En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

02.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne
il y a 11 sec
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 16 heures 15 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 18 heures 31 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 18 heures 59 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 20 heures 10 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 20 heures 54 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 21 heures 59 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 22 heures 44 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 22 heures 47 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 22 heures 48 min
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 13 heures 55 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 17 heures 13 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 18 heures 42 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 19 heures 56 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 20 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 22 heures 44 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 22 heures 46 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 22 heures 47 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 22 heures 48 min
© DR
Les ours blancs sont en danger à cause d'une nouvelle espèce hybride issue de leur croisement avec le grizzly, le pizzly.
© DR
Les ours blancs sont en danger à cause d'une nouvelle espèce hybride issue de leur croisement avec le grizzly, le pizzly.
Danger mutant

Les espèces hybrides menacent-elles le monde animal ?

Publié le 18 décembre 2012
Des espèces en voie de disparition sont parfois "forcées" de se reproduire avec des espèces voisines. Des biologistes tirent la sonnette d'alarme : ils ont ainsi évoqué le risque constitué par le "pizzly", espèce issue du croisement entre un grizzly et un ours blanc et qui conquiert peu à peu le territoire de son cousin polaire.
Alexandre Hassanin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Hassanin est spécialisé dans la biologie évolutive, il travaille au muséum d’Histoire Naturelle de Paris et est l’auteur de nombreux essais scientifiques sur l’évolution du patrimoine génétique. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des espèces en voie de disparition sont parfois "forcées" de se reproduire avec des espèces voisines. Des biologistes tirent la sonnette d'alarme : ils ont ainsi évoqué le risque constitué par le "pizzly", espèce issue du croisement entre un grizzly et un ours blanc et qui conquiert peu à peu le territoire de son cousin polaire.

Atlantico : Récemment, plusieurs biologistes ont tiré la sonnette d'alarme face à l'apparition du "pizzly", espèce hybride qui menacerait la survie des ours polaires. Ces prévisions sont-elles fondées ?

Alexandre Hassanin : Selon moi, la disparition de l’ours polaire résulte avant tout de la destruction lente et progressive de son habitat. En ce qui concerne l’hybridation, il s’agit principalement d’une réaction naturelle et que l’on a observé plusieurs fois dans le passé, tout particulièrement dans le cas d’hybridation interspécifiques (croisements entre espèce voisines qui s’oppose à l’hybridation à l’intérieur d’une même espèce NDLR). On ne peut pas dire cependant que l’hybridation soit une opportunité de survie pour une espèce, dans le sens où elle dilue ainsi progressivement son patrimoine génétique. Il s’agit là tout simplement de la mécanique de l’évolution : des espèces apparaissent, d’autres disparaissent. C’est d’ailleurs un fait que l’on oublie trop souvent lorsque l’on aborde la très médiatique disparition de l’ours polaire.

Le changement climatique peut-il directement expliquer la prolifération de ces espèces ?

 Dans le cas de l’ours polaire oui. La réduction croissante de la banquise pousse cette espèce à explorer d’autres territoires, et donc      à entrer en contact avec de nouvelles populations.  Si les espèces en question partagent un patrimoine génétique suffisamment identique, la probabilité d’hybridation devient de plus en plus forte, c’est mécanique. Cette proximité génétique influe aussi directement sur la fertilité des espèces qui résulteront de ces croisements, tout en sachant que les mâles hybrides sont plus facilement atteints de stérilité que les femelles. On peut à titre d’exemple penser aux femelles tigrons qui ont réussi à se reproduire avec d’autres espèces « entières » proches (lion et tigre NDLR).

Justement, la stérilité de ces espèces est-elle systématique ? Peut-elle à terme être corrigée par la main de l’homme dans l’optique de la conservation des espèces ?

Comme dit plus haut, les mâles sont les plus touchés par la stérilité, ce qui empêche le plus souvent la reproduction des hybrides entre eux, on en déduit dans ce cas que mâles et femelles appartiennent à deux espèces différentes, car non compatibles. On peut cependant trouver des cas ou l’hybridation peut se faire dans les deux sens, ce qui tend à prouver que l’on affaire à une espèce propre. Pour ce qui est d’une intervention transgénique de l’homme permettant la survie artificielle de ces espèces, je pense qu’il faudrait se méfier des procédés contre-nature. La compétition des espèces débouche d’elle-même sur ces hybridations et n’a pas attendu l’intervention de l’homme, il n’y a pas donc pas d’en raison d’intervenir maintenant.

Les espèces hybrides pourraient-elle donc devenir un facteur de l'évolution ? Ou bien sont-elles condamnées à rester des croisements sans lendemain ?

Je pense à titre personnel qu’il s’agit là d’un facteur récurrent de l’évolution. Il y a même eu plusieurs études sur le sujet qui ont montré que l’hybridation a même joué un rôle dans l’évolution humaine. Des résultats d’enquête montraient ainsi que 4 % du génome de l’homme de Neandertal se retrouve aujourd’hui chez une partie des populations européennes et asiatiques, ce qui tend a prouver que des croisements entre le Cro-Magnon et son proche cousin ont pu non seulement être possible, mais aussi déterminant dans la constitution de notre code génétique actuel. On peut donc en conclure que l’hybridation n’est pas une déviance marginale de l’évolution, mais bel et bien une de ses composantes clés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ZOEDUBATO
- 18/12/2012 - 21:28
@géodith ; Leucate Complètement d'accord avec vous
....
Leucate
- 18/12/2012 - 18:21
L'ours polaire en a vu d'autres
Les ours sont apparus il y a environ 6 millions d'années. L'ours polaire est une espèce très récente puisque son ADN montre qu'il n'a divergé de l'ours brun qu'il y a 150.000 ans environ. A cette époque, l'Homo Erectus évoluait lui aussi vers des formes pré-sapiens, la capacité de son cerveau passant de 850 à 12OO cm3 (homme de Petralona en Grèce) pour aboutir au 1500 cm3 des néanderthaliens, nos cousins, et des cro-magnons "sapiens sapiens" nos ancêtres.
Sur le plan climatique, l'ours polaire a divergé donc en pleine glaciation du Riss, celle précédant la glaciation du Wurm qui est la dernière.
L'interglaciaire Riss/Wurm s'appelle l'Eemien (Sagamon en Amérique) et a duré de -130.000 ans à -114.000. L'Eemien est comparable à notre interglaciaire appelé Holocène qui a succédé à la glaciation du Wurm il y a 10.000 ans.
Mais cet Eemien était plus chaud, la mer plus haute de 4 à 6 mètres et on peut penser qu'il n'y avait presque plus de banquise polaire.
Quà fait notre brave nounours ? il est redevenu terrestre, vivant en bord de mer sur la glace avant de repartir bravement sur la banquise dès qu'il a fait plus froid.
S'il n'a plus de banquise, il fera comme ses ancêtres de l'Eemien.
géodith
- 18/12/2012 - 17:30
@ Zoedubato
La race pure est l'invention/intervention de l'Homme.
Race pour les animaux, Variété pour les végétaux.
N'empeche, si on prend le caractère "couleur de peau" dans l'espèce humaine, la répartition ne se fait pas au hasard, de l'équateur aux poles, la peau perd de sa mélanine.
La raison ? la mélanine (peau noire, pardon black !) protége du soleil et des cancers de la peau. Mais sous nos latitudes, la peau ...noire (désolée) empeche la synthese de vitamine D, d'où une peau de plus en plus blanche vers les poles.
Problème non soulevé : que va t-il se passer pour les "noirs" et leur vitamine D sous nos latitudes ? chut ! mes propos sont racistes !