En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 1 heure 36 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 2 heures 13 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 9 heures 53 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 10 heures 15 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 11 heures 29 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 1 heure 56 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 3 heures 58 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 5 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 6 heures 52 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 9 heures 35 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 10 heures 5 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 10 heures 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 11 heures 1 min
© Reuters
Matignon a exclu toute reprise des recherches sur l'exploitation des gaz de schiste préconisée par le rapport Gallois.
© Reuters
Matignon a exclu toute reprise des recherches sur l'exploitation des gaz de schiste préconisée par le rapport Gallois.
Fin des recherches

Principe de précaution - le retour : allons-nous vraiment commettre sur le gaz de schiste la même erreur que sur les OGM ?

Publié le 07 novembre 2012
Dans son rapport, Louis Gallois préconise de mener des recherches sur les techniques d'extraction du gaz de schiste. Une possibilité qui a été fermement écartée par le Premier ministre.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son rapport, Louis Gallois préconise de mener des recherches sur les techniques d'extraction du gaz de schiste. Une possibilité qui a été fermement écartée par le Premier ministre.

Atlantico : Matignon a exclu toute reprise des recherches sur l'exploitation des gaz de schiste préconisée par le rapport Gallois. Comment interprétez-vous cette décision ?

 

Philippe Crevel : C'est la confirmation d'un état d'esprit global que l'on constate depuis quelques temps : celui de la mise en place du principe de précaution à l'extrême. Aujourd'hui, on n'exploite plus et on ne recherche plus. On refuse donc même l'idée de rechercher des techniques moins polluantes pour extraire les gaz de schiste, si tant est que ce gaz soit aussi polluant qu'on nous laisse le penser, sachant que rien n'est aujourd'hui prouvé. D'autant plus que tout gisant pétrolier ou gazier peut engendrer des pollutions quel qu'il soit.

 

Pour aller au bout de cette logique, il faudrait donc interdire l'exploitation de tout gisement pétrolier en France, mais aussi il faudrait s'interdire toute importation de gaz provenant du gaz de schiste au nom d'une solidarité humanitaire vis-a-vis des populations qui pourraient être polluées par ceux-ci.

 

L'arrêt des recherches va être très préjudiciable à la France car le pays a beaucoup de connaissances en matière pétrolière et gazière grâce à des grandes firmes nationales. On peut imaginer qu'elles s'exileront à l'étranger pour continuer leurs recherches. D'autre part, cela peut aussi peser sur l'économie car certaines études prouvent que l'exploitation du gaz de schiste pourrait créer plusieurs dizaines de milliers d'emplois.

 

La France est-elle en train de commettre la même erreur stratégique que pour les OGM en se fermant aux possibilités d'avancées scientifiques ?

 

Je pense que c'est même plus grave que pour les OGM dans le sens où on ne peut pas faire de croissance sans énergie. Cette erreur qu'est en train de commettre le gouvernement peut toucher plus profondément l'économie de la France. On peut produire des biens agricoles sans OGM mais, bientôt, en matière de gaz et de pétrole, on aura impérativement besoin des schistes bitumineux. La France est en train de se mettre une, voire deux balles dans le pieds.

 

Il faut également savoir que la reprise américaine est en grande partie liée aux gaz de schiste, ce qui a permis au pays de réduire ses coûts énergétiques d'environ 20 %.

 

Le principe de précaution est-il devenue un paravent pour se fermer à la recherche et à l'innovation ?

 

C'est même pire que cela car la question des gaz de schiste est aujourd'hui traitée uniquement sous le prisme idéologique et politique. Il ne faut pas oublier que cela résulte simplement d'un accord électoral entre les Verts et le PS avant l'élection présidentielle.

 

Faire des recherches pour trouver des moyens d'exploiter le gaz de schiste d'une manière moins polluante ne mettait pas le moins du monde en danger l'environnement. On aurait pu invoquer le principe de précaution pour des recherches dans le but d'élaborer des techniques d'extraction. Mais dans ce cas, on va donc au-delà du principe de précaution en s'interdisant la recherche. C'est une négation pure et simple du progrès et de la science.

 

Si on suit cette logique, on peut aller très loin dans la réflexion en interdisant par exemple des recherches sur des virus dangereux au nom du risque que celles-ci pourraient causer.

 

Au moment où on parle de compétitivité, le fait de s'interdire de faire des recherches pour améliorer des techniques est assez irrationnel.

 

Risquons-nous de prendre un grand retard par rapport à d'autres pays, notamment face aux Etats-Unis ?

 

Bien sûr. Comme on l'a constaté sur les OGM ou sur les embryons, on risque de tuer un pan complet de la recherche, en l’occurrence sur l’énergie. C'est d'autant plus risqué que c'est un secteur qui se développe très rapidement et qu'un arrêt pourrait engendrer une fuite des chercheurs à l'étranger, ce qui représenterait une perte sèche pour la France.

 

Propos recueillis par Celia Coste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
luc.b
- 08/11/2012 - 13:28
@ Djamar Quelques sources.
Bloomberg : Fracking’s Toll on Pets, Livestock Chills Farmers
http://www.bloomberg.com/news/2012-02-08/fracking-s-toll-on-pets-livestock-chills-pennsylvania-farmers-commentary.html

Foxnews : Study ties oil, gas production to Midwest earthquakes
http://www.foxnews.com/us/2012/04/08/study-ties-oil-gas-production-to-midwest-earthquakes/#ixzz2BdJ74QaT

Lemonde : Aux Etats-Unis, l'eau manque pour permettre la fracturation hydraulique
http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/08/23/etats-unis-l-eau-manque-pour-permettre-la-fracturation-hydraulique_1749008_3244.html

Djamar
- 08/11/2012 - 10:01
@ luc B
On peut avoir les autres références, parce que celle de Michelle Bamberger et Robert Oswald n'est pas convaincante.
luc.b
- 07/11/2012 - 17:18
Les animaux meurent à cause des gaz de schiste.
La fracturation hydraulique est une catastrophe.
- Dans une étude, les vétérinaires Michelle Bamberger et Robert Oswald ont décrit les conséquences sur le bétail avec des centaines de morts.
- Il y a de plus de tremblements de terre de magnitude supérieur à 3 dans les régions qui utilisent fracturation hydraulique. 6 fois plus que dans les années 70.
- Dans certains régions, Colorado, texas, avec la sécheresse, l'eau commence à manquer pour permettre la fracturation hydraulique.