En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© DR
Le dernier film de Quentin Tarantino, Django Unchained, sort ce mercredi au cinéma.
Attention polémique !
Sortie de Django Unchained : Tarantino raciste ou plus grand cinéaste black de l'Histoire du cinéma ?
Publié le 17 janvier 2013
Le septième film de Quentin Tarantino, qui sort ce mercredi et qui vient de recevoir 5 nominations aux Oscars, a déclenché une vive controverse dans la presse américaine pour son supposé racisme.
Alexandre Devecchio est journaliste politique pour Atlantico.fr. et le Bondy Blog Son site  : Le café politique Passionné de cinéma, il écrit aussi des critiques de films sur son blog ciné : Tarif critiqueTwitter : @Alex_devecch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Devecchio
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Devecchio est journaliste politique pour Atlantico.fr. et le Bondy Blog Son site  : Le café politique Passionné de cinéma, il écrit aussi des critiques de films sur son blog ciné : Tarif critiqueTwitter : @Alex_devecch
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le septième film de Quentin Tarantino, qui sort ce mercredi et qui vient de recevoir 5 nominations aux Oscars, a déclenché une vive controverse dans la presse américaine pour son supposé racisme.

Les Français ont leur affaire du "pain au chocolat", les Américains leur polémique "Django Unchained". Le septième film de Quentin Tarantino, qui sort ce mercredi et vient de recevoir 5 nominations aux Oscars, a déclenché une vive controverse dans la presse américaine pour son supposé racisme. C’est  Spike Lee qui a ouvert le feu en déclarant dans une interview à Vibe TV que le film portait atteinte " à la mémoire de ses ancêtres" avant d’affirmer sur son compte Twitter que "l’esclavage ne se réduisait pas à un vulgaire western spaghetti". Le réalisateur américain de Malcom X cherche-t-il à faire parler de lui après une série d’échecs artistiques et commerciaux ou serait-il atteint de cette maladie qu'on pensait française qu’est l’antiracisme pathologique ?

Un rapide retour sur la filmographie de Quentin Tarantino suffit pourtant pour se convaincre que le réalisateur de Pulp Fiction n’est pas raciste. Bien au contraire… Certes, le roi de l’hémoglobine n’a jamais versé dans le film plaidoyer un peu mièvre. Le réalisateur exprime son antiracisme viscéral plus subtilement, notamment à travers son style empreint de références à la culture afro-américaine et son amour pour les acteurs blacks. Tarantino est à lui tout seul une agence d’emploi pour acteurs noirs. Samuel L. Jackson lui doit sa carrière. Le comédien explose véritablement grâce à son interprétation de Jules Winnfield dans Pulp Fiction. Un personnage de truand mi-philosophe mi-cinglé rapidement devenu culte, mais loin d’être politiquement correct. En lui faisant débiter des tirades bibliques dignes d’un pasteur évangélique, Tarantino joue délibérément avec les stéréotypes. Peut-être pour mieux déjouer tout manichéisme. N’en déplaise aux bonnes consciences, les personnages "tarantiniens" , comme dans la vraie vie, ne sont jamais ni tout noirs, ni tout blancs.

Pam Grier, égérie de la blaxploitation dans les années 70 a, elle aussi, réussi un come-back inespéré grâce au cinéaste cinéphile. Jamais avant Quentin Tarantino et son Jackie Brown aucun réalisateur blanc n’avait osé filmer une femme noire de manière aussi sensuelle et décomplexée. Dès la séquence de générique dans les couloirs d’un aéroport, sa caméra positionnée en légère contre-plongée s’attarde amoureusement sur le popotin d’une Jackie Brown moulée dans un uniforme d’hôtesse de l’air.  "Il fallait qu’elle soit bien lotie côté jardin. Celui de derrière particulièrement…" s'amuse Tarantino, irrévérencieux. N’empêche, le réalisateur offre à Pam Grier l’un des plus beaux rôles jamais offerts à une actrice noire. Celui d’une femme forte et digne qui ne se laisse pas démonter par les aléas de la vie. Celui d’une femme mûre de 44 ans qui en paraît 32 et assume crânement ses formes généreuses.

Et derrière son côté film de gangster un peu trivial, Jackie Brown évoque de manière crue les rapports noirs/blancs dans la banlieue modeste de Los Angeles. Déjà, le réalisateur s’était vu reprocher l’utilisation du mot "nigger". Plus de deux cents fois en deux heures de métrage. "Cela n’a rien de théorique, c’est une réalité bien basique : une grande partie des noirs américains utilisent ce putain de mot deux milles fois par jour… Quand j’écris mes personnages et mes dialogues, j’essaie de leur injecter le plus de vérité possible." Le réalisateur qui a grandi dans la culture noire américaine des quartiers sud de Los Angeles est bien placé pour savoir qu’il ne suffit pas d’employer le mot "afro-américain" pour faire disparaître les problèmes communautaires.  

Avec Django unchained, Quentin Tarantino s’attaque à l’histoire de l’esclavage. Inutile de nier, l’approche du réalisateur n’est pas franchement classique. Sans doute prend-t-il quelques libertés avec la réalité historique ? Dans Inglorious Basterds, son précédent long-métrage, Quentin Tarantino revisitait déjà la Seconde Guerre mondiale, allant jusqu’à inventer sa propre fin du régime hitlérien en vengeant les Juifs par le cinéma. Même Claude Lanzmann, qui avait pourtant trouvé le moyen de taxer La liste de Schindler de Spielberg d’antisémitisme, n’avait pas polémiqué.

Comment un réalisateur aussi subversif que Spike Lee a pu se transformer en donneur de leçons professionnel ? A l’époque de Do The right Thing ou de Jungle Fever, il n’hésitait pas à fustiger le racisme des blancs mais aussi le repli identitaire de sa propre communauté, soulignant notamment que les plaintes récurrentes des noirs américains contribuaient à un processus de victimisation. En mal de reconnaissance, Lee a peut-être voulu se rappeler au souvenir de la critique américaine en daubant sur un collègue. A moins que son amertume ne soit liée à autre chose… Et si Quentin Tarantino avait tout simplement fini par lui voler son titre de meilleur réalisateur black de l’Histoire du cinéma ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Le "chat renard", une nouvelle espèce de félin découverte en Corse
06.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
07.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jpierrr
- 16/01/2013 - 23:29
L'important sera la qualité du film !
Quentin Tarentino a le courage et la créativité nécessaire pour aborder un thème très différent à chaque film.
Comme le rappelle, justement, l'article, ses réalisations passées montrent son absence totale de racisme.
Si la polémique peut faire parler du film... Pourquoi pas.
roudoudou
- 16/01/2013 - 21:30
On s'en fout, c'est TARANTINO !
Et ce seront 2h30 jubilatoires, comme Jacky Brown, Pulp Fiction, Kill Bill, Reservoir Dogs ....
Alors les commentaires , on s'en tape !
Et on y court !
Mani
- 16/01/2013 - 20:07
@Redmonde
Petite question : le film est sorti aujourd'hui en France, et vous l'avez commenté à 11h44. Vivez-vous à l'étranger ou bien parlez-vous si doctement de son contenu sans avoir vu le film ?