En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Le 21 décembre, date de "fin du monde" selon certains mouvements, pourrait être l'occasion de passages à l'acte dangereux pour certains illuminés.
Délire

L’impréparation des pouvoirs publics face aux illuminés de la fin du monde

Publié le 03 décembre 2012
Dans un mois, nous seront le 21 décembre. Présentée par certains mouvements comme la fin du monde, cette date pourrait être l'occasion de passages à l'acte dangereux pour certains illuminés. Mais qu'ont prévu les pouvoirs publics pour les empêcher de nuire ?
Denis Lelièvre est avocat depuis plus de quinze ans, au barreau du Val d’Oise avec ses activités dominantes en droit immobilier, droit administratif et droit civil général, ainsi qu’en droit pénal.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Lelièvre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Lelièvre est avocat depuis plus de quinze ans, au barreau du Val d’Oise avec ses activités dominantes en droit immobilier, droit administratif et droit civil général, ainsi qu’en droit pénal.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un mois, nous seront le 21 décembre. Présentée par certains mouvements comme la fin du monde, cette date pourrait être l'occasion de passages à l'acte dangereux pour certains illuminés. Mais qu'ont prévu les pouvoirs publics pour les empêcher de nuire ?

Certains mouvements mystiques ont annoncé de grands cataclysmes pour les alentours du 21 décembre 2012 en invoquant le calendrier maya qui verrait un cycle s'achever à cette date. D'aucuns, plus précis, ont même prétendu que seuls quelques rares endroits au monde seraient préservés, dont le petit village de Bugarach, entre Carcassonne et Perpignan. Cela pourrait prêter à sourire si des comportements dangereux n'étaient à craindre dans le sillage de ces prophéties.

Entendons-nous bien : il ne faut selon moi craindre aucune calamité particulière pour le 21 décembre 2012 en soi, mais certains illuminés pourraient avoir à cette occasion des réactions irrationnelles, bien inquiétantes, elles, et il est du devoir des pouvoirs publics de prévenir ces débordements prévisibles.

Certes, depuis l'étude réalisée par une équipe de sociologues américains derrière le Professeur Festinger sur une secte apocalyptique qui prédisait la fin du monde pour 1954 - un 21 décembre, déjà ! - on sait que, le lendemain de « la fin du monde » annoncée, la grande majorité de ceux qui la prophétisaient, soutiendront qu'elle a été évitée grâce à eux (prière, désenvoûtement, modification des ondes telluriques...). D'autres, rares, dessillés, auront pris conscience de leur erreur, avec risque pour eux de dépression plus ou moins grave, surtout s'ils se sont ruinés à cette occasion. Mais surtout, certains pourront être tentés de passer à l'acte, avec tous les dangers pour eux-mêmes et pour autrui que cela comporte.

Face à ce phénomène, qu'ont prévu les pouvoirs publics ? Apparemment, rien, ou du moins rien d'efficace. Apparemment, car il est après tout possible que le nécessaire ait été fait, ne serait-ce qu'au nom du principe de précaution inscrit dans la constitution française et qu'on nous le taise pour des raisons de sécurité publique. Rien d'efficace, parce que le peu qu'on sait n'est pas rassurant : il en est ainsi de l'arrêté, interdisant de s'y rendre fin décembre à ceux qui n'ont rien à y faire, du maire de Bugarach, petit village qui ne pourra endiguer convenablement le moment venu ce flot d'illuminés : croit-on vraiment qu'un simple arrêté municipal empêchera, réellement, ceux qui croient risquer leur vie en allant ailleurs, de le transgresser ?

L'organisme public français chargé de l'observation et de la lutte contre les directives sectaires, la MIViLuDeS, vient de changer de président à la suite de l'élection en juin du précédent, Georges Fenech, à l'assemblée nationale. Il était particulièrement sensibilisé à ces problèmes et ne cessait de mettre en garde les différentes autorités et le grand public à ce propos. La mission interministérielle qu'il présidait avait organisé notamment en novembre 2011 « une réunion de coordination avec l'ensemble des services de l'Etat concernés par la problématique des messages apocalytiques afin de réfléchir aux moyens d'améliorer l'échange d'informations et la coordination des actions à entreprendre ». Qu'en est-il résulté ? Qu'a pu faire depuis lors en si peu de temps son successeur, Serge Blisko, qui l'a remplacé en août dernier à la tête de la MIViLuDeS ?

Le passage à l'acte d'illuminés n'est pas à exclure, qu'il s'agisse de personnes isolés ou de groupes, dont les membres sont peu ou prou manipulés par des gourous eux-mêmes plus ou moins sincères dans leurs discours. Hélas, de la jungle guyanaise aux forêts du Vercors en passant par le métro de Tokyo, les massacres dus aux sectes millénaristes nous rappellent l'extrême nocivité parfois de certaines de leurs dérives !

Sans aller jusque là, certains seront victimes de leur propre crédulité et seulement d'elle. Une action en annulation de vente d'un bien immobilier est prévue en droit français mais seulement à l'avantage du vendeur qui a été lésé, pas de l'acheteur qui a payé trop cher parce qu'il a pu croire que sa vie en dépendait. Or on a appris que certains se seraient ruinés en payant au prix fort des biens immobiliers à Bugarach. Qu'est-il prévu pour leur venir en aide, juridiquement, psychologiquement ou financièrement ?

Le risque de trouble à l'ordre public est donc bien réel. Il concerne les autorités pénales (escroqueries, abus de faiblesse, violation des règles d'urbanisme là où des installations de survie ont été réalisées, sans permis de construire...), sanitaires (dépressions après la date annoncée), financières (surendettement de personnes ruinées) ou de sécurité publique (risque de passage à l'acte de déséquilibrés). Les avocats, en première ligne dans la défense des victimes de ces dérives, doivent s'y préparer et trop peu y semblent prêts. Rien n'est rendu public sur les psychologues ou les sociologues, notamment, alors si les pouvoirs publics ont anticipé ces risques, qu'ils l'annoncent ; s'ils n'ont encore rien fait, à un mois de l'échéance, il est urgent de s'y préparer.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Sesmar2
- 04/12/2012 - 09:18
Lui que prévboit-il??
Et vous Monsieur l'Avocat que prévoyez-vous car enfin, il faut être raisonnable, que peut mettre en place l'état avant ce soit disant fléau? Soumettez des idées dans Atlantico, vous qui avez la parole, nous on a quelques petites idées mais on ne peut pas écire un article ou parler à la télé comme vous.
Ravidelacreche
- 03/12/2012 - 10:29
Mais qu'ont prévu les pouvoirs publics
Une réunion de consensus prévue le 22 décembre :o))