En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 13 min 31 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 heure 48 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 20 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 2 heures 53 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 7 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 18 heures 57 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 29 min 1 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 2 heures 59 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 18 heures 37 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 15 min
© DR
Les ours blancs sont en danger à cause d'une nouvelle espèce hybride issue de leur croisement avec le grizzly, le pizzly.
© DR
Les ours blancs sont en danger à cause d'une nouvelle espèce hybride issue de leur croisement avec le grizzly, le pizzly.
Danger mutant

Les espèces hybrides menacent-elles le monde animal ?

Publié le 18 décembre 2012
Des espèces en voie de disparition sont parfois "forcées" de se reproduire avec des espèces voisines. Des biologistes tirent la sonnette d'alarme : ils ont ainsi évoqué le risque constitué par le "pizzly", espèce issue du croisement entre un grizzly et un ours blanc et qui conquiert peu à peu le territoire de son cousin polaire.
Alexandre Hassanin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Hassanin est spécialisé dans la biologie évolutive, il travaille au muséum d’Histoire Naturelle de Paris et est l’auteur de nombreux essais scientifiques sur l’évolution du patrimoine génétique. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des espèces en voie de disparition sont parfois "forcées" de se reproduire avec des espèces voisines. Des biologistes tirent la sonnette d'alarme : ils ont ainsi évoqué le risque constitué par le "pizzly", espèce issue du croisement entre un grizzly et un ours blanc et qui conquiert peu à peu le territoire de son cousin polaire.

Atlantico : Récemment, plusieurs biologistes ont tiré la sonnette d'alarme face à l'apparition du "pizzly", espèce hybride qui menacerait la survie des ours polaires. Ces prévisions sont-elles fondées ?

Alexandre Hassanin : Selon moi, la disparition de l’ours polaire résulte avant tout de la destruction lente et progressive de son habitat. En ce qui concerne l’hybridation, il s’agit principalement d’une réaction naturelle et que l’on a observé plusieurs fois dans le passé, tout particulièrement dans le cas d’hybridation interspécifiques (croisements entre espèce voisines qui s’oppose à l’hybridation à l’intérieur d’une même espèce NDLR). On ne peut pas dire cependant que l’hybridation soit une opportunité de survie pour une espèce, dans le sens où elle dilue ainsi progressivement son patrimoine génétique. Il s’agit là tout simplement de la mécanique de l’évolution : des espèces apparaissent, d’autres disparaissent. C’est d’ailleurs un fait que l’on oublie trop souvent lorsque l’on aborde la très médiatique disparition de l’ours polaire.

Le changement climatique peut-il directement expliquer la prolifération de ces espèces ?

 Dans le cas de l’ours polaire oui. La réduction croissante de la banquise pousse cette espèce à explorer d’autres territoires, et donc      à entrer en contact avec de nouvelles populations.  Si les espèces en question partagent un patrimoine génétique suffisamment identique, la probabilité d’hybridation devient de plus en plus forte, c’est mécanique. Cette proximité génétique influe aussi directement sur la fertilité des espèces qui résulteront de ces croisements, tout en sachant que les mâles hybrides sont plus facilement atteints de stérilité que les femelles. On peut à titre d’exemple penser aux femelles tigrons qui ont réussi à se reproduire avec d’autres espèces « entières » proches (lion et tigre NDLR).

Justement, la stérilité de ces espèces est-elle systématique ? Peut-elle à terme être corrigée par la main de l’homme dans l’optique de la conservation des espèces ?

Comme dit plus haut, les mâles sont les plus touchés par la stérilité, ce qui empêche le plus souvent la reproduction des hybrides entre eux, on en déduit dans ce cas que mâles et femelles appartiennent à deux espèces différentes, car non compatibles. On peut cependant trouver des cas ou l’hybridation peut se faire dans les deux sens, ce qui tend à prouver que l’on affaire à une espèce propre. Pour ce qui est d’une intervention transgénique de l’homme permettant la survie artificielle de ces espèces, je pense qu’il faudrait se méfier des procédés contre-nature. La compétition des espèces débouche d’elle-même sur ces hybridations et n’a pas attendu l’intervention de l’homme, il n’y a pas donc pas d’en raison d’intervenir maintenant.

Les espèces hybrides pourraient-elle donc devenir un facteur de l'évolution ? Ou bien sont-elles condamnées à rester des croisements sans lendemain ?

Je pense à titre personnel qu’il s’agit là d’un facteur récurrent de l’évolution. Il y a même eu plusieurs études sur le sujet qui ont montré que l’hybridation a même joué un rôle dans l’évolution humaine. Des résultats d’enquête montraient ainsi que 4 % du génome de l’homme de Neandertal se retrouve aujourd’hui chez une partie des populations européennes et asiatiques, ce qui tend a prouver que des croisements entre le Cro-Magnon et son proche cousin ont pu non seulement être possible, mais aussi déterminant dans la constitution de notre code génétique actuel. On peut donc en conclure que l’hybridation n’est pas une déviance marginale de l’évolution, mais bel et bien une de ses composantes clés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ZOEDUBATO
- 18/12/2012 - 21:28
@géodith ; Leucate Complètement d'accord avec vous
....
Leucate
- 18/12/2012 - 18:21
L'ours polaire en a vu d'autres
Les ours sont apparus il y a environ 6 millions d'années. L'ours polaire est une espèce très récente puisque son ADN montre qu'il n'a divergé de l'ours brun qu'il y a 150.000 ans environ. A cette époque, l'Homo Erectus évoluait lui aussi vers des formes pré-sapiens, la capacité de son cerveau passant de 850 à 12OO cm3 (homme de Petralona en Grèce) pour aboutir au 1500 cm3 des néanderthaliens, nos cousins, et des cro-magnons "sapiens sapiens" nos ancêtres.
Sur le plan climatique, l'ours polaire a divergé donc en pleine glaciation du Riss, celle précédant la glaciation du Wurm qui est la dernière.
L'interglaciaire Riss/Wurm s'appelle l'Eemien (Sagamon en Amérique) et a duré de -130.000 ans à -114.000. L'Eemien est comparable à notre interglaciaire appelé Holocène qui a succédé à la glaciation du Wurm il y a 10.000 ans.
Mais cet Eemien était plus chaud, la mer plus haute de 4 à 6 mètres et on peut penser qu'il n'y avait presque plus de banquise polaire.
Quà fait notre brave nounours ? il est redevenu terrestre, vivant en bord de mer sur la glace avant de repartir bravement sur la banquise dès qu'il a fait plus froid.
S'il n'a plus de banquise, il fera comme ses ancêtres de l'Eemien.
géodith
- 18/12/2012 - 17:30
@ Zoedubato
La race pure est l'invention/intervention de l'Homme.
Race pour les animaux, Variété pour les végétaux.
N'empeche, si on prend le caractère "couleur de peau" dans l'espèce humaine, la répartition ne se fait pas au hasard, de l'équateur aux poles, la peau perd de sa mélanine.
La raison ? la mélanine (peau noire, pardon black !) protége du soleil et des cancers de la peau. Mais sous nos latitudes, la peau ...noire (désolée) empeche la synthese de vitamine D, d'où une peau de plus en plus blanche vers les poles.
Problème non soulevé : que va t-il se passer pour les "noirs" et leur vitamine D sous nos latitudes ? chut ! mes propos sont racistes !