En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
La circulaire sur les étrangers en situation irrégulière présentée mercredi par le ministre de l'Intérieur assouplit les conditions de régularisation mais n'entraînera pas de hausse des titres de séjour.
Dossier épineux
Directive Valls : l'immigration intelligente est-elle vraiment meilleure que l'immigration choisie ?
Publié le 29 novembre 2012
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a publié mercredi une circulaire qui fixe les nouvelles règles de régularisation des clandestins en France.
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur.Il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet et Sylvain Saligari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur.Il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a publié mercredi une circulaire qui fixe les nouvelles règles de régularisation des clandestins en France.

Pendant la campagne présidentielle, François Hollande a mis en avant la mise en place d'une "immigration intelligente". Que signifie cette formule? Quelles sont les différences entre celle-ci et "l'immigration choisie" du gouvernement précédent ? 

Maxime Tandonnet : Qui pourrait être contre une « immigration intelligente ? » Tout le monde peut s’y retrouver mais le concept est neutre sur le fond. L’idée d’immigration choisie vise, en revanche, à rendre à l’Etat le pouvoir de décider quels migrants il souhaite accueillir sur le territoire français, dans quelles conditions et surtout quel volume.

Une grande opération de régularisation va être lancée par Manuel Valls. A quoi celle-ci correspond-elle ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? 

Quelques opérations ponctuelles de régularisations sont parfois inévitables sur des dossiers individuels, pour de raisons humanitaires, en faveur  de personnes malades par exemple ou de familles avec des enfants qui sont depuis très longtemps sur le territoire français. Cependant, toute opération collective de régularisation, annoncée par avance, est un constat d’échec pour l’Etat. Elle récompense des personnes qui ont bafoué les lois de la République. Elle consacre l’incapacité des pouvoirs publics à faire respecter les règles sur l’entrée et le séjour et à maîtriser le flux migratoire. D’ailleurs, le pacte européen pour l’asile et l’immigration, signé par 27 pays à l’initiative de la France en 2008, engageait les gouvernements à la prudence envers les opérations de régularisation collective. Leur inconvénient tient au risque d’être interprétées comme un signal d’ouverture et de susciter de faux espoirs à des centaines de millions de personnes qui vivent dans la misère, le désœuvrement et ne rêvent que d’émigration. L’Italie et l’Espagne ont été victimes de ce phénomène à une échelle massive.

Revenons-en au projet sur l'immigration de Manuel Valls. Quel est-il réellement et comment se différencie-t-il des politiques des gouvernements précédents sur le plan de l'action et des chiffres ?

Au niveau du discours, la différence n’est pas évidente: la ligne exprimée reste celle de la fermeté et d’une immigration maîtrisée. Mais ce qui importe, c’est la pratique de la politique migratoire et pas seulement le discours : quelle efficacité dans le contrôle des frontières ? Quelle rigueur dans la délivrance des visas, des titres de séjour et la mise en œuvre effective des mesures de reconduite à la frontière des migrants en situation irrégulière ? Il est trop tôt pour en faire un bilan.

Manuel Valls a également décidé de supprimer les fameux QCM à propos de la culture française en mettant en avant le fait qu'on ne devient pas français en cochant des cases. Quid de l'intérêt d'une mesure comme celle-là et de sa suppression ? 

L’essentiel est de s’assurer de l’attachement réel à la France d’une personne qui demande la nationalité française et de l’authenticité de sa démarche. Cet examen sur QCM avait un caractère quelque peu superficiel et inadapté. Le véritable critère à prendre en compte tient au comportement de cette personne dans sa vie quotidienne et les efforts accomplis pour se fondre dans la communauté nationale. Le nombre de naturalisations accordées importe peu en soi. Ce qui compte, c’est de s’assurer que le candidat à la nationalité accepte les lois et les valeurs du pays et fait sienne l’identité de la France en la plaçant au-dessus de toute autre allégeance. Une grande exigence à cet égard est indispensable.

L'immigration est-elle toujours une chance pour la France ? Le contexte actuel de notre pays (démographique, politique, social, économique) nous permet-il d'aborder la question de l'immigration de la même façon que par le passé ?

La question du bilan global de l’immigration sur plusieurs décennies est complexe. Des générations de migrants se sont parfaitement intégrées, par les études, le travail, l’amour de la France. Mais en parallèle, des flux migratoires excessifs et mal gérés ont engendré des tensions dramatiques : des millions de personnes vivants dans les cités ghettos qui ont engendré l’exclusion, la révolte, le repli identitaire, la fragmentation du pays.  Grosso-modo, la France reçoit chaque année environ 200 000 migrants. Dans un pays qui compte 3,1 millions de chômeurs, ce chiffre est évidemment très excessif. L’idée « d’immigration zéro » n’est certes rien d’autre qu’un slogan politicien impraticable puisqu’elle reviendrait par exemple à interdire les mariages mixtes, y compris sincères et authentiques et à renoncer à l’accueil de personnes réellement victimes de persécutions dans leur pays. En revanche, en dehors de ces quelques exceptions, il convient aujourd’hui d’imposer un strict plafonnement de l’immigration. Pendant sa campagne électorale, Nicolas Sarkozy voulait diminuer le flux migratoire de moitié.

La prise en compte actuelle de l’immigration par l’opposition de droite vous paraît-elle satisfaisante ?

Non car elle oscille entre l’exploitation politicienne de ce sujet et la crainte narcissique de la « diabolisation ». Les Français attendent un projet clair et cohérent plutôt que des polémiques suivies de silences honteux.  Le comportement de l’opposition, sur ce sujet qui préoccupe viscéralement les Français, y compris les Français issus de l’immigration, est incompréhensible, fait le lit des extrêmes et du rejet de la politique. Pour moi, la référence idéale dans ce domaine est le programme concret de Nicolas Sarkozy aux présidentielles de 2012. Son échec fut une chance perdue de transformer en profondeur le paysage migratoire français.

Quel conseil pourriez-vous donner au gouvernement actuel ?

Outre ce que je viens de dire, il me semble indispensable de relancer la politique de gestion de l’immigration en amont, avec les pays sources, comme nous avons tenté de le faire à travers une vingtaine d’accord de gestion de l’immigration. C’est un chantier extrêmement compliqué et difficile mais il est indispensable d’y croire. Il faut refondre totalement notre aide au développement, en mobilisant les 8 milliards d’euros qui y sont consacrés à la création d’emplois dans les pays sources. Je crois aussi qu’il faut continuer à faciliter la circulation tout en limitant l’immigration.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
03.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
04.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
joris24r
- 04/12/2012 - 10:21
UN EXEMPLE parmi tant d'autres
Ma fille de 19 ans n'a pu obtenir une formation en BP elle n'a droit à rien, Je lui ai conseillé de perdre ses papiers et de baragouiner en russe ou autre malheureusement elle est blanche peut etre va t elle arriver à avoir une nouvelle identité et surtout des droits CMU ATA RSA AME ALLOCS TICKETS D'ACHATS EDF LOYERS PAYES TRANSPORTS GRATUITS ETC .....
joris24r
- 04/12/2012 - 10:15
LES SOCIALISTES
Font juste rentre en France leur futur èlectorat PITOYABLE
joris24r
- 04/12/2012 - 10:13
L'immigration intelligente
Pour ça c'est nouveau la plupart n'ont meme pas le niveau "maternelle" on nous prend vraiment pour des cons