), Gilles-Eric Séralini doit faire face à de nombreuses critiques. Parmi ses détracteurs se trouve désormais l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Cette dernière a en effet déclaré "insuffisant" et "inadéquat" l'article du chercheur sur la toxicité potentielle du maïs NK603 génétiquement modifié. L'Efsa a par ailleurs demandé à l'équipe du scientifique de lui envoyer de nouveaux éléments pour publier une analyse plus complète, ce que refuse de faire le Français.

Le site Reporterre a donc décidé de redonner la parole à Gilles-Eric Séralini pour mieux comprendre les arguments scientifiques de l'étude qui créée la polémique depuis le 19 septembre. Le chercheur rappelle donc, que contrairement à ce qu'ont affirmé certains de ses détracteurs, "l'expérience à suivi toutes les règles relatives aux 'bonnes pratiques de laboratoire' suivies par les établissements d’expérimentation. La composition de la nourriture et la présence des mycotoxines et autres éléments étaient précisément contrôlées", ajoutant qu'"il n’était pas possible d’indiquer tous ces détails dans l’article principal".

Quant aux critiques touchant au nombre prétendument trop restreint de rats testés, le chercheur répond qu'"on peut toujours faire mieux. L’idéal aurait été d’avoir soixante-cinq rats par groupe. Mais c’est impossible [en raison du coût que cela représente]. Toutes les études se font habituellement avec des groupes de dix rats", précisant que "ce n'est pas une étude cancérogenèse mais une étude de toxicologie". Le scientifique ajoute par ailleurs pour justifier le fait qu'on n'observe pas des effets aussi néfastes sur les animaux et populations qui consomment aussi des OGM qu'"il n’y a pas de traçabilité dans ce pays sur les OGM, et l’on ne peut donc pas y mener une étude épidémiologique sur les aliments transgéniques".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
walter99
- 07/10/2012 - 13:48
C'est la fin pour Monsanto
Séralini a raison: il demande que soient rendues publiques les études validées par l'Efsa qui lui ont permis d'autoriser le maïs Monsanto .On ne veut pas des "conclusions " de l'Efsa" on veut avoir accès aux études ,il est invraisemblable que ces études soient secrètes , invraisemblable est un mot faible . On peut voir ici que ces gens se sont éloignés de la science à grand pas, leur business les aveugle complètement. Tapez Pusztai sur google pour voir ce qu'ils sont capables de faire quand une étude ne leur plait pas: étude saisie et détruite,renvoi et discréditation du chercheur, c'est terrifiant ,vérifiez et voyez par vous même,et il y a des dizaines de cas comme lui ,mais tout finit par se savoir
Skagerrak
- 07/10/2012 - 09:04
Cousu de fil blanc !
Il nous prend pour des pommes ce Séralini ! Rien de scientifique dans son blablabla !
flolan
- 06/10/2012 - 14:32
« Les Moissons du futur » c'est le 16 octobre
Ne pas rater LE NOUVEAU FILM-ÉVÉNEMENT DE MARIE-MONIQUE ROBIN (qui a réalisé "Le monde selon Monsanto"): « Les Moissons du futur » sera diffusé sur Arte mardi 16 octobre, à 16 h 55 et à 20 h 50.
http://www.arte.tv/fr/les-moissons-du-futur/6815836.html