En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 4 heures 58 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 8 heures 25 sec
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 8 heures 51 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 12 heures 8 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 14 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 15 heures 29 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 16 heures 3 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 5 heures 23 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 8 heures 25 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 11 heures 53 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 13 heures 52 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 14 heures 28 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 15 heures 25 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 16 heures 21 min
© Reuters
L'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales)a publié un nouveau rapport sur la violence conjugale.
© Reuters
L'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales)a publié un nouveau rapport sur la violence conjugale.
Papa battu

Le nombre d’hommes battus approcherait-il celui des femmes dans la même situation ?

Publié le 26 octobre 2012
L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a publié ce mardi 23 octobre un rapport alarmiste sur les violences conjugales, et notamment sur les violences faites aux hommes.
Patrick Guillot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Guillot est membre du GES (Groupe d’Etude sur les Sexismes) et auteur de trois essais sur la persécution des hommes dans le couple, dont le dernier « La Misandrie : histoire et actualité du sexisme anti-hommes ».
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a publié ce mardi 23 octobre un rapport alarmiste sur les violences conjugales, et notamment sur les violences faites aux hommes.

L’ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales) publie un nouveau rapport sur la violence conjugale, cumulant les données recueillies par cinq enquêtes successives, menées de 2008 à 2012[1]. Les résultats globaux en sont les suivants : 1,2 personne de 18 à 75 ans sur cent a déclaré avoir été victime de violence conjugale au cours des deux années précédent l’enquête, ce qui en équivalent population, représente 540 000 victimes.

L’annonce de ce genre de résultat provoque habituellement et indissolublement deux types d’interprétations : la dramatisation et la sexuation.

Dramatisation car le chiffre est important. Il faut cependant le relativiser pour deux raisons, qui tiennent à la conception du questionnaire. D’une part celui-ci s’applique non seulement à la violence du conjoint actuel, mais aussi à celle de l’ex-conjoint. De ce fait, certaines personnes sont comptabilisées comme victimes de violence conjugale alors qu’elles ne vivent plus en couple, parfois depuis longtemps ! D’autre part, le questionnaire n’exige pas que l’on ait subi un nombre minimal d’épisodes violents pour se déclarer victime. Ce qui conduit à recenser identiquement comme telle des personnes qui ont été frappées une seule fois en deux ans, et d’autres qui subissent le terrorisme conjugal, c’est-à-dire une violence quotidienne portée par le projet de leur conjoint de les détruire.       

Sexuation car aujourd’hui encore pour les médias, les politiques, et beaucoup de contemporains, la violence conjugale est une violence « contre les femmes ». C’est ainsi que Le Figaro titre tranquillement : « Près de 2% des Françaises sont victimes de violences », faisant ainsi l’impasse sur tout un volet du rapport, et non des moindres. Celui-ci, en effet, parmi les 540 000 victimes, en relève 136 000 de sexe masculin. Selon les années, la proportion d’hommes victimes oscille entre un quart et un tiers de l’ensemble des victimes.

Dans le passé, cette méconnaissance a été bien pire. Jusqu’en 2007, on ne prenait pas la peine de décompter les hommes victimes. Les enquêtes sur la violence conjugale n’interrogeaient que des femmes, et donc publiaient des résultats qui confortaient le public dans l’idée que ce type de violence est sexué. De plus, ces enquêtes, comme l’ENVEFF de Maryse Jaspard, basées sur une méthodologie fantaisiste, aboutissaient à des résultats extravagants, évaluant la proportion de « femmes battues » à 10%, un pourcentage qui manifestement est resté dans les esprits. A cette époque, il n’était pas rare d’entendre affirmer explicitement ou implicitement que « les hommes battus n’existent pas », par des chercheurs, comme Michelle Ferrand, ou des politiques de tous bords, comme Chantal Brunel ou Valérie Létard. 

A partir de 2007, l’atmosphère a changé : l’ONDRP a commencé d’interroger les hommes, et des associations se sont créées qui diffusent de l’information et s’efforcent de briser le tabou, comme Sos Hommes battus[2] et le Groupe d’études sur les sexismes (GES)[3]. Mais, comme on le voit, cela n’a pas suffi à compenser trente ans de vision unilatérale. D’autant que le renoncement au déni semble impossible pour certains : Sylviane Spitzer, la fondatrice d’Sos Hommes battus, reçoit souvent des menaces ; et la conférence récemment organisée à Lyon par le Ges sur le sujet a été perturbée en son début par un groupe qui prétendait l’empêcher.    

On connaît les conséquences de cet état d’esprit. Dans la France d’aujourd’hui, aucune campagne, même gouvernementale, contre la violence conjugale ne fait mention des hommes victimes. Aucun service de prévention ne leur est ouvert, à commencer par le numéro d’appel 3919, qui se présente toujours comme un service public… mais sexué. Aucun hébergement d’urgence, aucune structure d’accueil ne leur est offerte. Double peine pour ces hommes : non seulement ils vivent leur quotidien dans la souffrance, mais encore la société nie la réalité de cette souffrance, et ne leur propose aucune aide.

Ces dernières années, ceux qui pratiquaient le déni total ont adopté une position de repli, et un nouveau type de raisonnement est apparu : la discrimination à l’encontre des hommes violentés serait légitime, parce qu’ils sont moins nombreux que les femmes dans la même situation. Cette position est évidemment une aberration d’un point de vue républicain, car toutes les victimes ont droit à la protection de la société, indépendamment de leur sexe. Elle semble pourtant partagée par de nombreuses personnes, et en particulier par les politiques, puisque rien ne bouge à leur niveau.

Ceci dit, pourquoi ne pas parler chiffres, et, une fois admis que le travail de l’ONDRP constitue un incontestable progrès, pourquoi ne pas le questionner ? C’est ce qu’a fait un statisticien québécois, Denis Laroche, qui a participé à deux reprises à l’Enquête sociale générale (ESG), chapeautée par le gouvernement du Canada, une enquête qui aborde de nombreux sujets, parmi lesquels la violence conjugale. En 1999 comme en 2004, l’ESG a évalué identiquement la proportion de femmes et d’hommes en couple victimes au cours de l’année précédant l’enquête (autour de 1,8%). Ce résultat, troublant, s’est retrouvé dans l’ESG 2009. Mais alors, pourquoi cette différence d’avec la France ? Denis Laroche a étudié la méthodologie de l’ONDRP et pense avoir trouvé la réponse dans le type de questionnement pratiqué par celui-ci, par exemple[4] :         

 « En dehors des violences sexuelles, est-il arrivé en 2009 qu’une personne qui vit avec vous vous gifle, vous frappe, vous donne des coups ou vous fasse subir toute autre violence physique ? »

On notera le caractère subjectif de la dernière formule, « toute autre violence physique ». Denis Laroche écrit :

« le seuil à partir duquel certains actes tendent à être dentifiées spontanément par les femmes comme de la violence commence à un niveau de sévérité significativement moins élevé que ce n’est le cas chez les hommes (…) Si le concept de « violence physique » est défini de manière plus large pour les femmes, il ne faut pas s’étonner qu’on observe dans leur cas des taux de prévalence plus élevés. » 

En effet, il est vraisemblable que nombre de femmes interrogées répondront positivement à la question posée parce qu’elles pensent à des situations où elles ont été saisies par le bras, poussées, bousculées. Les hommes interrogés, eux, y répondront négativement, parce qu’ils ne ressentent pas de telles situations comme de la violence physique.

Dans l’ESG, à l’inverse, la définition de la violence ne laisse rien au subjectif. Elle est présentée sous la forme de dix énoncés définissant des formes spécifiques de violence, ne pouvant être confondues avec d’autres. Les personnes des deux sexes sont dès lors en mesure d’utiliser pour  leurs réponses les mêmes références. 

Si il veut nous offrir une vision exacte de la situation, l’ONDRP devra se mettre à l’école des statisticiens canadiens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Salvatore Migondis
- 24/10/2012 - 20:29
Dominant, dominé.. domino?
Chez les loups ou les babouins.. il n'y a pas corrélation entre force physique et statut alpha ou oméga. Tout se passe dans la tête et ni la justice ni la police n'y pourront rien changer.
Ganesha
- 24/10/2012 - 12:59
Exemple vécu
Il y a quelques années, ma femme, sans aucune provocation de ma part, m'a sauté dessus avec l'intention de me planter un couteau de cuisine.
J'ai appelé la police, il sont venus dire quelques mots et ils sont repartis en rigolant : dans le cas inverse ils m'auraient emmené menottes au poignet.
Plus tard, je suis allé au commissariat : le principal élément contenu dans leur rapport c'était qu'ils avaient remarqué un magazine "Hot Vidéo" trainant dans le salon...
J'ai eu beaucoup de difficultés à leur faire enregistrer ma plainte, qui n'a bien sûr jamais eu de suite !
Nico Attal
- 24/10/2012 - 12:21
50 nuances de "bleus"
Il est difficile d'adhérer à la conclusion de cette enquête et on peut sérieusement douter que les dommages corporels infligés par une femme sur un homme soient aussi graves que ceux infligés par un homme sur une femme. On ne conseille quand même pas aux femmes d'échanger leurs petits poings contre une cravache...