En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

05.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

06.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 14 min 47 sec
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 48 min 47 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 1 heure 14 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 16 heures 34 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 18 heures 13 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 21 heures 6 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 22 heures 14 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 23 heures 27 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 23 heures 53 min
décryptage > Economie
Destruction massive de productivité

Pourquoi les booms immobiliers sapent notre futur économique

il y a 39 min 2 sec
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 17 heures 14 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 18 heures 28 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 22 heures 32 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 23 heures 4 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 23 heures 45 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 1 jour 52 min
Les citoyens européens que nous sommes évoluent dans un grand espace sans frontières et sans affrontements entre ses membres depuis plus de 60 ans.
Les citoyens européens que nous sommes évoluent dans un grand espace sans frontières et sans affrontements entre ses membres depuis plus de 60 ans.
Médaille en chocolat ?

Remise du prix Nobel de la paix à l'Europe : une récompense au nom du passé ou pour l'avenir ?

Publié le 10 décembre 2012
L'Union européenne reçoit ce lundi à Oslo le prix Nobel de la paix pour avoir "fait passer l'Europe d'un continent en guerre à un continent en paix". Un choix largement critiqué alors que l'UE traverse une grave crise économique.
Hagay Sobol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hagay Sobol est vice-président du Think tank Le Mouvement et est devenu Préisdent d'honneur du Centre Culturel Edmond Fleg. Il est professeur des Universités et médecin des Hôpitaux. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Union européenne reçoit ce lundi à Oslo le prix Nobel de la paix pour avoir "fait passer l'Europe d'un continent en guerre à un continent en paix". Un choix largement critiqué alors que l'UE traverse une grave crise économique.

L’annonce de l’attribution du prix Nobel de la paix à l’Union européenne (UE), le 12 octobre 2012, a fait couler beaucoup d’encre. Il est donc inutile de revenir sur la polémique. Désormais, il n’est qu’une seule question qui vaille vraiment la peine d’être posée : que va faire l’Europe de cette prestigieuse distinction, l’exposer dans un musée, ou s’en servir pour poursuivre son œuvre ? On peut déjà entrevoir ce qu’il pourrait advenir dans le choix des personnalités qui ont été désignées pour faire le "voyage d’Oslo" et recevoir cette reconnaissance au nom des 500 millions d’Européens.

La mémoire des peuples ?

Les citoyens européens que nous sommes évoluent dans un grand espace sans frontières et sans affrontements entre ses membres depuis plus de 60 ans. A force d’y vivre, nous ne mesurons plus ce que cela a d’exceptionnel. Pour s’en convaincre, il suffit simplement de regarder régulièrement les informations : "La paix est une île, la guerre un lieu commun". C’est cette vérité première qu’a rappelé le Comité Nobel : "L’Union et ses ancêtres contribuent depuis plus de six décennies à l’avancement de la paix et à la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme en Europe".

Quel progrès, depuis l’Europe des empires rivaux qui ont été à l’origine de nombreuses guerres. De leurs entrailles ont surgi les nationalismes qui, à leur tour, ont généré nombre de conflits. Puis, après deux conflagrations mondiales, les belligérants d’hier ont décidé conjointement de bâtir une union d’intérêts partagés. Le succès de cette entreprise ne se mesure pas en de belles paroles, mais au nombre de candidats qui frappent à sa porte, en particulier après la chute du mur de Berlin.

Peut-on faire l’économie de l’histoire ?

Pour autant, les critiques ne peuvent être passées sous silence. Par exemple l’incapacité de l’UE à agir sur les conflits qui se développent à sa porte, comme en ex-Yougoslavie, ou les inégalités encore présentes, ou encore son faible poids économique sur un marché globalisé et en crise. Tout ceci est vrai, mais ne disqualifie pas pour autant le projet européen, comparé aux autres systèmes. Car ce n’est pas un absolu qui a été couronné, c’est une union de femmes et d’hommes avec toutes les limites que cela sous-entend. Cette construction, même imparfaite, n’est pas une abstraction. Née d’une histoire tumultueuse, et faces aux défis du monde postmoderne, elle offre à ses citoyens un modèle de vivre ensemble enviable. La démocratie, la liberté d’expression et de culte n’ont pas de prix. Ou plutôt si, celui du sang de tous ceux qui se sont battus pour que nous puissions en jouir, aussi simplement que de respirer.

L’identité européenne : entre dissolution et morcellement

Alors que l’UE est une réalité tangible avec des réalisations réelles et un bilan dont elle n’a pas à rougir, l’identité européenne, par contre, se cherche toujours. Ce n’est pas un projet figé mais une dynamique et à chaque fois qu’elle hésite, les détracteurs de la construction européenne gagnent du terrain.

Des institutions impersonnelles : l’UE s’est dotée d’institutions supranationales dont le fonctionnement reste encore largement incompréhensible pour une majorité. Bruxelles n’est pas perçue comme la capitale de l’Europe. Mais comme un lieu impersonnel d’où émanent des textes règlementaires devant être transposés dans les droits nationaux et bien éloignés des préoccupations quotidiennes. Ainsi, l’Union est assimilée le plus souvent à une entité essentiellement administrative à vocation d’homogénéisation se faisant au détriment des pays, et à laquelle il est difficile de s’identifier.

Le régionalisme renaissant : dans ce vaste ensemble, même si les Etats restent omniprésents, leurs contours ont perdu de leur netteté. En réaction, il semble que cela ait entraîné un repli identitaire de proximité, avec un renforcement des revendications régionales. Citons le référendum pour l’indépendance de l’Ecosse qui est programmé pour 2014, ou la tentative pour le moment avortée de la Catalogne, dont le gouvernement espagnol ne veut pas entendre parler. Plus préoccupante est la victoire de la droite indépendantiste flamande du NVA (Nieuw-Vlaamse Alliantie) aux élections communales et provinciales qui risque de faire imploser le Royaume d’outre Quiévrain, le pays que les Européens se sont choisi pour installer leur parlement. Cette éventualité est bien réelle et aucune solution de remplacement n’a encore été envisagée.

Les extrémismes en embuscade :en période de crise économique et identitaire, les extrémistes se montrent de plus en plus actifs. Ainsi, en Grèce, surfant sur la "crise de la dette publique", un parti néo-nazi, Aube Doré, a fait son entrée au Parlement, avec pour fonds de commerce le souverainisme, la xénophobie, l’antisémitisme et le négationnisme. Une autre menace est l’islamisme sous ses différentes formes. Avec un visage politique comme le groupuscule Sharia4Belgium qui ne cache pas sa volonté d’imposer aux autres sa vision du monde. Jusqu’à la dérive djihadiste comme on l’a vue en France, où des convertis récents à l’islam radical projetaient de réaliser un attentat comparable à celui de la synagogue de la rue Copernic.

L’Europe un phare pour les nations

Si la mission centrale de l’UE est le partage de valeurs communes afin de réduire les disparités et d’assurer la cohésion de l’ensemble, au-delà de la lettre et de la loi, il devient prioritaire de remettre de l’humain et du sens dans les institutions.

Une Europe uniformisée et impersonnelle n’est ni un projet souhaitable, ni viable. Ce serait oublier que ce continent est constitué d’une grande variété de populations et de cultures, ce qui en fait sa richesse. Il est de la nature même du vivant de produire de la diversité. Il faut donc impérativement trouver un point d’équilibre entre le collectif et le respect d’une pluralité d’êtres. C’est à cette seule condition que les citoyens pourront se reconnaître en ce projet et se le réapproprier.

Les grandes valeurs fondatrices et humanistes semblent quelque peu dépassées, laissant les vieux démons de jadis refaire surface. Ainsi, l’on voit une résurgence inquiétante de l’antisémitisme traditionnel ou prenant le masque de l’antisionisme, 70 ans après la Shoah, sur le continent qui l’a planifié et mis en application. Il est impossible également de fermer les yeux sur ce que l’on fait subir aux Roms, chez eux et dans les autres pays de l’Union. Ironie de l’histoire, sait-on seulement que cette appellation signifie "homme accompli" ? Cela n’a jamais été aussi éloigné de la réalité. Le recul des valeurs se mesure également par l’acceptation de revendications à caractère politique qui aboutit à une perte d’égalité et de liberté touchant en particulier les femmes. Tolérer même à demi-mot la polygamie ou l’enfermement, qu’il soit social, vestimentaire ou physique, au nom d’une pseudo-spécificité culturelle, est inadmissible. Ce n’est pas conforme aux idéaux de l’Europe et de la démocratie en général. Ces valeurs se doivent d’être défendues à nouveau avec fermeté et appliquées à la fois par les institutions européennes, nationales et par tous les citoyens.

Une Europe des peuples et des citoyens qui la composent

Si le projet européen échoue, c’est-à-dire s’il ne se renouvelle pas, s’il ne se donne pas un sens en phase avec notre époque, ce sera non seulement une régression pour nous Européens, mais pour le monde entier. Car il n’y a pas actuellement de projet alternatif. C’est une référence, pour tous les modérés et tous les démocrates, surtout dans les pays où la population lutte pour conquérir ses droits les plus élémentaires. Nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins, où institutions et citoyens doivent faire un parcours inverse pour se rejoindre et faire œuvre commune. L’Europe n’est pas une statue figée, mais un processus dynamique, et il est plus que temps de reprendre la route car nous sommes condamnés au succès.

Aussi, si nous voulons que ce prix Nobel soit un ticket pour l’avenir et non pas une célébration de la mémoire, ce n’est pas aux seuls représentants des institutions et des 27 Etats européens qu’il faudrait le remettre. Il conviendrait d’adjoindre aux trois Présidents, José Manuel Barroso (Commission européenne), Herman Van Rompuy (Conseil européen) et Martin Schulz (Parlement européen), une délégation d’enfants issus de tous les membres et de tous les peuples de cette Union. Ce faisant, cela adresserait au monde un message à la charge symbolique puissante qui matérialiserait le passage intergénérationnel d’un flambeau multiculturel afin de promouvoir la pérennité de l’engagement. Car comme le dit Elie Wiesel, lui-même prix Nobel de la paix : "Quand l’enfant naît, il naît avec toutes les nuances du monde. Il a ses exigences, ses ambitions. C’est l’enfant en moi qui me crée".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
HR
- 10/12/2012 - 09:53
Le véritable titulaire du Prix Nobel de la paix en Europe.
http://www.eucom.mil/
Occidentale
- 10/12/2012 - 09:05
mais elle ne se prépare pas un avenir de paix
le nazislamisme est en train de lui amener une autre forme guerre