En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

04.

L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans

05.

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Après la chute du Mur de Berlin, le marxisme et le totalitarisme n’ont pas disparu. Trente ans après les voilà revigorés

il y a 28 min 11 sec
décryptage > France
Tribune

Emploi à domicile : mais arrêtez d’emm*** les Français!

il y a 40 min 47 sec
décryptage > Economie
Désindustrialisation

Quand la justice s’en mêle et s’emmêle : l’anxiété indemnisée

il y a 55 min 9 sec
décryptage > Environnement
Vérité dérangeante ?

Sommet Action Climat de l’ONU : et si une majorité silencieuse (de citoyens) avait en fait décidé d’assumer le risque du réchauffement climatique ?

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Economie
Usine à gaz

Voilà pourquoi le vrai problème du coup de rabot gouvernemental sur la défiscalisation des aides pour les seniors n’est pas d’être une politique “dure aux vieux”

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Economie
Couple germano-allemand

L’Allemagne, désormais seule à pouvoir sauver la zone euro de la récession (mais fera-t-elle le nécessaire ?)

il y a 2 heures 46 min
pépite vidéo > France
Pas d'hommes, pas de problèmes
La saleté à Paris ? "Un problème d'éducation" pour Anne Hidalgo
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 20 heures 54 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 23 heures 35 min
décryptage > Culture
Wikiagri

Un film de cinéma peut-il faire évoluer le monde agricole ?

il y a 33 min 37 sec
décryptage > Société
Mauvais genre

Je souffre d’hétérosexualité : est-ce que c’est grave docteur ? Oui ont répondu les deux médecins des Inrocks...

il y a 46 min 2 sec
décryptage > Style de vie
MANGER AVEC ATLANTICO

Comprendre les conseils d'alimentation et suivre d'abord les plus fondés

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Environnement
High-cost

Une étude établit que la pollution due au transport aérien se révèle nettement pire que ce qu’on croyait

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Société
Progressisme ?

Véritable acceptation ou résignation ? Ce que révèle l’opinion des Français sur la PMA pour toutes

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Thomas Cook, Aigle Azur, XL Airways, Air France : mais pourquoi les secteurs de l’aérien et du tourisme se portent-t-ils si mal ?

il y a 2 heures 50 min
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 19 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 20 heures 43 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 22 heures 33 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 1 jour 46 min
© Reuters
"Des gens pleuraient, criaient, trépignaient, s'évanouissaient, suppliaient, invoquaient, scandaient son nom comme pour le retenir"
© Reuters
"Des gens pleuraient, criaient, trépignaient, s'évanouissaient, suppliaient, invoquaient, scandaient son nom comme pour le retenir"
Aurevoir

Nicolas Sarkozy : les coulisses de son dernier discours à la Mutualité

Publié le 28 octobre 2012
Camille Pascal, conseiller de l'ancien président, révèle les dessous du soir du 6 mai et notamment du discours à la Mutualité de Nicolas Sarkozy, remplie d'émotions des militants et de l'équipe de campagne. Extraits de "Scène de la vie quotidienne à l'Elysée" (2/2).
Camille Pascal, haut fonctionnaire, est agrégé d'histoire. Après avoir enseigné à la Sorbonne et à l'EHESS, il a été le collaborateur de plusieurs ministres, directeur de cabinet de Dominique Baudis au CSA puis secrétaire général du groupe France...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Pascal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Pascal, haut fonctionnaire, est agrégé d'histoire. Après avoir enseigné à la Sorbonne et à l'EHESS, il a été le collaborateur de plusieurs ministres, directeur de cabinet de Dominique Baudis au CSA puis secrétaire général du groupe France...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Pascal, conseiller de l'ancien président, révèle les dessous du soir du 6 mai et notamment du discours à la Mutualité de Nicolas Sarkozy, remplie d'émotions des militants et de l'équipe de campagne. Extraits de "Scène de la vie quotidienne à l'Elysée" (2/2).

Un quart d’heure plus tard ou à peu près, il y eut un grand branle-bas de combat, le cortège partait pour la Mutualité. En quelques secondes, ce fut le retour de l’ambiance survoltée des déplacements, nous dévalâmes l’escalier Murat pour gagner la cour d’Honneur en courant, chacun se précipitant vers les espaces du cortège pour être sûr d’être du voyage. Il semblait que tout recommençait exactement comme avant. Les officiers de sécurité veillaient à ce que tout le monde trouve une place, les motards faisaient tourner les moteurs, on guettait toute trace d’activité dans le vestibule d’Honneur pour anticiper l’arrivée du Président. Enfin, il arriva, monta en voiture et ce fut le départ d’une course folle dans Paris. Une nuée de motos portant des cameramen harnachés comme en guerre et des journalistes qui tenaient leurs micros à bout de bras nous encerclait plus qu’elle ne nous suivait. Dès que les voitures ralentissaient un tant soit peu, les motos cognaient à nos portières et, pendant que l’oeil des caméras cherchait à pénétrer nos habitacles, des journalistes invisibles sous leur casque intégral tentaient de faire baisser les vitres.

C’était un moment à la fois excitant et effrayant. Puis les voitures redémarraient en trombe, on entendait alors les cris de la sécurité motorisée qui écartaient, parfois sans ménagement, les motos agglutinées. Le passage du boulevard Saint-Germain au coin de la rue de Solferino fut le plus pénible. Le cortège présidentiel qui était déjà passé par le même endroit le soir du premier tour était attendu de pied ferme par les militants de gauche et d’extrême gauche. Ils insultaient le Président et, de crainte de ne pas être entendus, ajoutaient le geste à la parole, déchiraient sa photo, multipliaient les signes obscènes. Il n’y avait chez eux aucune joie, pas même la gloriole bien compréhensible des vainqueurs, mais de la haine, une haine qui déformait des visages pourtant très juvéniles, une haine de guerre civile. J’eus à cet instant, je l’avoue, une pensée fugitive pour Cavaignac et Mac-Mahon, républicains exemplaires et sabreurs émérites, mais je maudissais surtout cette idée saugrenue d’avoir retenu la salle de la Mutualité en plein milieu de ces quartiers colonisés par des bobos qui professaient un antisarkozysme doctrinaire. Enfin nous arrivâmes, ce fut une cohue indescriptible et je me retrouvai je ne sais pas encore très bien comment dans la loge du Président qui n’y était pas lui-même. Il s’était directement rendu sur scène où une immense clameur nous prévint de son apparition.

Il fallut alors se précipiter dans la salle par un étroit couloir de loge où l’on étouffait dans une obscurité presque totale, puis nous débouchâmes au pied de la scène. Le Président avait commencé son discours, ce discours magnifique qui le révéla à une France qui le découvrait vraiment alors même qu’elle le perdait. A côté de moi, des gens pleuraient, criaient, trépignaient, s’évanouissaient, suppliaient, invoquaient, scandaient son nom comme pour le retenir, mais ce que j’arrivais à percevoir du discours n’était plus tout à fait conforme à ce qu’il nous avait lu quelques heures plus tôt. Il partait certes, mais il ne commettait pas l’irréparable, il n’avait pas le cœur d’abandonner ces gens qui n’avaient de ferveur et de larmes que pour lui. J’étais soulagé, presque apaisé. Il finit par quitter la scène et nous par rebrousser chemin, les militants, qui avaient reconnu certains d’entre nous et nous identifiaient comme ses collaborateurs, nous agrippaient, nous glissaient des lettres pour lui, essayaient de nous retenir, de parler, de comprendre, d’espérer.

De retour dans la loge, j’étais à tordre et un peu éprouvé. Lui était déjà là, l’air légèrement ailleurs mais souriant. Il me lança l’habituel : « Ça va, Camille ? » Comme je n’avais pas préparé de phrase historique à révéler dans ce livre, je ne pus lui répondre que quelques mots un peu convenus sur la situation et la force de son discours. La pièce se remplissait de démonstrations de chagrin aussi bruyantes que déplacées, des hommes politiques de troisième zone pleurnichaient, l’agrippaient, le tutoyaient, l’appelaient Nicolas, lui racontaient des salades. Il les recevait avec gentillesse alors que je les aurais envoyés paître. Après tout, rien ne l’obligeait désormais à supporter cela. Il y avait de plus en plus de monde, la sécurité était totalement débordée et le protocole n’était plus qu’un lointain souvenir. Je n’avais rien à faire, ni à dire, comme auraient dit mes enfants : « Je ne servais à rien », il était temps de s’éclipser.

_______________________________________________

Extrait de "Scènes de la vie quotidienne à l’Elysée", Plon (11 octobre 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

04.

L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans

05.

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Titan75
- 29/10/2012 - 17:05
Faites connaître à vos amis
Des sites d'information libres sur internet, comme celui-ci. Internet est une mauvaise nouvelle pour la presse française de gauche non seulement parce que cela lui fait perdre des clients mais aussi parce que cela réduit son pouvoir de nuisance et son monopole comme source d'information. Envoyez des articles que vous appréciez à vos amis. Ils le liront puis découvriront ce site, ou d'autres.
vigil
- 28/10/2012 - 18:51
SARKOZI
S'est attiré les foudres des médias (et aussi leur haine) parce qu'il a voulu imposer dans ce pays, une droite décomplexée, capable de s'affranchir des oukases comme des brevets de "bonne conduite" que les journaleux pensent pouvoir distribuer à qui bon leur semble.
Evidemment les sanctions sont toujours appliquées au pouvoir en place s'il va vers la droite et les satisfecits s'il oriente sa politique vers la gauche.
Ce scénario a très bien fonctionné avec VGE et Chirac, on a vu les blocages que cela a entrainés, interdisant toutes (vraies) réformes, pourtant si nécessaire au pays.
Sarkozy, voulant s'émanciper de ce piège, la réponse des médias fut fulgurante, brutale et systématique.
Les journalistes jouissent d'un pouvoir colossale (et malveillant) et ils entendent bien le conserver.
Pour venir à bout de cette corporation et de sa capacité de nuissance, il faut des français forts et équilibrés dans leur tête. La télé s'active de son côté, au travers tous les styles de production (documentaires, divertissement, fictions, ....) pour qu'il n'en soit rien. C'est une grande machine à abrutir les esprits.
Nous avons du pain sur la planche et c'est pourquoi un SARKOZI est si important
Gégé Foufou
- 28/10/2012 - 17:54
Bien résumons
Nicolas est parti et ne pourra pas revenir (obstruction de Fillon ou Copé)
Hollande va dégouter les français du "socialisme" pour quelqes années
Le F.N. va faire entre 30 et 35% aux élections de 2017
Et si l'UMP ou l'UDI veulent reprendre le pouvoir ILS SERONT OBLIGES DE PRENDRE DES MINISTRES F.N. QU'ILS LE VEUILLENT OU NON