Washington, 7 déc 2018 (AFP) - Les Etats-Unis ont accusé vendredi la Russie d'avoir propagé la thèse d'une attaque chimique dans la ville d'Alep, conduite selon le régime syrien par des "groupes de l'opposition", l'objectif de Damas et de Moscou étant de "saper" un cessez-le-feu fragile dans la province rebelle d'Idleb.

Washington assure au contraire que c'est le régime syrien de Bachar al-Assad qui a utilisé des gaz lacrymogènes à l'encontre de civils le 24 novembre, pour faire croire à l'idée d'une attaque au chlore menée par les rebelles, a déclaré le porte-parole du département d'Etat, Robert Palladino, dans un communiqué.

Le ministère de la Défense russe avait assuré que des rebelles avaient lancé des grenades contenant du chlore dans la ville d'Alep, tenue par le régime. Les médias syriens avaient rapporté qu'une centaine de personnes étaient hospitalisées pour des difficultés respiratoires.

Washington a déclaré avoir des "informations crédibles" montrant que ce récit était faux.

"Les Etats-Unis sont très préoccupés du fait que des responsables pro-régime ont gardé le contrôle du site de l'attaque dans sa suite immédiate, leur permettant potentiellement de fabriquer des échantillons et de contaminer le site avant une enquête en bonne et due forme par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques" (OIAC), a déclaré M. Palladino.

"Nous mettons en garde la Russie et le régime contre toute manipulation du site de l'attaque présumée et les appelons à assurer la sécurité d'inspecteurs impartiaux, indépendants, afin que les responsables puissent rendre des comptes", a-t-il ajouté.

Selon lui, la Russie et la Syrie ont "utilisé" cette attaque présumée "comme une opportunité pour saper la confiance dans le cessez-le-feu d'Idleb, ultime grand bastion de l'opposition au président Bachar al-Assad.

La Russie avait répondu par des frappes aériennes sur la province d'Idleb, fragilisant cette trêve en vigueur depuis la mi-septembre.

Les Etats-Unis -- ainsi que d'autres gouvernements occidentaux, l'ONU et des organisations de défense des droits humains-- ont régulièrement accusé le régime syrien d'attaques chimiques.

Le 4 avril 2017, une attaque au gaz sarin à Khan Cheikhoun a fait plus de 80 morts, dont plus de 30 enfants selon l'OSDH. En octobre 2017, les experts de l'ONU et de l'OIAC ont pointé du doigt le régime. La Russie a rejeté les conclusions des enquêteurs qui ont estimé fin octobre que le régime syrien était responsable de cette attaque au gaz sarin.

Publié le 07/12/2018 09:08
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

06.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Karachi: Bercy perquisitionné

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise