En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
L'immigration asiatique dans son ensemble représente aujourd'hui une communauté variée et disparate d'un million de personnes sur le territoire français
Boîte de Pandore

Unes des hebdos, affiches dans le métro... l’islam est omniprésent, mais qu’en est-il des Asiatiques, cette autre immigration majeure et silencieuse ?

Publié le 15 novembre 2012
La France : terre d'accueil. Le débat sur l'intégration culturelle, à son paroxysme, ne se concentre que sur les communautés africaines, maghrébines ou venant d'Europe de l'Est. Alors que l'islam est omniprésent dans les médias, en parallèle, les communautés asiatiques s'implantent silencieusement et efficacement.
Pierre Picquart est docteur en Géopolitique de l’Université de Paris-VIII, spécialiste en Géographie humaine, expert international, et spécialiste de la Chine.Auteur d’une thèse de doctorat en 1999 et de nombreux travaux sur la Chine contemporaine et le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Picquart Stéphane Quéré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Picquart est docteur en Géopolitique de l’Université de Paris-VIII, spécialiste en Géographie humaine, expert international, et spécialiste de la Chine.Auteur d’une thèse de doctorat en 1999 et de nombreux travaux sur la Chine contemporaine et le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France : terre d'accueil. Le débat sur l'intégration culturelle, à son paroxysme, ne se concentre que sur les communautés africaines, maghrébines ou venant d'Europe de l'Est. Alors que l'islam est omniprésent dans les médias, en parallèle, les communautés asiatiques s'implantent silencieusement et efficacement.

Atlantico : Les populations asiatiques, surtout chinoises, semblent se fondre dans la société et l’économie française en toute discrétion. Comment expliquer ce phénomène et quelle forme prend-il, alors même que le débat sur l’immigration et l’intégration culturelle est en France un sujet récurrent ?

Pierre Picquart : Le principal élément à prendre en compte est la forte influence des courants de pensée asiatiques que sont le taoïsme, le bouddhisme ou encore le confucianisme qui sont des philosophies peu revendicatrices. Les Chinois par exemple, puisqu’il s’agit de la principale communauté asiatique implantée en France, ont une façon de gérer leurs rapports humains, personnels et collectifs, très différente de la notre. De ce fait, leurs caractéristiques d’intégration ne sont pas les mêmes que celles des autres vagues d’immigration. Ce sont des gens qui recherchent culturellement une forme de consensus social et qui ont eu un parcours migratoire long de 20 siècles, au cours duquel ils se sont adaptés à toutes les cultures. Il est donc logique que leur immigration provoque moins de phénomènes de violence, de cris et d’agitation sociale.

L'immigration asiatique dans son ensemble représente aujourd'hui une communauté variée et disparate d'un million de personnes sur le territoire français parmi lesquelles sont présents des Japonais, des Chinois évidemment, mais aussi des Vietnamiens ou des Pakistanais et des Indiens. Ces communautés, dont la plus importante est celle venant de Chine, sont réparties à travers tout le pays mais se sont développées autour de certains foyers communautaires historiques (ndlr : D'après l'Insee, l'arrivée de nouveaux natifs de Chine chaque année a doublé depuis 1998 et a atteint 80 000 personnes en 2008). On peut citer parmi eux le 13ème arrondissement de Paris et Belleville qui sont les berceaux historiques de cette immigration. Les populations sont également très présentes dans les Hauts-de-Sein et la Seine-Saint-Denis, et plus généralement dans toutes les grandes villes de France : Bordeaux, Lille, La Rochelle ou encore Marseille. Il n'y a presque plus aujourd'hui la moindre ville importante dans l'hexagone qui ne compte un commerce ou une entreprise dirigé par un un français issu de cette immigration. Il est important de préciser qu'au delà des communautés "traditionnellement" perçues comme asiatiques (chinoise, japonaise, vietnamienne, laotienne), la seconde immigration asiatique est celle en provenance de Turquie.

Si les immigrants asiatiques ont d'abord profité de l'exotisme de leur culture pour développer des commerces liés à celle-ci, ils ont rapidement su se diversifier pour prendre place dans d'autres secteurs d'activité. Se dirigeant initialement vers les commerces ne nécessitant pas une grande connaissance de la culture française, comme la gastronomie, pour s'intégrer rapidement, ils se sont ensuite tournés vers la création d'entreprises de services et de réparation. Parmi les éléments que les Chinois ont ramené en France avec eux, il y a la culture du travail et de la réussite. Bien qu'il soit légalement impossible de chiffrer cela, les grandes écoles françaises et les Universités sont remplies d'enfants d'immigrants chinois et probablement bien plus que de d'enfants issus d'autres communautés (ndlr : D'après une étude de l'Ined de 2010, 47% des garçons issus de la communauté asiatique française et 50% des filles sont diplômés du supérieur contre 37% de l'ensemble des femmes françaises).

La Chine a longtemps été un pays très pauvre et l’est encore en partie et si c’est aujourd’hui l’une des principales puissances financières du monde ce n’est pas un hasard. Les Chinois fonctionnent autour d’une cellule familiale puissante et solidaire, ainsi que grâce à une entraide communautaire omniprésente. Ils ont longtemps accepté d’être moins payés que ne le seraient des travailleurs français afin de pouvoir s’intégrer. La culture du travail et de la réussite est également un moteur essentiel de l’intégration chinoise. Ce n’est pas uniquement financier, les Chinois attachent beaucoup d’importance à la scolarisation de leurs enfants et au fait de leur permettre d’intégrer des formations universitaires prestigieuses. A la différence de la plupart des vagues d’immigration, les Chinois ont une stratégie d’intégration qui correspond à leur expérience migratoire.

Bien que ces communautés soient économiquement intégrées, le phénomène semble moins vrai sur le plan culturel ?

Pierre Picquart : Sur la question des valeurs et des traditions, la Chine est globalement située à l’opposé de l’Occident. Les codes sociaux sont complètement différents et tous les Chinois qui émigrent gardent toujours en eux une base culturelle chinoise qui ne disparaît jamais. C’est le cas de toutes les cultures qui s’exportent mais quand on est Chinois, on a 5 000 ans de culture qui nous suivent. Il est impossible de ne pas faire avec. Sur le plan artistique par exemple, la Chine n’est pas encore entrée dans la modernité. Bien que l’on parle de l’art contemporain chinois comme l’un des courant émergent, il reste en réalité assez élitiste et peu représentatif de la production artistique chinoise. Si vous parcouriez le pays de long en large, vous vous apercevriez qu’il s’agit surtout d’art traditionnel ou de choses d’assez mauvaise qualité cherchant simplement à reproduire l’art occidental. La Chine cherche encore son identité artistique contemporaine. Récemment, on a beaucoup parlé des Chinois qui copient les chanteurs coréens à succès issus de la mouvance K-pop mais cela est tout à fait naturel. La Chine est un pays encore très fermé, il faut lui laisser le temps de regarder ce qui se passe ailleurs avant de créer de la nouveauté.

Stephane Quéré : Le très fort communautarisme qui caractérise les populations asiatiques de France, et notamment les Chinois, permet l’établissement de véritables structures d’entraides qui ont facilité cette intégration. En revanche, la perméabilité très limitée de cette communauté provoque des violences et des rackets intracommunautaires pour lesquels il n’y a que très peu de plaintes mais dont on connaît l’existence.

Cette intégration efficace et silencieuse n’est-elle pas touchée par certaines dérives comme la prostitution, le travail illégal, les groupe de pression ?  

Pierre Picquart : Le travail illégal est effectivement assez courant dans les commerces chinois, notamment les restaurants. La misère humaine et l’exploitation existent partout. Dans la communauté chinoise mais aussi dans les communautés turque, indienne, africaines et toutes les autres, c’est intrinsèque au phénomène. La véritable problématique est que bien souvent les jeunes chinois qui viennent en France, qui ne parlent pas la langue mais qui sont très motivés par l’idée de travailler, ne savent même pas qu’ils sont dans l’illégalité. Il y a un véritable travail de communication à faire auprès de ces jeunes, dans leurs pays d’origine et en France, pour qu’ils comprennent que cela peut leur attirer de véritables ennuis. Cependant, ces jeunes essaient en général d’apprendre rapidement le Français pour améliorer leur condition et accéder à des métiers plus épanouissants.

Stéphane Quéré : Avant de parler des questions d’illégalité et de criminalité, il faut dire que l’immense majorité des immigrants d’origine asiatique sont des gens travailleurs et honnêtes. Cela n’a pourtant pas empêché l’apparition de certaines dérives. Il y a ce que l’on appelle une économie grise liée au fonctionnement interne de ces communautés, une tontine, une sorte de prêt communautaire avec des intérêts de 10% par mois. Parfois cela fonctionne sans taux auquel cas il se développe alors une relation de subordination. Autour de cela, se sont également développés des phénomènes de fraudes commerciales et fiscales, l’utilisation de faux documents notariaux « venant » de Chine et prouvant l’origine de certains capitaux utilisés pour racheter des commerces. Il existe également une économie noire liée à l’extorsion mais autour desquelles on constate peu de plaintes car les principales victimes des criminels asiatiques sont leurs propres communautés.

On ne peut cependant pas parler de mafia chinoise en France car une mafia est un réseau international, organisé et hiérarchisé. Les tristement célèbres triades chinoises ne sont pas implantées en France bien qu’il ne soit pas impossible qu’elles touchent leur part à un moment du système. En France, il y a plutôt un phénomène de gangs et de réseaux organisés, en particulier autour de gens issus de l’immigration vietnamienne qui contrôlent notamment des réseaux de drogues un peu partout en Europe. L’une des autres activités illégales liée aux communautés issues de l’immigration asiatique est la prostitution, particulièrement chez les Chinoises. Il faut différencier deux phénomènes, d’une part les marcheuses et d’autre part les salons de massage. Le premier reste assez limité tandis que l’autre est en pleine expansion dans toute la France après avoir envahi l’Ile de France. Cette prostitution est évidemment liée à des réseaux d’exploitation des femmes dans lesquels on recense quand même moins de violence que dans les réseaux d’Europe de l’Est.

La discrétion des communautés asiatiques semble engendrer des persécutions raciales très fortes aussi bien de la part des Français que des autres populations d’immigrants ?

Pierre Picquart : Il y a un paradoxe surprenant entre la perception de l’Asie et un certain nombre de comportements dont sont victimes les asiatiques de France. D’une part, on admire le Bouddhisme, on mange des sushis et on soutient le Tibet, d’autre part, il y a une forme de racisme latent sur laquelle on ferme les yeux. On admire la culture mais on méprise un peu l’humain. On peut encore aisément sentir une espèce de pan colonialiste qui se dégage de l’attitude envers ces communautés. De plus, il existe des tensions réelles entre les Chinois et les populations noires et maghrébines dans les quartiers où se concentrent les populations issues de l’immigration. Les Chinois ont une véritable culture de l’argent liquide qui donne parfois lieu à des rackets, j’imagine donc qu’en retour les Chinois se défendent.

Stéphane Quéré : Il y a effectivement deux éléments qu’il faut différencier pour expliquer le racisme que subissent les populations asiatiques de France et notamment les personnes d’origine chinoise. De toute évidence, la réussite économique de cette diaspora provoque une forte jalousie de la part aussi bien des Français que des autres immigrés. L’augmentation constante des commerces tenus par des asiatiques a provoqué une sorte de « changement de visage » qui irrite de nombreuses personnes et qui installe un racisme latent, parfois virulent. La deuxième chose c’est que l’expression de ce ressentiment est plus courante qu’elle ne l’est avec d’autres communautés issues de l’immigration. Cela est lié à la perception « pacifiste » que les occidentaux ont des asiatiques ainsi qu’à un certain complexe de supériorité. L’ensemble fait des asiatiques des cibles privilégiées d’actes de racisme.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

04.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (47)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Leucate
- 16/11/2012 - 12:34
@chinese-boy, l'avis d'une experte
Il s'agit de la commissaire de police (retraitée) Lucienne Bui-Trong, ancienne chef de la section "violences urbaines" de la DCRG (direction centrale des renseignements généraux) créee par Joxe en 1990 suite aux émeutes à Paris (Pont de l'Alma, Montparnasse - 220 CRS blessés) et dissoute en 2002 pour cause d'élection présidentielle et d'évaluations au fil des ans trop alarmantes pour la "république des gentils".
Elle écrivait notamment, dans un de ses livres ceci sur les jeunes immigrés: "ici se fait réellement sentir l'influences des cultures étrangères. Certaines cultures transmettent aux jeunes une fierté de leurs origines qui les vaccine contre toute souffrance devant les regards de distanciation nés des différences raciales ou des contentieux historiques (elle pense certainement aux asiatiques ;-)) NDLR) D'autres au contraire entretiennent, chez ceux qui en sont dépositaires, l'idée qu'ils ont été l'idée d'une injustice indélébile et qu'il faut entretenir la rancune, au nom de la fidélité aux ancêtres".

Chinese_Boyboy
- 16/11/2012 - 10:41
Racisme Anti Asiatique
moi je confirme le racisme anti-asiatique que nous subissons depuis ses dernières années , le problème c est que nous asiatique étions toujours victime depuis 30 ans, sauf que depuis ces 10 dernières années nous sommes réellement victime de vol a l arrache souvent avec violence, racket a la fermeture des commerces ,et que même la racailles suivent certaines familles pour savoir ou ils habitent et les attendre en rentrant chez eux, c est pour cela que nous avions fait 2 manifestations pour que les pouvoirs publiques et que les français en générale nous soutiennent, mais au finale pas vraiment, et en plus la plupart des média nous pointe du doigt comme si nous étions la peste,
un exemple je suis moi même d origine chinoise née en France en 1976, dès la première génération né dans ce pays on nous donne un prénom locale ,une forme d intégration pour ma part je trouve, je n ai même pas de prénom chinois,et non pas que l on crache sur nos origines au contraire, on s adapte au pays ou nos parents ou grand parents qui eux ont voulu s installer dans le pays pour exemple la France, regardez les média du parisien du dimanche dernier en nous traitant tous de mafieux,! si ct vrai....dommage
laika
- 16/11/2012 - 09:42
Je tien a signaler que vous
Je tien a signaler que vous compare souvent la généralité des chinois,1er arrivant ,nouveau arrivant ect... au magrebhin née en France et qui parle français.Faite plutôt des jugement sur les enfants née en France des deux communauté pour être plus objective.