En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

07.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

01.

Sodexo perd la moitié de la cantine des Marines

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 7 min 19 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 46 min 39 sec
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 3 heures 8 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 3 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 5 heures 5 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 20 min 1 sec
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 2 heures 41 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 3 heures 5 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 3 heures 15 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 3 heures 49 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 4 heures 34 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 4 heures 43 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 5 heures 43 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 6 heures 11 min
Enchantement

Un gourou américain à Paris

Publié le 11 avril 2011
On lui doit le concept d’évangélisme aux nouvelles technologies qu’il avait mis au point chez Apple. Depuis Guy Kawasaki s’est réinventé comme l’un des gourous de la Silicon Valley. Partout dans le monde, on se presse dans ses conférences. Il était à Paris en fin de semaine dernière -où il a ravi un auditoire de « fans » à l’ESCP notamment- pour présenter son dernier livre l’Art de l’enchantement, traduit et préfacé en français par notre contributrice Marylène Delbourg Delphis. Atlantico publie les bonnes feuilles de son livre (éditions Diatéino)
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On lui doit le concept d’évangélisme aux nouvelles technologies qu’il avait mis au point chez Apple. Depuis Guy Kawasaki s’est réinventé comme l’un des gourous de la Silicon Valley. Partout dans le monde, on se presse dans ses conférences. Il était à Paris en fin de semaine dernière -où il a ravi un auditoire de « fans » à l’ESCP notamment- pour présenter son dernier livre l’Art de l’enchantement, traduit et préfacé en français par notre contributrice Marylène Delbourg Delphis. Atlantico publie les bonnes feuilles de son livre (éditions Diatéino)

Alors que le climat politique et économique semble ne pas pouvoir sortir d’une forme de dépression et de peur de l’avenir en France, plutôt que de céder au « désenchantement du monde », certains préfèrent croire à la possibilité de le réenchanter. C’est le cas de Guy Kawasaki , gourou high tech, qui professe la bonne parole dans le monde entier pour mobiliser ceux qui veulent que le monde change, ceux qui ne résignent pas au cynisme ni à l’immobilisme. En résumé et à l’américaine : les entrepreneurs. Comme il le dit lui-même , son dernier livre s’adresse à « ceux qui voient la vie comme un champ de possibles".  

En voici quelques "bonnes feuilles".

L'art de l'enchantement (Diateino)

 

Les principaux points de l’art d’enchanter le monde :

1) L’enchantement, pourquoi ?

Plus vos objectifs seront importants, plus il vous faudra agir sur les sentiments, l’esprit et les actes. C’est encore plus vrai si vous avez peu de ressources et de gros concurrents. S’il vous faut enchanter les gens, cela veut dire que vous faites quelque chose de réellement important. Si vous faites quelque chose d’important, il vous faut enchanter.

2) Comment se faire aimer

Une personne déplaisante vous a-t-elle jamais enchanté? J’en doute. Si elle y est parvenue, je doute que l’enchantement ait duré. C’est pourquoi la première étape pour provoquer l’enchantement est de faire en sorte que les gens vous aiment. Pour cela, vous devrez accepter les autres et trouver en eux quelque chose à aimer.

3) Comment créer la confiance

Une personne en qui vous n’aviez pas confiance vous a-t-elle jamais enchanté? J’en doute aussi. Construire un rapport de confiance est la seconde étape. Les gens ont confiance en vous si vous connaissez votre affaire, si vous êtes compétent, si vous savez faire de plus grands gâteaux et créer des situations où tout le monde est gagnant – en bref si vous faites ce qu’il faut comme il le faut.

4) Comment se préparer

Les produits, services, organisations et les idées remarquables enchantent. Pas les foutaises. La condition pour enchanter les gens, c’est de créer quelque chose d’étonnant, de communiquer avec concision et simplicité et en des termes compréhensibles, ainsi que de travailler comme un fou pour arriver sur le marché avant les concurrents.

5) Comment réussir un lancement

Les super enchanteurs sont productifs. C’est ce que Richard Branson et Steve Jobs font mieux que personne. Toujours. Défendre son idée suppose que l’on rallie les gens à sa cause, qu’on obtienne d’eux qu’au moins ils essaient, et qu’on s’appuie sur les premiers utilisateurs pour contribuer à répandre la bonne parole.

Exercez-vous

Répétez votre présentation jusqu’à ce que vous en ayez marre. Et répétez encore. Si vous croyez que Steve Jobs se pointe sur scène pour le faire à l’arrache, vous avez tort. Il se prépare pendant des heures – et il est Steve Jobs. Maintenant imaginez ce qu’il nous faut comme temps à nous autres !

6)  Comment vaincre les résistances

Les gens acceptent souvent des produits et services médiocres parce qu’ils sont très occupés ou ne savent pas qu’ils peuvent trouver mieux. Ce sont les raisons pour lesquelles vous allez rencontrer de la résistance au changement. La façon de vaincre ces résistances est de fournir la démonstration publique ou « preuve sociale » que vous faites mieux, de créer du consensus et d’enchanter tous ceux qui ont de l’influence.

7) Comment faire perdurer L’enchantement

L’enchantement est un processus, pas un événement. Vous voulez que vos efforts s’inscrivent dans la durée, et cela suppose que les gens intériorisent votre cause, vous paient de retour, et respectent leurs engagements. Cela contribue aussi à créer autour de votre cause un écosystème de revendeurs, de consultants, de développeurs et de groupes d’utilisateurs.

Plantez beaucoup de graines

Le marketing traditionnel se concentre sur des gens influents, reconnus comme étant des experts. [...]

On est là dans la vieille théorie qui veut que les informations circulent du haut vers le bas, initiée par Moïse lorsqu’il est allé voir Dieu sur la montagne. Dans un monde post-Internet, les gens se fient autant à l’opinion de leurs amis et de leurs relations qu’à celle des experts, et ce changement a bouleversé le marketing. [...]

Maintenant, quand les masses adoptent une cause, ce sont les personnes influentes qui doivent y faire attention, sous peine d’être larguées. Vos efforts pour obtenir leur bénédiction ne peuvent suf- fire. Voici comment prospérer dans ce monde nouveau :

- Adoptez les inconnus.  Lonelyboy_5 et LATrixie sont aussi suscep tibles de faire de votre cause un succès que le top des blogueurs ou les journalistes traditionnels. Quiconque comprend, embrasse votre cause et veut répandre la bonne parole est digne de votre attention. [...]

- Plantez beaucoup de graines. Voyez-y une sorte de « dissémination naturelle ». Cela veut dire planter des champs, non des bacs de fleurs. C’est une stratégie des grands nombres : plus il y a de graines, plus grand sera le nombre des inconnus que vous toucherez et plus ces inconnus seront susceptibles de se transformer en une « personne » dévouée à votre cause.

[…]

8) Comment enchanter ses employés

L’enchantement n’est pas seulement une activité dirigée vers l’extérieur; vous devriez également l’utiliser à l’égard de vos employés. Donnez-leur la possibilité d’exercer leur talent, de l’autonomie dans leur travail et la chance de réaliser un objectif positif, c’est ainsi que vous pourrez les enchanter.

9) Comment enchanter son chef

Imaginez que vous travailliez pour quelqu’un que vous avez enchanté. Vous y gagnez liberté, flexibilité, argent et un mentor. Pour enchanter son chef, il faut redéfinir ses priorités pour contribuer à son succès – mais le jeu en vaut la chandelle.

10)   Comment résister à l’enchantement

Tous les enchanteurs n’ont peut-être pas votre intérêt à cœur. La capacité à résister à l’enchantement est donc un talent précieux qui implique de se garder des tentations, de voir plus loin dans le futur et d’être capable de se faire l’avocat du diable. Après avoir lu ce chapitre, il se pourrait même que vous soyiez capable de résister aux produits d’Apple.

D’autres extraits :

Projetez-vous dans vos passions

Dans le village d’Auvers-sur-Oise, à trente kilomètres de Paris, il y a une petite maison qui s’appelle l’auberge Ravoux. C’est là que Vincent van Gogh a vécu avant de se suicider en 1890. Il a terminé soixante-quinze peintures au cours des derniers mois de sa vie dans ce village.

Le 21 juillet 1985, Dominique-Charles Janssens a eu un accident de voiture devant l’auberge Ravoux. Quand il a lu le compte-rendu d’accident, il a découvert l’importance du lieu et cela l’a intrigué, tant et si bien qu’en 1987, il a acheté la propriété. Au fil des années, sa famille a investi cinq millions d’euros dans sa restauration et il est aujourd’hui le président de l’Institut Van Gogh, l’organisme qui gère les lieux.

Dominique-Charles Janssens est historien, restaurateur et évangéliste de Van Gogh. Il a consacré sa vie à la préservation de sa mémoire et a fait d’un désir de Van Gogh une réalité : « Un jour ou l’autre, je crois que je trouverai le moyen d’avoir une exposition à moi dans un café. » Janssens vit et respire Van Gogh, et cela fait de lui un enchanteur de classe internationale. C’est la personne la plus passionnée que j’aie jamais rencontrée et pourtant j’ai rencontré des milliers de gens passionnés.

Immergez les gens

A San Diego en Californie, un organisation nommée Strategic Operations fournit une « simulation hyperréaliste » des conditions sur le champ de bataille pour entraîner le personnel militaire. La société fait partie de Stuart Segall Productions, un studio de télévision et de cinéma. Elle utilise des acteurs et des effets spéciaux pour créer une expérience de complète immersion qui vous fait oublier que vous êtes à San Diego; les mitrailleuses tirent à blanc, les éclats d’obus sont en liège et les blessures ne sont que du maquillage.

J’ai participé à un entraînement ; mon rôle était celui d’un diplomate américain à Helmandi, un village en Afghanistan. Lors de notre visite du village, l’ennemi nous a attaqués avec des grenades, a fait exploser une voiture et a tiré des coups de feu. Mes gardes du corps m’ont entraîné pour m’éloigner du danger. Si vous croyez que Steve Jobs est capable de faire croire aux gens l’invraisemblable, vous n’avez pas été attaqué à la grenade et n’êtes pas passé en courant devant un soldat qui hurlait avec la moitié de la jambe arrachée.

Faire mieux que de raconter des histoires, c’est plonger les gens dans votre cause. Si vous les captivez, ils oublient l’heure, perdent cynisme et scepticisme, et ils peuvent même mouiller leur chemise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
En savoir plus
Guy Kawasaki
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Isabella
- 12/04/2011 - 04:02
Guy est un gourou de première
excellent marketer mais piètre chef d'entreprise. Je me suis toujours demandée comment il pouvait emballer les foules comme cela !
A l'ooposée des Steve JObs et Richard Branson qu'il cite, il n'a jamais rien créé de majeur. D'où lui vient sa légitimité ?