En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© DELIL SOULEIMAN / AFP
Victoire
Syrie : le dernier bastion de l'Etat islamique est tombé
Publié le 23 mars 2019
Cette victoire signe la fin du territoire du califat autoproclamé.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette victoire signe la fin du territoire du califat autoproclamé.

Baghouz, le dernier territoire contrôlé par l'Etat islamique en Syrie, est tombé, ont annoncé ce samedi matin les Forces démocratiques syriennes (FDS), l'alliance arabo-kurde soutenue par les Occidentaux. "Baghouz a été libérée. La victoire militaire sur Daech a été remportée", a écrit sur Twitter leur porte-parole, Mustafa Bali, porte-parole des FDS. "Les Forces démocratiques syriennes (FDS) déclarent la totale élimination du soi-disant califat et une défaite territoriale à 100% de l'EI. (...) Les combats ont été très violents face aux derniers irréductibles de l'EI", a poursuivi Mustafa Bali.

L'assaut contre cette dernière poche de l'Etat islamique en Syrie avait été donné début février ; il s'agissait de la dernière phase d'une opération globale déclenchée en septembre pour chasser complètement le groupe djihadiste de Syrie.

Cette victoire marque la fin physique du califat. En 2014, l'Etat islamique contrôlait un territoire aussi vaste que la Grande-Bretagne en Irak et en Syrie. Mais il est encore trop tôt pour crier victoire : avec la perte de son territoire, l'Etat islamique a entamé sa mue en organisation clandestine, et parvient toujours à mener des attaques sanglantes. 

Le président Emmanuel Macron, tout en estimant qu'un "danger majeur pour notre pays" a été éliminé, a rappelé que "la menace demeure et la lutte contre les groupes terroristes doit continuer".

C'est ainsi qu'en Irak, où l'Etat islamique a officiellement été battu en 2017, il y a une multiplication d'attentats, dans la vallée de l'Euphrate et de part et d'autre de la frontière syro-irakienne. "Un rapport du Pentagone, fin décembre, faisait état de cette situation, disant que l'État islamique était en train de se rétablir en Irak et que même en Syrie, en l'absence de pressions maintenues, il était susceptible de reprendre vie d'ici 6 à 12 mois", souligne dans une interview à Franceinfo David Rigoulet-Roze, rédacteur en chef de la revue Orients Stratégiques et chercheur à l'Institut d'analyse stratégique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
etat islamique, Irak, Syrie
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Caustik317
- 24/03/2019 - 19:08
Mais en France
rien n'est tombé, bien au contraire on nous prépare, en silence, une islamisation en règle. Il suffi de voir, qui sont les très proches de la sécurité de Macron: cap sur le Maroc. Depuis le début, Jupiteux, n'a jamais fait confiance aux français. C'est clair et c'est ça le grand secret !
Beredan
- 24/03/2019 - 07:32
Désinformation
En réalité , la chute interminable de Baghuz , avec son cortège de communiqués surréalistes sur les malheurs de djihadistes et de leurs familles , a distrait l’opinion internationale d’un important abcès de fixation de l’Isis dans tout le Gouvernorat d’Idlib , à l’ouest d’Alep. Adossé à la Turquie , surveillé voire protègé par la Coalition, ce territoire étendu est le dernier obstacle à la reconstitution totale de l’autorité du gouvernement syrien.