En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 25 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 7 heures 51 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 47 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 15 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 19 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 6 heures 56 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 16 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 14 heures 50 sec
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 44 min
© Reuters
L'hiver s'annonce particulièrement rigoureux selon les conclusions de prévisionnistes anglais
© Reuters
L'hiver s'annonce particulièrement rigoureux selon les conclusions de prévisionnistes anglais
Pluies et vent sur les prévisions

Offensive du froid : les Anglais ont-ils raison de penser que cet hiver sera le plus rude depuis 100 ans ?

Publié le 04 décembre 2012
Des prévisionnistes britanniques prédisent des températures plongeant jusqu'à -20C. Contrairement à ce qu'une première version de l'article indiquait par erreur, ces prévisions n'émanent pas de MeteoGroup mais d'Exacta Weather et de The Weather Channel.
Louis Bodin est ingénieur météorologiste, il présente également des bulletins météo sur RTL depuis plus de dix ans ainsi que sur TF1.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Louis Bodin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Louis Bodin est ingénieur météorologiste, il présente également des bulletins météo sur RTL depuis plus de dix ans ainsi que sur TF1.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des prévisionnistes britanniques prédisent des températures plongeant jusqu'à -20C. Contrairement à ce qu'une première version de l'article indiquait par erreur, ces prévisions n'émanent pas de MeteoGroup mais d'Exacta Weather et de The Weather Channel.

Suite à une regrettable erreur, cet article dans une première version attribuait de manière erronée à MeteoGroup des prévisions météorologiques établissant que la Grande Bretagne pourrait vivre cette année son hiver le plus froid depuis 100 ans et que les températures pourraient y descendre jusqu'à - 20 °C. MeteoGroup n'a en fait jamais fait de déclaration en ce sens ni travaillé sur des prévisions saisonnières de long terme. Les prévisions mentionnées par Atlantico auraient dû être attribuées à James Madden de "Exacta Weather" pour la première insertion et à Leon Brown de "The Weather Channel" pour la seconde. Les prévisions météorologiques ayant trait à l'hiver le plus froid depuis un siècle sont des prévisions de longue-durée, ce que ne produit pas MeteoGroup qui considère que ce type d'analyses ne sont pas fiables. La rédaction d'Atlantico prie MeteoGroup d'une part et les lecteurs du site d'autre part de bien vouloir accepter ses excuses pour cette confusion.

Neige, températures quasi polaires, blizzard... voilà en substance le programme de l'hiver anglais révélé par des prévisionnistes britanniques. Selon eux, le pays devrait vivre l'hiver le plus froid du siècle - avec des températures pouvant atteindre les - 20° entre les mois de décembre et janvier - et ainsi faire face aux  complications associées telles que les routes bloquées ou les retards des transports en raison de pannes provoquées par le gel. D'ailleurs, le temps de ces dernières semaines fait de pluies diluviennes, chassées par un vent très soutenu et froid provoquant une forte baisse des températures, notamment dans la chaîne montagneuse des Pennines et dans le comté du North Yorkshire, a été annoncé comme le premier assaut de cet hiver redoutable.

L'avertissement lancé par ces scientifiques du temps n'a pas été vain et les autorités anglaises se sont concertées pour mettre en place toute une logistique afin que les intempéries ne paralysent pas le pays. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, l'association des gouvernements locaux (Local Governement Association) qui regroupe tous les comtés d'Angleterre et d'Ecosse a annoncé s'être préparée en stockant un peu plus d'un million de tonnes de sel et plusieurs centaines de sableuses. Chaque comté mettra à disposition des sacs de graviers pour les citoyens résidents aux abords des rues principales et dans les villages isolés. Les autoroutes, les rues, les devantures de magasins et d'écoles seront régulièrement désenneigées et sablées. Pour ce travail permanent, tous les employés communaux des comtés pourront être réquisitionnés mais aussi les citoyens résidant en des lieux difficilement accessibles ou trop reculés. Pour Peter Box, le porte parole du cabinet des transports et de l'économie de l'association des gouvernements locaux : " faire en sorte que le pays continue de fonctionner normalement ne sera possible qu'au prix d'un effort communautaire".  Les comtés sont donc sur le pied de guerre pour que les difficultés connues il y a deux ans ne se reproduisent plus.

Cependant, ces annonces d'Exacta Weather et de The Weather Channel sont faites avec une avance de plusieurs mois et on peut remettre en question leur fiabilité, car, par deux fois, on avait annoncé des étés caniculaires et des hivers rigoureux qui s'étaient avérés tout à fait normaux voire beaucoup plus doux que ce que laissaient penser les prévisions. Ces déconvenues amènent de plus en plus de responsables politiques à prendre les conclusions météorologiques avec des pincettes quitte à - si elle s'avèrent exactes - se préparer à l'orage à la toute dernière minute. 

Atlantico a interrogé Louis Bodin, météorologiste et co-présentateur météo sur TF1 et rédacteur en chef du service météo de RTL où il présente dix bulletins journaliers. Il y anime également une chronique hebdomadaire sur le nautisme ainsi qu'une émission sur l'environnement intitulée "Elément Terre" (pendant les périodes de vacances) qu'il a toutes deux conçues.

Atlantico : Les prévisionnistes saisonniers anglais ont annoncé que les intempéries de ces dernières semaines et la chute des températures étaient le premier assaut de l'hiver le plus froid du siècle. Peut-on leur faire confiance ?

Louis Bodin : Je pense que, pour l'instant, on ne peut pas faire confiance à ces prévisions saisonnières. Je pratique depuis maintenant une dizaine d'années, on essaie d'avoir des résultats et on y arrive mais ce travail appartient encore à la recherche des grands services météo qui, s'il doivent bien travailler sur ces prévisions et être capable de dire quel temps il fera à l'horizon des deux à quatre mois, doivent aussi garder leurs conclusions confidentielles et ne les divulguer au grand public que quand leur fiabilité sera suffisante. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, les météorologues estiment que l'hiver pourrait être rigoureux ou encore plutôt doux, comme l'annonçaient les dernières prévisions saisonnières françaises alors que les anglais semblent se prononcer pour un hiver très froid. Pourquoi pas, mais je crois qu'il est imprudent de l'annoncer un ou deux mois à l'avance, voire un peu présomptueux. Malheureusement, nous n'avons pas une fiabilité, une connaissance suffisante pour pouvoir diffuser une information aussi tranchée surtout quand on sait qu'elle implique une mauvaise nouvelle. Un froid aussi rigoureux aura un impact important sur la population et l'économie d'un pays.

Il faut donc nuancer les prévisions saisonnières, mais peut-on tout de même annoncer les grandes tendances ? Et que nous disent-elles de l'hiver français cette année ?

Ce que je peux dire prudemment, c'est que cette année au moins nous avons vécu un véritable automne, toutefois, je ne sais si c'est le signe qui nous permettra de dire que cet hiver sera un véritable hiver. Quoiqu'il en soit cet automne, nous avons eu un retour de la pluie avec un peu de froid mais pas pour autant de grand froid, car généralement quand celui-ci arrive un peu trop tôt en novembre c'est aussi le signe d'un redoux pour les mois suivants. Ca n'a pas été le cas cette année, les températures baissent progressivement, ces jours-ci nous vivons une première offensive hivernale avec l'arrivée du mois de décembre, mais rien de plus normal. Il y a eu les premiers flocons en plaine, de l'air un peu plus froid est prévu pour la semaine prochaine mais rien d'anormal là non plus. Ces facteurs nous permettent donc de dire que tout le système qui se met en place dans l'hémisphère nord montre que l'air froid arrive progressivement, s'installe et cela est le signe que l'on pourrait avoir un hiver relativement froid avec probablement des épisodes de neige un peu plus fréquents en plaine et avec des phases de froid un peu plus intense que l'on vit régulièrement entre janvier et février.

Tous ces éléments sont des conclusions climatologiques simples, c'est-à-dire des moyennes, mais je n'ai aucun élément tangible, incontestable qui me permet de dire qu'à coup sûr, il y a aura une vague de froid en janvier ou en février. En revanche, nous pouvons dire que suite à un automne normal, nous ferons face à un hiver rigoureux, ou en tous les cas, dans des valeurs de saison.

Le fait de prendre les prévisions avec autant de précautions, peut-on penser que c'est en raison d'un temps devenu de plus en plus difficilement prévisible ?

Au contraire, grâce à l'évolution des technologies et des satellites, on appréhende le temps un peu mieux. On a une meilleure connaissance du temps qu'il fait, et on sait pourquoi telle situation est arrivée. Donc nous sommes en progrès. Avant, on voyait des situations mais sans comprendre pourquoi elles s'étaient produites. On peut maintenant faire des prévisions à six ou sept jours avec une fiabilité intéressante, mais se propulser au-delà c'est rentrer dans l'inconnu et dans le domaine de l'expérimentation. Je prends pour exemple tous ceux qui ces derniers mois se sont confrontés à la prévision saisonnière et qui n'ont pas eu de chance, en effet c'est toujours tombé à côté. L'été dernier était prévu assez chaud, il a finalement été plutôt moyen, l'automne quant à lui, devait être assez doux avec même quelques caractéristiques de l'été indien, mais il est arrivé assez vite de la pluie, ce qui a été une bonne nouvelle pour les nappes phréatiques. Il faut donc rester plutôt prudent sur les prochains mois.

Ces prévisionnistes qui s'aventurent à annoncer leurs tendances de façon très franche décrédibilisent le travail qui est fait tous les jours ?

J'en suis convaincu et je suis même un peu fâché contre les prévisions saisonnières car quand j'ai commencé la météo, il y a un peu plus de 25 ans, nous avions très peu de fiabilité. On accordait donc peu de sérieux à cette science. Je me rappelle que quand je disais ce que je faisais dans la vie, les gens doutaient que ce puisse être un métier. Aujourd'hui nous avons gagné cette crédibilité, cette fiabilité, et on peut le constater tous les jours auprès des téléspectateurs qui s'informent et quand on voit que les prévisions à moyen terme se confirment. Ce serait dommage de tout gâcher avec ces prévisions à très long terme qui ne sont pas fiables et décrédibilisent la matière et la science météorologique.

Propos recueillis par Priscilla Romain

 


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mani
- 04/12/2012 - 14:58
@michelcollin
"Le dicton "s'il pleut à la Saint Médard, il pleuvra 40 jours plus tard" se vérifie encore maintenant."
.
Un énorme LOL !!!
MichelCollin
- 04/12/2012 - 12:49
Pourquoi pas ?
Il suffit de comparer une combinaison d'événements climatiques avec ceux d'autres époques. S'il y a similitude, il y a de fortes chances pour que la suite soit elle aussi similaire…
Le dicton "s'il pleut à la Saint Médard, il pleuvra 40 jours plus tard" se vérifie encore maintenant. Il s'agit pourtant d'une prévision à 40 jours !…
chi_lo_sa
- 04/12/2012 - 12:20
la météo en Angleterre
Si on voit Tower Bridge à 1 kilomètre, çà veut dire qu'il va faire mauvais temps. Si l'on ne le voit pas, c'est qu'il fait mauvais temps