À Propos

Alain Fabre est à la tête d’une société indépendante de conseil financier aux entreprises. Il a commencé sa carrière comme économiste à la Banque de France avant de rejoindre la Caisse des Dépôts et Consignations, puis la Cie Financière Edmond de Rothschild.

Il a publié pour l'Institut de l'Entreprise L'Italie de Monti, la réforme au nom de l'Europe.

Alain Fabre est à la tête d’une société indépendante de conseil financier aux entreprises. Il a commencé sa carrière comme économiste à la Banque de France avant de rejoindre la Caisse des Dépôts et Consignations, puis la Cie Financière Edmond de Rothschild.

Il a publié pour l'Institut de l'Entreprise L'Italie de Monti, la réforme au nom de l'Europe

Nicolas Goetzmann est stratégiste macroéconomique et auteur d'un rapport sur la politique monétaire européenne pour le compte de la Fondapol.

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Telle est la question

François Hollande ne voit pas l'intérêt de le faire avant 2017 mais, oui ou non la France peut-elle s'en sortir sans modifier les traités européens ?

La France "souhaite que la zone euro puisse être davantage coordonnée, intégrée et s'il y a des modifications de textes, elles ne nous paraissent pas aujourd'hui de l'ordre de l'urgence", a déclaré François Hollande vendredi.
avec
02/02/2014 - 08h32
0 28
Les yeux grands fermés

Commerce intra-européen au plus bas depuis 2003 : qui de l'euro ou de la crise mondiale a le plus pesé sur la demande intérieure des pays de l'Union ?

D'après les chiffres du commerce de détail dans l'Union européenne publiés par Eurostat, la situation commerciale dans l'Union est pire qu'en 2004. Depuis un an, le commerce de détail dans la zone euro retombe à un niveau jamais atteint depuis 2003.
avec
10/12/2013 - 10h14
0 4
Règle plaquée or

La vertu qui venait du Nord… (ou pas) : les critères au nom desquels Bruxelles contrôle nos budgets nationaux sont-ils toxiques ?

La Commission européenne a validé vendredi le projet de budget français mais pointe "l'absence de marge de manœuvre" en cas de dérapage. Avec vingt ans de recul, il est temps de questionner la pertinence des critères de Maastricht : limitation de l'inflation, des déficits et des taux d'intérêt et interdiction des dévaluations.
avec
18/11/2013 - 11h06
0 18
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours