En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

La grande faucheuse porte des jeans...

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 3 heures 54 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 7 heures 2 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 9 heures 12 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 10 heures 35 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 11 heures 36 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 11 heures 36 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 6 heures 58 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 7 heures 7 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 8 heures 21 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 11 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 11 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 20 heures 5 min
Renouveau

Le nouveau Président chinois va-t-il remettre en jeu l'équilibre de l'Asie ?

Publié le 08 novembre 2012
Les plus hauts dirigeants chinois étaient réunis jeudi pour préparer le 18è congrès du Parti communiste chinois (PCC), qui doit officialiser la semaine prochaine la passation de pouvoir entre le président Hu Jintao et son successeur Xi Jinping.
Pierre Picquart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Picquart est docteur en Géopolitique de l’Université de Paris-VIII, spécialiste en Géographie humaine, expert international, et spécialiste de la Chine.Il a rédigé notamment La Chine dans vingt ans et le reste du monde. Demain, tous chinois ?...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les plus hauts dirigeants chinois étaient réunis jeudi pour préparer le 18è congrès du Parti communiste chinois (PCC), qui doit officialiser la semaine prochaine la passation de pouvoir entre le président Hu Jintao et son successeur Xi Jinping.

Atlantico : Les plus hauts dirigeants Chinois étaient réunis jeudi pour préparer le 18è congrès du Parti communiste chinois, qui officialisera la semaine prochaine la passation de pouvoir entre le président Hu Jintao et son successeur Xi Jinping, qui devrait prendre la tête du pays en mars. Doit-on s'attendre à un changement d'orientation politique ?

Pierre Picquart : La politique chinoise est un petit peu comme un immense paquebot qui suit sa route et sa trajectoire, à savoir une politique de réformes entamée depuis plusieurs dizaines d’années et qui se poursuit au rythme des différents dirigeants. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura pas une sorte de nouveau souffle au regard d’une équipe nouvellement constituée. Mais on ne devrait pas voir de brusque changement de la politique chinoise, tant au regard de sa politique intérieure que de sa diplomatie et de ses relations internationales.

Le futur Président n’a pas de divergence idéologique majeure avec le Président actuel Hu Jintao. Cependant, la personnalité des hommes joue et celle du vice-président est encore très mal connue en Chine. On peut donc s’attendre à quelques touches personnelles données par le nouveau Président, comme d’ailleurs au mois de mars par le futur nouveau Premier ministre chinois.

Depuis la nouvelle Constitution chinoise, on a toujours remarqué que les changements de Président et de Premier ministre en Chine, n’ont jamais donné lieu à des bouleversements. Cependant, ils marquent le début d’une nouvelle ère de transformations aux yeux des Chinois.

Le nouveau Président devra faire face à de nombreux défis. La colère monte au sein du peuple chinois, irrité par la crise, la corruption et les problèmes sociaux. Est-ce l'occasion pour le Parti communiste de desserrer son emprise pour assurer la stabilité du pays ?

Ce qui est essentiel en Chine, c’est la politique de réformes. Certes, il y a des résistances à l’intérieur au niveau de certaines provinces, car le pouvoir ne se partage pas toujours. Mais selon les déclarations de Hu Jintao, l’essentiel est la politique de réformes. Quid de cette politique ? Va-t-elle continuer ? Sera-t-elle audacieuse, au regard de l’environnement, au regard d’une nouvelle démocratie à la chinoise ? On peut l’imaginer et on peut l’espérer.

L’affaire Bo Xilai est une véritable affaire d’Etat qui n‘a pas fini de faire parler d’elle. Bo Xilai est un dirigeant du Parti Communiste Chinois accusé d’avoir tué un diplomate, sa femme a été condamnée et il a été exclu du parti.

Au sujet du mécontentement du peuple chinois, il faut être très clair. Le peuple chinois a tout à fait conscience d’avoir fait un bond prodigieux vers une meilleure qualité de vie, y compris dans les campagnes et bien que toutes les classes sociales n’en aient pas profité. Mais dans le même temps, l’écart entre les plus pauvres et les plus riches s’est accru, bien que les plus pauvres vivent beaucoup mieux qu’il y a 5 ou 10 ans. De plus, une forme de démocratie s’est installée : la parole s’est libérée depuis quelques années et aujourd’hui les Chinois s’expriment.

Il sera donc dans l’intérêt du futur Président, et surtout du futur Premier ministre, qui va diriger les affaires intérieures, d’être à l’écoute des revendications du peuple chinois. Ces revendications ne sont pas idéologiques, il ne s’agit pas de demandes abstraites de plus ou moins de liberté. Ce qui est important pour les Chinois, c’est de bien manger, d’avoir des crèches, des hôpitaux. Ils veulent des choses concrètes.

La Chine devra garder son unité de politique nationale, tout en conservant une économie libérale et en menant une politique sociale. Si les 10 dernières années, et même les 40 dernières, ont été relativement favorables à la Chine, le pays a aujourd’hui de nombreux challenges à relever.

Au-delà des futurs Président et Premier ministre, ce qui est important ce sont les équipes qui sont derrière, dans les administrations. La Chine se développe énormément au niveau de ses universités, de ses centres de recherche, de ses écoles, des cadres, des dirigeants, des techniciens qui font partie des plus performants au monde. Ne nous faisons pas de soucis pour la gestion de la Chine. Sauf accident de politique ou accident de l’Histoire, la Chine a suffisamment d’ingénieurs, de techniciens et de gens capables dans tous les domaines pour que le pays poursuive sa route.

Quels changements sont à prévoir au sein de l’équilibre asiatique ? S'exprimant à l'ouverture d'une réunion de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean) en septembre, le vice-président Xi a exprimé sa volonté de résoudre pacifiquement les conflits diplomatiques qui opposent la Chine et ses voisins.

La Chine a trois priorités : la stabilité de sa politique intérieure, le progrès économique et social de sa nation, et sa diplomatie. Il s’agit, tout en menant une diplomatie multilatérale, d’éviter les coalitions antichinoises.

Il faut noter qu’au cours de l’Histoire, la Chine n’a jamais fait de guerre à l’étranger. Elle a toujours cherché à assurer une paix régionale. Ce sommet Asean fait partie des différents partenariats entre la Chine et l’Asie qui favorisent la paix et la prospérité des différentes régions. Car les conflits sont nombreux. Il n’y a pas que le conflit des îles Diaoyu entre la Chine et la Japon, il y a aussi des conflits territoriaux très anciens avec le Vietnam, la Russie, l’Inde. La Chine ayant de nombreux voisins, les différents sommets sont l’occasion de réunir les différents partenaires et d’essayer de régler les contentieux frontaliers et les problématiques économiques. De par son Histoire et sa culture, la Chine ne mènera pas une politique agressive à l’extérieur.

Mais la Chine ne se laissera pas marcher sur les pieds. Maintenant qu’elle est devenue une grande puissance mondiale, elle se permet de tenir des positions fermes sur certains dossiers.

La Chine a ses "susceptibilités" et le peuple chinois est très attaché à des îlots dont l’intérêt économique est assez faible. Dans le cas des iles Diaoyu je parlerais même de bouts de cailloux. Il s’agit davantage de symboles, en réaction à l’évasion pour laquelle le Japon ne s’est jamais excusé. Les tensions persistent entre les deux pays, dans un climat de tensions nationalistes exacerbées. L’Asean permet de calmer les choses et de trouver des terrains d’entente.

Xi Jinping parviendra-t-il à réformer le modèle économique chinois fondé sur l’exportation, et à l'orienter vers une moindre dépendance des ventes à l’étranger ?

C’est vrai, l’impact de la crise économique mondiale qui a démarré en 2007 a été très important pour la Chine. Mais qu’a-t-elle fait ? Elle a tout de suite anticipé. Elle a vu arriver cette crise financière en provenance des Etats-Unis et elle a tout de suite investi énormément dans les nouvelles technologies.

La Chine a pris conscience qu’elle ne pouvait plus se contenter d’être l’usine du monde, mais qu’elle devait également se tourner vers son propre territoire. Aujourd'hui, la Chine est un pays en plein développement capable de partir a la conquête de son immense territoire. La Chine n'a pas besoin de faire la guerre : elle a des régions entières à conquérir à l'Ouest de son propre territoire.

Ce sera le rôle du Premier ministre. Il devra poursuivre la réorientation de l’économie vers l’intérieur du pays, vers une croissance toujours soutenue de l'ordre de 7% et continuer les réformes sociales pour assurer au niveau national des ceintures de sécurité minimum au niveau de la retraite et de la santé.

Dans la perspective du sommet ASEM 9 qui commence lundi, les relations entre la Chine et l'Europe, et plus spécifiquement la France, vont-elles évoluer ?

Après quelques bourrasques à l’époque des Jeux olympiques de Pékin, nous entrons dans une nouvelle phase de relations entre la Chine et la France, qui seront plus favorables. Les orientations actuelles de la diplomatie chinoise comme de la diplomatie française sur certains dossiers sont identiques. Les deux nations sont des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU. Il y a bien évidement des divergences, mais sur le terrain de la crise économique, de l'environnement, de la sécurité alimentaire, de la mise en œuvre de la paix, les relations entre le Chine et la France devraient connaître des jours relativement propices.

Si ces dix dernières années ont marqué l'arrivée de la Chine en tant que deuxième puissance économique mondiale, tout laisse à penser que le mandat du futur Président chinois verra le pays s'affirmer comme la première puissance mondiale.

Propos recueillis par Julie Mangematin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires