En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

07.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 8 min 52 sec
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 2 heures 30 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 2 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 3 heures 23 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 4 heures 28 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

il y a 5 heures 34 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 2 heures 4 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 2 heures 37 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 3 heures 12 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 3 heures 56 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 4 heures 6 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 4 heures 35 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 5 heures 5 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 5 heures 33 min
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 5 heures 50 min
© Reuters
Les internautes trouvent de plus en plus leur bonheur sur des applications mobiles plutôt que sur les moteurs de recherches.
© Reuters
Les internautes trouvent de plus en plus leur bonheur sur des applications mobiles plutôt que sur les moteurs de recherches.
Web-révolution

Dégringolade en bourse, volume de recherche en baisse pour la première fois, Google est-il en train de trembler sur ses bases ?

Publié le 19 octobre 2012
Les gens cherchent moins sur Internet : le mois dernier, les moteurs de recherche ont vu leur fréquentation baisser de 4%. Du jamais vu dans leur histoire qui pourrait modifier l'ordre pré-établi sur la Toile et l'avenir de ses principaux acteurs.
Willy Braun
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Willy Braun est Responsable Internet Marketing 2013 chez EBG (Electronic Business Group). Il est également rédacteur du blog  www.brocooli.com. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les gens cherchent moins sur Internet : le mois dernier, les moteurs de recherche ont vu leur fréquentation baisser de 4%. Du jamais vu dans leur histoire qui pourrait modifier l'ordre pré-établi sur la Toile et l'avenir de ses principaux acteurs.

Le titre Google a été suspendu jeudi soir à la Bourse de New York après avoir enregistré une chute de plus de 9 %. En cause ? Des résultats trimestriels plus que décevants. Divulgué trois heures plus tôt que prévu, ces résultats sont largement inférieurs aux prévisions. Le bénéfice trimestriel a chuté de plus de 20% à 2,18 milliards de dollar, ce qui a surpris les marchés. Le chiffre d'affaires trimestriel de 11,3 milliards de dollars, n'a augmenté que de 19%, confirmant ainsi le ralentissement de la croissance du géant de l'Internet 

Atlantico : En septembre, le nombre de requêtes effectuées sur un moteur de recherche a baissé de 4%. Comment expliquer cette nouvelle tendance?  

 

Willy Braun : En fait, cette tendance n’est pas sans rappeler les années 90 et le début des années 2000 durant lesquelles des grands portails dominaient internet (Altavista, AOL, Yahoo!..). Google avait progressivement changé les règles du jeu avec son nouveau système pour trier le contenu et proposer le plus pertinents à l’internaute. Comment ? Par l’intégration que l'on connaît du pagerank (chaque lien revient à un vote) pour les résultats naturels et par l’intégration des adwords, qui permettaient de proposer des pubs qui répondent exactement à la recherche.

Il y au moins deux dynamiques qui provoquent cet apparent retour en arrière : d’une part, le développement du mobile et comme conséquence l’architecture en « applications » (depuis la sortie de l’iPhone). Ce qui implique d’une part une baisse du trafic direct (on se sert moins du navigateur car on est sur notre mobile, donc sur une application) et des réflexes, indirects, d’aller sur des marques (médias, serviciels..) que l’on a l’habitude d’utiliser sur son mobile. D’autre part, la maturation des différents marchés débouchent sur une diminution du nombre d’acteurs. Au stade d’innovation, de nombreux acteurs s’affrontent, au fur et à mesure, le marché se concentre, c’est le cas dans l’économie traditionnelle et dans l’économie numérique. Le plus remarquable est certainement Amazon, qui a mis en place un écosystème incroyable et qui devient progressivement un réflexe pour les consommateurs, sur les livres d’abord, sur les autres produits de consommations ensuite.

Ces deux dynamiques court-circuitent le parcours classique depuis les années 2000 à savoir commencer systématiquement par une recherche google, parfois même pour accéder à un site dont on connait l’adresse.

 

Le portable joue donc un rôle crucial qui pose du coup la question du futur des applications (type Yelp) comme moteurs de recherche de demain : est-ce envisageable ? 

Concrètement, deux mouvements  s’affrontent : le premier que j’ai déjà évoqué, est un mouvement de concentration, avec une lutte entre géants (Google, Apple, Amazon, Yahoo!, Microsoft..), le second est un mouvement de spécialisation, avec de nombreuses niches. Concrètement, les deux ne sont pas dissociés car les acteurs majeurs rachètent des niches pour les intégrer dans leur portefeuille et pour créer des synergies entre leurs marques et leurs produits. De même, les différents géants de l’économie digitale se construisent autour de visions et de business models différents ;  ils tentent ainsi de d’influencer les usages et de bâtir le marché selon leur vision (l’écosystème Android et iOS n’est pas du tout le même par exemple). 

Ainsi, les moteurs de niches seront-ils les moteurs de demain ? C’est à mon sens impossible à dire : peut-être qu’ils réussiront à surpasser un géant sur une niche, peut-être pas. Mais ils pourraient aussi se faire rachetés et être intégrés in fine au portefeuille d’un géant (comme l’acquisition récente par Apple de Chomp, un moteur de recherche d’applications), en conservant la marque (type Yelp) ou non. Néanmoins, la question peut être biaisée : il peut ne pas y avoir finalement un gagnant unique. La puissance d’internet repose sur les interconnexions, et finalement une application si elle perce utilisera potentiellement l’hébergement d’Amazon, des données de Google ou d’Apple, via des interfaces de programmations, pour créer un mash-up : un service qui repose sur des données et des services préexistants mais qui l’orientent et l’enrichissent. Les questions seront alors : qui capturent le plus de valeur ? Quelles sont les marques les plus apparentes pour l’utilisateurs finales ?  

Si cette tendance est avérée, quelles sont les conséquences pour Yahoo ou encore Microsoft ? Google est-il touché aussi ?

La diminution de la fréquentation sur moteur de recherche a un impact direct pour Yahoo!, Microsoft et Google puisque leurs revenus dépendent directement du volume de recherches (via la publicité générée) et que ces revenus ont une marge très forte. C’est d’ailleurs un problème majeur pour Yahoo! dont les revenus dépendent en grande partie de la recherche internet. D’après une étude ComScore (2012), l’entreprise a d’ailleurs perdu 25% de part de marché sur ce secteur en un an.
Google serait également touché si le volume diminue (à part de marché égal), même si ses revenus sont un peu plus diversifiés que Yahoo!, avec son implication croissante dans la publicité avec des images, notamment via Doubleclic et sa part de marché dans le mobile
(cf. Android, etc.). C’est pareil pour Microsoft, pour qui la recherche est une source de revenus parmi d’autres (l’enjeu majeur du moment est plutôt du côté du lancement de Windows 8).
 

Enfin, si les applications prennent le pas sur les moteurs de recherche, Apple est encore le grand gagnant dans ce nouvel ordre Internet ?

Disons que Apple n’est pas directement lié aux moteurs de recherche, l’entreprise n’a donc pas grand-chose à perdre, voire à y gagner si cette diminution affaiblit ses concurrents. D’autant qu’elle est particulièrement présente dans l’écosystème mobile, avec des revenus tirés de la vente d’applications. Elle a donc tout à y gagner si les utilisateurs vont de plus en plus sur des applications mobile et de moins en moins sur des moteurs de recherche.

Propos recueillis par Valérie Meret

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lennart
- 20/10/2012 - 17:47
Erreur de timing de publication des comptes
Après une erreur de timing dans la publication des comptes, ce sont surtout les pertes de Motorola Mobility qui ont fait que les bénéfices sont un peu en dessous des attentes des analystes.
Il est beaucoup trop tôt pour prédire une catastrophe.
stephane18
- 19/10/2012 - 19:01
merci
merci monsieur willy braun de ces informations intéressantes.
kettle
- 19/10/2012 - 13:34
Pertinence
"Google avait progressivement changé les règles du jeu avec son nouveau système pour trier le contenu et proposer le plus pertinents à l’internaute"
---
Rien a voir. en 1997 on était encore avec des modem 14.4 ou au mieux 54Kbs. Avec l'arrivé de la pub les moteurs comme Altavista, WebCrawler, Yahoo, etc, etaient devenu bouffis, lents, illisibles.

Google est arrivé avec une interface simple et a raflé le marché.