En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Beaucoup d'entrepreneurs se servent d'un business plan. Une erreur selon certains experts.
A jeter
Le business plan pour les entrepreneurs : à la poubelle !
Publié le 18 novembre 2012
Et si le fameux plan de financement chéri des entrepreneurs ne servait en fait à rien ? Louis Jacques Filion, Claude Ananou et Christophe Schmitt estiment qu'il ne suffit pas pour guider l’entrepreneur dans la préparation de ses activités entrepreneuriales. Extrait de "Réussir sa création d'entreprise sans business plan" (2/2).
Louis Jacques Filion est professeur titulaire et directeur de la chaire d'entrepreneuriat Rogers - J.-A.-Bombardier à HEC Montréal. Il possède une expérience diversifiée de la création d'entreprise.Claude Ananou est maître d'enseignement au service...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Louis Jacques Filion Claude Ananou Christophe Schmitt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Louis Jacques Filion est professeur titulaire et directeur de la chaire d'entrepreneuriat Rogers - J.-A.-Bombardier à HEC Montréal. Il possède une expérience diversifiée de la création d'entreprise.Claude Ananou est maître d'enseignement au service...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si le fameux plan de financement chéri des entrepreneurs ne servait en fait à rien ? Louis Jacques Filion, Claude Ananou et Christophe Schmitt estiment qu'il ne suffit pas pour guider l’entrepreneur dans la préparation de ses activités entrepreneuriales. Extrait de "Réussir sa création d'entreprise sans business plan" (2/2).

Depuis les années 1970, le business plan est devenu incontournable pour se lancer en affaires et obligatoire pour l’obtention de soutiens externes, via la rédaction de documents uniformes et planificateurs, propres aux grands groupes déjà établis. Les entrepreneurs sont ainsi amenés à planifier leurs actions de manière rigide et précise par l’utilisation du business plan, bien qu’ils doivent continuellement s’adapter aux incertitudes de l’environnement. Au final, on cherche trop souvent à structurer, formaliser et finaliser la réflexion préparatoire sur le projet entrepreneurial par le business plan. En quelque sorte, on peut considérer que le business plan a été greffé au milieu entrepreneurial.

[…]

L’activité entrepreneuriale relève de l’intuition, des émotions et de la création, c’est-à-dire de l’hémisphère droit du cerveau, tandis que le métier de gestionnaire est axé sur l’analyse, la rationalité, l’attribution de ressources, la planification, c’est-à-dire des fonctions rattachées à l’hémisphère gauche du cerveau. Le business plan ne constitue donc pas quelque chose de naturel pour un entrepreneur. Un bon créateur ne fera pas nécessairement un bon gestionnaire, tout comme un bon gestionnaire ne serait pas obligatoirement un bon créateur.

[…]

La conception, puis la mise en oeuvre d’une opportunité résultent d’une démarche constructive de l’entrepreneur, basée sur des éléments précis : son intuition, son profil et l’environnement dans lequel il évolue. Ainsi, chaque opportunité d’affaires représente une création unique. Or, recourir à un outil généraliste et uniforme, tel que le business plan, semble insuffisant, voire inadapté à des situations aussi particulières que la conception et le démarrage d’entreprise.

[...]

À bien des égards, rédiger un business plan équivaut à écrire une recette de cuisine : ni la recette ni le business plan ne pourront être suivis à la lettre, puisque quelques semaines ou mois plus tard, c’est-à-dire au moment où ils seront mis en œuvre, les conditions risquent d’avoir changé. Dans le cas de l’entrepreneur, il peut s’agir des conditions de l’environnement.

Les entrepreneurs, quelle que soit leur catégorie, développent des projets divers ; pourtant, ils doivent tous réaliser le même exercice : le business plan. Or, parce qu’il est standardisé, ce dernier limite la démarche entrepreneuriale du porteur de projet. S’il est important de guider les entrepreneurs et d’utiliser un support de communication entre les parties prenantes du projet, nous pou vons sérieusement nous interroger sur la pertinence du business plan à bien jouer ces deux rôles. En effet, il enferme trop souvent les entrepreneurs dans une structure rigide qui ne leur est pas naturelle. Cette logique de contrôle, plutôt que de créativité et d’innovation, ne motive pas les entrepreneurs et limite leur aisance à évoluer dans leur démarche et à communiquer sur leur projet.

De plus, le business plan représente un exercice long et contraignant qui peut amener les entrepreneurs à se déconnecter de la réalité pour concentrer leurs efforts et beaucoup de temps à la rédaction dudit document.

[…]

Le business plan ne permet pas de prendre en compte toutes les spécificités ni les imprévus d’un démarrage d’entreprise. Outil de gestion avant tout, le business plan ne suffit pas pour guider l’entrepreneur dans la préparation de ses activités entrepreneuriales. Il paraît alors nécessaire de favoriser la compréhension de l’évolution spécifique de chaque entrepreneur et des interactions de ce dernier avec son environnement. Il sera ainsi plus aisé de suivre, de guider et d’apprécier la création de l’opportunité d’entreprise. Pour cela, un soutien complémentaire ou remplaçant le business plan doit être envisagé dans le contexte qui est propre au démarrage d’entreprise.

__________________________________________________

Extrait de "Réussir sa création d'entreprise sans business plan", Ed. Eyrolles (novembre 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
06.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
07.
Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Européennes : François-Xavier Bellamy a exposé sa vision de l'Europe face à Nathalie Loiseau lors d'un débat organisé par l'Institut Montaigne
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Decebal
- 19/11/2012 - 00:19
Un bel exemple du snobisme pour le Franglais
Je suis aussi d'accord avec Jean Paul encore du Franglais. Et aussi la parfaite illustration du snobisme et de la bêtise ambiante. Le commerce "moderne" utilise l'anglais . Parler Français est indécent, trop ringard. donc pas efficace. Mais les 3/4 de ces méthodes ne servent que ceux qui les enseignent devant de béats élèves et dans les faits seul de grosses entreprises y trouvent un intérêt. Pour les autres du bon sens, rien que du bon sens et savoir qu'il ne faudra pas compter ses heures.

jean-paul
- 18/11/2012 - 23:23
ha! vous avez lu l'article sur le franglais?
"business plan" est ciblé dedans...je vous invite de le lire
http://www.atlantico.fr/decryptage/abuse-t-on-franglais-francois-appert-527977.html