En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© WAKIL KOHSAR / AFP
Quai d'Orsay

Un ancien interprète de l'armée française tué à Kaboul

Publié le 25 octobre 2018
Qader Daoudzai, 33 ans, avait vu sa demande de visa rejetée par Paris malgré sa collaboration avec l'armée française. Il se savait en sursis.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qader Daoudzai, 33 ans, avait vu sa demande de visa rejetée par Paris malgré sa collaboration avec l'armée française. Il se savait en sursis.

Ce samedi 20 octobre, jour des élections législatives afghanes, Qader Daoudzai, 33 ans, ancien traducteur de l'armée française, a trouvé la mort dans un attentat visant un bureau de vote. Au chômage, il avait trouvé un emploi temporaire en tant qu'observateur électoral explique Le Figaro. 

Son frère a confié à RFI qu' "Il savait qu'il allait mourir et qu'il laisserait ses enfants à sa femme. Nous l'avons perdu malheureusement. Il disait toujours: "Si je ne vais pas en France, je mourrai dans une attaque ou quelqu'un me tuera"".

En 2014, après le retrait des troupes de l'OTAN d'Afghanistan, Qader Daoudzai se savait menacé par les taliban après sa collaboration avec les forces françaises. Sa demande de visa pour la France avait été rejetée tout comme 150 anciens auxiliaires de l'armée française. "La France, c'était surtout la promesse d'un futur pour ses fils" explique encore son frère.

Selon le Figaro, "à la suite de pressions médiatiques et celles d'ONG", le dossier de l'ancien interprète avait été rouvert le 15 octobre dans le cadre d'une procédure de relocalisation. Dans un communiqué, le ministère des affaires étrangères explique que "Certaines demandes de visa ont été refusées car elles ne correspondaient pas aux cas de délivrance prévus par le droit applicable.  Une procédure de réexamen des demandes de visa, refusées en 2015, est également en cours en tenant compte des nouveaux éléments transmis par les demandeurs". Orsay tient à rappeler dans ce même communiqué qu'une centaine d'anciens interprètes et collaborateurs de l'armée française ont été accueillis sur le territoire métropolitain avec leur famille.

 
Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires