En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© TIZIANA FABI / AFP
Mamma mia !

Italie : le M5S et la Lega évoquent une potentielle annulation de dette (de 250 milliards !)

Publié le 17 mai 2018
Les négociations de contrat de gouvernement entre la Ligue et le Mouvement 5 étoiles. Des versions de ce contrat, étudiées par les partis italiens, font déjà trembler Bruxelles.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les négociations de contrat de gouvernement entre la Ligue et le Mouvement 5 étoiles. Des versions de ce contrat, étudiées par les partis italiens, font déjà trembler Bruxelles.

L'alliance qui se profile entre le parti de droite la Lega et le parti populiste M5S est l'épouvantail de cette fin de semaine. En cause : la fuite de projets d'accords qui évoquaient une annulation partielle de la dette italienne (à hauteur de 250 milliards d'euros) et une sortie possible de l'Union. européenne. Rien d'extraordinaire au fond, les deux partis ayant chacun déjà évoqué ces possibilités. Les partis de Luigi di Maio (M5S) et de Matteo Salvini (La Lega) ont cependant signifié qu'il s'agissait d'une version ancienne de leur contrat. 

L'effet d'une telle annonce a évidemment été très important, notamment sur les obligations italiennes et allemandes. Autre mesure qui n'a pas plus du côté de la Commission européenne, celle d'une demande de renégociation de la contribution de l'Italie au budget européen. 

Autres mesures évoquées, celle d'un "revenu citoyen" pour les plus pauvres, le retrait des sanctions contre la Russie, la diminution massive de l'immigration. Les deux leaders ont d'ailleurs souhaité que les mesures proposées soient ratifiées par les Italiens, une fois dévoilées. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

07.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 17/05/2018 - 21:37
@ajm qui aurait le plus intérêt?...
de l’UE et de l’Italie, qui aurait le plus intérêt à ne pas aller au bout d’un bras de fer, sortie de l’UE contre annulation de 250 milliards de dette?...je suis persuadé que l’UE aura tellement peur de son implosion qu’elle acceptera une négociation sur la dette italienne, due aux gouvernements gauchistes précédents...
Ajar
- 17/05/2018 - 18:02
Bravo il faut aller au bout
Et faire sauter cette machine européenne qui ne fonctionne pas .
ajm
- 17/05/2018 - 16:48
Rumeur fantaisiste.
Les 250 milliards dont il est question sont de la dette Italienne achetée par la BCE dans le cadre de la politique d'achat d'actifs destinée à booster la croissance de la zone euro en reduisant les taux, en particulier en Europe du Sud. L'annulation de cette dette par l'Italie unilatéralement évidemment provoquerait un seisme du la dette du pays qui ne pourrait plus se refinancer sans payer des taux énormes, la BCE n'intervenant plus . Il entraînerait de facto une sortie brutale et immédiate de l'euro par l'Italie. C'est pourquoi cette rumeur est fantaisiste et ne sera jamais mise en œuvre par ce gouvernement qui d'ailleurs n'est toujours pas constitué.