En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 9 heures 32 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 10 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 17 heures 50 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 11 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 18 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 9 heures 52 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 11 heures 54 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 14 heures 48 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 17 heures 32 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 1 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 18 heures 53 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 18 heures 57 min
© DR
Le festival de dessins de presse "L'Hérault Trait Libre" se tient samedi et dimanche à Montpellier.
© DR
Le festival de dessins de presse "L'Hérault Trait Libre" se tient samedi et dimanche à Montpellier.
RIP

Quel avenir pour le dessin de presse à l'heure de la crise de la presse écrite ?

Publié le 17 novembre 2012
Le festival de dessins de presse "L'Hérault Trait Libre" ouvre sa première édition à Montpellier ce weekend.
Guillaume Doizy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Doizy est écrivain, auteur d’ouvrages sur la caricature (le dernier chez Flammarion en collaboration avec l’humoriste Didier Porte, Présidents, poil aux dents ! – 150 ans de caricatures présidentielles)Il est fondateur du site...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le festival de dessins de presse "L'Hérault Trait Libre" ouvre sa première édition à Montpellier ce weekend.

Atlantico : Le festival de dessins de presse L'Hérault Trait Libre ouvre sa première édition à Montpellier ce weekend. Le dessin de presse est-il sur le déclin ?

Guillaume Doizy : Si l’on parle de satires visuelles en général, on ne constate pas de déclin. Par contre il est vrai que le dessin de presse, lié à la presse écrite historiquement depuis le 19ème siècle, éprouve des difficultés dans le monde entier. Il y a deux raisons à cela. La première est que la presse écrite est elle-même en déclin, sauf dans les pays émergents. La seconde raison réside dans la frilosité des rédacteurs en chef qui ont du mal à assumer le caractère polémique et provocateur du dessin de presse.

Ce déclin a démarré avant les polémiques autour des caricatures du prophète Mahomet. Aux États-Unis par exemple, on a constaté une baisse importante du nombre des dessinateurs salariés dans les journaux depuis longtemps. Il est vrai que les réactions autour des caricatures de Mahomet n’ont pas aidées. Nous sommes dans une période où le public réagit assez vertement aux dessins de presse, même quand cela ne touche pas la religion. Le public se sent investit d’une mission de commentaires sur les dessins et cela inquiète les rédacteurs en chef.

Avez-vous remarqué une évolution particulière dans le dessin de presse ces dernières années ?

La nouveauté réside dans le rapport à l’actualité. Avant Internet, le dessinateur qui travaillait dans un quotidien, réagissait à l’actualité avec un petit décalage. Depuis l’arrivée d’Internet, il y a quotidiennement des centaines de dessins qui sont mis en ligne quelques minutes à peine après que les événements soient commentés par les agences de presse. Nous sommes à l’ère de l’ultra réactivité, comme des chaines d’information en ligne, il existe désormais des dessinateurs d’info en ligne. Je pense notamment au dessinateur Chimulus qui est toute la journée derrière son ordinateur, et qui met en ligne, heure par heure, des dessins.

Il semble que les dessinateurs de presse soient en majorité à gauche. Comment l’expliquez-vous ? Existe-t-il beaucoup de dessinateurs de droite ?

Aujourd’hui les dessinateurs, autant dans les journaux satiriques que dans les journaux généralistes qui font du dessin de presse, ont en majorité une sensibilité de gauche. Ce n’était pas le cas il y a 30 ans. On pouvait voir alors des dessinateurs comme Jacques Faizant, Calvi et même Pierre Pinatel, dessinateur d’extrême droite dont on retrouvait les dessins dans Minute. Sous le général de Gaulle, la presse d’extrême droite anti-gaulliste était très vivace. Dans les années 1930, c’était la même chose, les dessinateurs d’extrême droite tenaient le haut du pavé.

Pourquoi il y a moins de dessinateurs de droite aujourd’hui ? Le Figaro, par exemple, a eu des problèmes avec Jacques Faizant. Le journal voulait se recentrer mais le dessinateur s’y refusait. Il s’est alors vu refuser nombre de dessins, sur la peine de mort notamment. Le Figaro a mal digéré cette fin avec Jacques Faizant et n’a pas trouvé nécessaire de persévérer. Le jour où Plantu arrêtera de dessiner au Monde, vu les difficultés économiques des journaux, il n’est pas sûr qu’ils reprennent un dessinateur en Une. A gauche comme à droite, les dessinateurs dans les quotidiens vont se faire rares.

De plus, il y a en ce moment une certaine réticence de la part des électeurs de droite à voir des dessins qui utilisent des moyens qu’ils peuvent considérés comme outrageants. La caricature de droite et la caricature de gauche n’utilisent pas les mêmes procédés, le même langage. La caricature de gauche n’hésite pas à utiliser la nudité, voire même la scatologie. La droite aura plus de réticences, il y a un côté un peu immoral.

Comment le dessin de presse s’est-il adapté aux nouvelles technologies ?

Dès l’apparition de l’Internet grand public, les grands journaux se sont dotés de sites. Les dessinateurs, très intéressés, se sont mis en ligne. Certains sites ont publié des dessins quotidiennement, d’autres plus périodiquement. Les nouvelles technologies ont accueilli assez rapidement les dessins de presse.

Cependant, il existe deux problèmes. Le premier est que les visites ne sont pas tellement aux rendez-vous. Les sites sur lesquels il y a beaucoup de dessins ne sont pas particulièrement visités. Ensuite, on voit bien que le modèle économique n’y est pas. Un certain nombre de sites, ou de dessinateurs ont proposé des applications iPhone. Je pense notamment à Aurel, un dessinateur de Montpellier très renommé qui a lancé une application de ce type qui n’a pas trouvé son public. On pourrait dire que les gens ne veulent pas payer pour du dématérialisé, sauf que les sites gratuits ont également des audiences assez modestes. Aux États-Unis, les applications iPhone sont gratuites, ce n’est pas pour cela qu’elles sont populaires.

Nous sommes dans une période où le dessin figé attire moins que l’humour parlé, comme celui des Guignols de l’info par exemple. Le média le plus populaire est de loin la télévision. Hors de ce cadre-là, la satire a beaucoup de mal à exister.

Le "gif" (Graphics Interchange Format), couramment utilisé sur la toile, n’apparait-il pas comme un bon compromis entre le dessin figé et la vidéo ?

Justement, quand Internet est apparu, ceux qui réfléchissent un peu à l’évolution du dessin de presse, se sont dit que le gif pouvait représenter un renouvellement possible du dessin de presse. Il y a un certain nombre d’appellations, aux États-Unis on parle d’ "animation sketch". Un certain nombre de dessinateurs se sont lancés. Finalement, ça n’a pas pris, ce type d’animation s’est très peu répandu. Les journaux ne veulent pas payer pour le travail fourni. Une animation, cela nécessite beaucoup plus de travail qu’un dessin unique et cela coûte cher.

Aujourd’hui, il n’y a pas de remèdes miracles. Tout ce qui a un côté dessiné, plait moins que ce qui est filmé, plus réaliste. Il suffit de regarder les cartons d’audience de l’émission "Après le 20h, c’est Canteloup " sur TF1. Le dessin est, j’en ai bien peur, un moyen de communication et d’information qui appartient au passé…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
triton95
- 18/11/2012 - 08:40
un avenir dans les blogs
https://triton95.wordpress.com/2012/11/15/hollande-parisot-le-medef-et-le-pacte-de-competitivite/

le dessin, la caricature, n'est pas facile à produire à la demande, il s'agit plutôt d'un choc entre deux images. Il y a très peu de place pour le dessin humoristique, l'image est polysémique, incontrolable, et les communicants l'évitent comme la peste, préférant un power-point. C'est un art sauvage, qui a un avenir sur internet, à travers le blog.