En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 51 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 10 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 11 heures 42 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 15 heures 15 sec
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 16 heures 45 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 9 heures 36 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 11 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 11 heures 38 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 16 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 16 heures 52 min
© Reuters
François Fillon et Jean-François Copé briguent tous les deux la présidence de l'UMP.
© Reuters
François Fillon et Jean-François Copé briguent tous les deux la présidence de l'UMP.
Débat

Débat entre Copé et Fillon : "Il ne pouvait y avoir d'affrontement"

Publié le 26 octobre 2012
Aucun des deux candidats n'a pris l'ascendant sur l'autre.
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aucun des deux candidats n'a pris l'ascendant sur l'autre.

Atlantico : Jean-François Copé et François Fillon ont débattu ensemble jeudi dans l'émission Des paroles et des actes. Pour la première fois, deux candidats de droite s'affrontaient directement. En quoi ce débat a-t-il différé du traditionnel affrontement droite/gauche ?

Christian Delporte : Rien à voir, puisqu’il ne pouvait y avoir d’affrontement. Ni Fillon ni Copé ne le souhaitaient, car les militants n’auraient pas supporté la division. On a bien vu que, sur le fond, les idées de l’un et de l’autre se rejoignaient, comme ils l’ont eux-mêmes reconnu. Si bien que le débat ne pouvait se déployer, chacun retenant ses coups. 

Cet exercice était-il comparable aux débats qui ont opposé les candidats à la Primaire du PS ? 

Oui, d’une certaine manière, si on le compare au tout premier débat où chacun déroulait son discours, en évitant, par trop d’offensive, d’apparaître comme l’agresseur. Ce n’est que dans les débats suivants que les candidats se sont vraiment interpelés, donnant lieu à des échanges souvent vifs.

Les deux candidats à la présidence de l'UMP se sont-ils adressés en priorité aux militants ou à l'ensemble des téléspectateurs ? 

Difficile pour l’un et l’autre de donner l’impression de parler aux seuls militants de l’UMP. Cependant, Copé a davantage joué la carte de la proximité, en misant sur les symboles du clivage droite/gauche et en multipliant les attaques contre le gouvernement Hollande, en citant souvent le parti, en parlant même de son futur meeting avec Nadine Morano. Mais Fillon a également été habile, en retournant à son profit l’argument de Sarkozy, développé par Copé. On sait les militants sensibles à l’image de l’ancien président de la République, et Fillon s’est efforcé de s’associer à lui en assumant le bilan d’une politique commune. En quelque sorte, Fillon renvoyait Copé à l’idée que, lui, ne découvrait pas le sarkozysme, mais l’avait construit avec Sarkozy pendant 5 ans. L’héritier, c’était lui.

Quelle a été la stratégie développée par chacun des deux candidats ?

Fillon était dans la posture de l’homme d’Etat, chef de l’opposition, avec dans le viseur 2017. Copé, lui, est apparu comme l’homme de terrain, chef de parti qui allait donner aux militants une revanche dès 2014 (« la vague bleue »). De la hauteur et de la vision (« au-delà de l’UMP, il faudra rassembler les Français ») pour Fillon ; de l’énergie au combat, de la pugnacité et la volonté d’apparaître comme le premier opposant à Hollande pour Copé.

Quel est le moment fort à retenir de ce débat ?

Difficile à dire dans un débat à fleurets mouchetés, où l’énergie de Copé était retenue par le risque d’apparaître comme l’agresseur. Peut-être le moment où l’on a évoqué le retour de Sarkozy. Copé pouvait apparaître à son aise, puisqu’il clame qu’il s’effacerait au cas où l’ex-chef de l’Etat reviendrait dans la course à l’Elysée. Mais Fillon a habilement contourné la difficulté, en affirmant qu’il soutiendrait « le mieux placé ». Du coup, il est apparu comme l’homme soucieux de faire d’abord gagner son camp. Une habile pirouette, mais aussi un argument fort pour les militants UMP, soucieux d’abord de battre Hollande en 2017.

A l'issue du duel, peut-on discerner clairement un vainqueur ? 

Christian Delporte : Dans un débat à ce point neutralisé, où chacun rivalisait d’amabilités pour l’autre, où Copé ne pouvait guère taper que sur…Hollande, Fillon a peut-être marqué des points. Son sourire était en tout cas éloquent sur sa sérénité et sa satisfaction. Copé est apparu un ton en-dessous par rapport à l’interview qui avait précédé. Finalement, les militants UMP ont dû être rassurés en voyant que le duel ne tournait pas au pugilat. Mais pas sûr qu’il les ait aidés à choisir. Au fond, les deux hommes ont surtout montré deux styles. S’il y eut un choc, ce fut d’abord celui des personnalités et des tempéraments.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 27/10/2012 - 14:03
à kassian :
tout à fait d'accord avec vous.
Il faut tout de même souligner une chose positive : François Fillon et Jean-François Copé ont montré à la France une belle leçon de COURTOISIE entre deux personnes intelligentes.
Qu'on peut faire des débats sans jeter à la figure des noms d'oiseaux (le PS le fait si bien).
Quant aux journalistes sur le plateau de France2...paf ! pouf ! pirouettes ! cacahuètes ! vous l'avez dit !
VeLiVoS
- 27/10/2012 - 00:12
Fillon l'homme d'Etat ‼
merde, moi qui croyais qu'il était le 1er ministre de celui qui avait été viré cette année.
On sait donc vraiment plus qui prendre à droite pour la prochaine élection ??? Faut donc faire du neuf avec du vieux.
Fillon, l'homme d'État … ???? Celui qui n'a rien dit qui aurait un quelconque rapport avec un programme de droite en 5 ans en tant que chef de gouvernement … et cela, tant au niveau économique, que social, que sociétal, que politique ‼‼ C'est avec des minables comme ça qu'on se coltine maintenant la gauche libertaire ‼ Fillon, l'homme d'État … ????
Elle est trop bonne celle-là ‼ Allez, va ‼ J'ai assez lu de stupidité ou naïveté pour ce soir ‼ je file me coucher ‼
Gold31
- 26/10/2012 - 20:54
Fillon l'homme d'Etat, face au militant Copé
Qu'il me soit permis de saluer tout d'abord ici, la performance de Fillon et de Copé, qui ont su donner à ce débat une dignité attendue et souhaitée par l'ensemble des militants, et exprimer une convergence de points de vue que l'on doit comparer à la cacophonie quasi quotidienne qu' offrent les socialistes aux français, après 5 mois seulement de gouvernance.

Bien sûr, pour un militant averti, il n'aura pas échappé à personne que Fillon se situe un ton au dessus de Copé.
Fillon est à l'évidence un homme d'Etat, et Copé un chef de parti. Ce qui n'enlève rien aux qualités respectives de ces deux candidats.

De ce point de vue pourtant, les militants ne doivent pas se tromper de cible...or celle-ci est bien l'échéance de 2017 !

Il s'agira alors de désigner comme candidat potentiel aux présidentielles, un homme d'Etat capable de rassembler au delà de la seule UMP, plutôt qu'un chef de clan.
Fillon sur ce point, a pris dès hier, un avantage certain sur Copé.