En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

07.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 11 heures 3 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 12 heures 29 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 13 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 15 heures 38 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 16 heures 25 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 17 heures 58 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 19 heures 16 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 11 heures 16 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 12 heures 45 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 13 heures 38 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 15 heures 56 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 16 heures 52 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 18 heures 15 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 19 heures 2 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 19 heures 16 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 19 heures 16 min
© Reuters
François Fillon et Jean-François Copé briguent tous les deux la présidence de l'UMP.
© Reuters
François Fillon et Jean-François Copé briguent tous les deux la présidence de l'UMP.
Débat

Débat entre Copé et Fillon : "Il ne pouvait y avoir d'affrontement"

Publié le 26 octobre 2012
Aucun des deux candidats n'a pris l'ascendant sur l'autre.
Christian Delporte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aucun des deux candidats n'a pris l'ascendant sur l'autre.

Atlantico : Jean-François Copé et François Fillon ont débattu ensemble jeudi dans l'émission Des paroles et des actes. Pour la première fois, deux candidats de droite s'affrontaient directement. En quoi ce débat a-t-il différé du traditionnel affrontement droite/gauche ?

Christian Delporte : Rien à voir, puisqu’il ne pouvait y avoir d’affrontement. Ni Fillon ni Copé ne le souhaitaient, car les militants n’auraient pas supporté la division. On a bien vu que, sur le fond, les idées de l’un et de l’autre se rejoignaient, comme ils l’ont eux-mêmes reconnu. Si bien que le débat ne pouvait se déployer, chacun retenant ses coups. 

Cet exercice était-il comparable aux débats qui ont opposé les candidats à la Primaire du PS ? 

Oui, d’une certaine manière, si on le compare au tout premier débat où chacun déroulait son discours, en évitant, par trop d’offensive, d’apparaître comme l’agresseur. Ce n’est que dans les débats suivants que les candidats se sont vraiment interpelés, donnant lieu à des échanges souvent vifs.

Les deux candidats à la présidence de l'UMP se sont-ils adressés en priorité aux militants ou à l'ensemble des téléspectateurs ? 

Difficile pour l’un et l’autre de donner l’impression de parler aux seuls militants de l’UMP. Cependant, Copé a davantage joué la carte de la proximité, en misant sur les symboles du clivage droite/gauche et en multipliant les attaques contre le gouvernement Hollande, en citant souvent le parti, en parlant même de son futur meeting avec Nadine Morano. Mais Fillon a également été habile, en retournant à son profit l’argument de Sarkozy, développé par Copé. On sait les militants sensibles à l’image de l’ancien président de la République, et Fillon s’est efforcé de s’associer à lui en assumant le bilan d’une politique commune. En quelque sorte, Fillon renvoyait Copé à l’idée que, lui, ne découvrait pas le sarkozysme, mais l’avait construit avec Sarkozy pendant 5 ans. L’héritier, c’était lui.

Quelle a été la stratégie développée par chacun des deux candidats ?

Fillon était dans la posture de l’homme d’Etat, chef de l’opposition, avec dans le viseur 2017. Copé, lui, est apparu comme l’homme de terrain, chef de parti qui allait donner aux militants une revanche dès 2014 (« la vague bleue »). De la hauteur et de la vision (« au-delà de l’UMP, il faudra rassembler les Français ») pour Fillon ; de l’énergie au combat, de la pugnacité et la volonté d’apparaître comme le premier opposant à Hollande pour Copé.

Quel est le moment fort à retenir de ce débat ?

Difficile à dire dans un débat à fleurets mouchetés, où l’énergie de Copé était retenue par le risque d’apparaître comme l’agresseur. Peut-être le moment où l’on a évoqué le retour de Sarkozy. Copé pouvait apparaître à son aise, puisqu’il clame qu’il s’effacerait au cas où l’ex-chef de l’Etat reviendrait dans la course à l’Elysée. Mais Fillon a habilement contourné la difficulté, en affirmant qu’il soutiendrait « le mieux placé ». Du coup, il est apparu comme l’homme soucieux de faire d’abord gagner son camp. Une habile pirouette, mais aussi un argument fort pour les militants UMP, soucieux d’abord de battre Hollande en 2017.

A l'issue du duel, peut-on discerner clairement un vainqueur ? 

Christian Delporte : Dans un débat à ce point neutralisé, où chacun rivalisait d’amabilités pour l’autre, où Copé ne pouvait guère taper que sur…Hollande, Fillon a peut-être marqué des points. Son sourire était en tout cas éloquent sur sa sérénité et sa satisfaction. Copé est apparu un ton en-dessous par rapport à l’interview qui avait précédé. Finalement, les militants UMP ont dû être rassurés en voyant que le duel ne tournait pas au pugilat. Mais pas sûr qu’il les ait aidés à choisir. Au fond, les deux hommes ont surtout montré deux styles. S’il y eut un choc, ce fut d’abord celui des personnalités et des tempéraments.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 27/10/2012 - 14:03
à kassian :
tout à fait d'accord avec vous.
Il faut tout de même souligner une chose positive : François Fillon et Jean-François Copé ont montré à la France une belle leçon de COURTOISIE entre deux personnes intelligentes.
Qu'on peut faire des débats sans jeter à la figure des noms d'oiseaux (le PS le fait si bien).
Quant aux journalistes sur le plateau de France2...paf ! pouf ! pirouettes ! cacahuètes ! vous l'avez dit !
VeLiVoS
- 27/10/2012 - 00:12
Fillon l'homme d'Etat ‼
merde, moi qui croyais qu'il était le 1er ministre de celui qui avait été viré cette année.
On sait donc vraiment plus qui prendre à droite pour la prochaine élection ??? Faut donc faire du neuf avec du vieux.
Fillon, l'homme d'État … ???? Celui qui n'a rien dit qui aurait un quelconque rapport avec un programme de droite en 5 ans en tant que chef de gouvernement … et cela, tant au niveau économique, que social, que sociétal, que politique ‼‼ C'est avec des minables comme ça qu'on se coltine maintenant la gauche libertaire ‼ Fillon, l'homme d'État … ????
Elle est trop bonne celle-là ‼ Allez, va ‼ J'ai assez lu de stupidité ou naïveté pour ce soir ‼ je file me coucher ‼
Gold31
- 26/10/2012 - 20:54
Fillon l'homme d'Etat, face au militant Copé
Qu'il me soit permis de saluer tout d'abord ici, la performance de Fillon et de Copé, qui ont su donner à ce débat une dignité attendue et souhaitée par l'ensemble des militants, et exprimer une convergence de points de vue que l'on doit comparer à la cacophonie quasi quotidienne qu' offrent les socialistes aux français, après 5 mois seulement de gouvernance.

Bien sûr, pour un militant averti, il n'aura pas échappé à personne que Fillon se situe un ton au dessus de Copé.
Fillon est à l'évidence un homme d'Etat, et Copé un chef de parti. Ce qui n'enlève rien aux qualités respectives de ces deux candidats.

De ce point de vue pourtant, les militants ne doivent pas se tromper de cible...or celle-ci est bien l'échéance de 2017 !

Il s'agira alors de désigner comme candidat potentiel aux présidentielles, un homme d'Etat capable de rassembler au delà de la seule UMP, plutôt qu'un chef de clan.
Fillon sur ce point, a pris dès hier, un avantage certain sur Copé.